Newsletter ActuaBD

Zoo le Mag n°16 : Même pas mort !

  • En décembre, l’équipe de Zoo nous invite à revisiter un genre plus vivant que jamais : zombies, morts-vivants et autres monstres d’outre-tombe se sont donnés rendez-vous pour un numéro de fin d’année plein de vitalité !

Grande forme donc pour les morts-vivants, s’il l’on en croit le dossier central du magazine. Ce « genre » longtemps marginal, souvent méprisé est présent au catalogue de la plupart des éditeurs, une occasion toute trouvée pour traiter le sujet et réhabiliter un genre morbide mais apparemment pas moribond !

Zoo le Mag n°16 : Même pas mort !Et pourtant quoi de commun entre l’univers de la série Cryozone de Denis Bajram, le blog de Franquin, ou le manga déjanté Reiko the Zombie shop paru chez Doki-Doki ? On s’y trucide à gogo, on y ressuscite au détour des vignettes et on s’y massacre en bas de page.

En nous invitant à un large tour d’horizon du truculent Pierre Tombal de Cauvin et Hardy à l’incontournable Walking Dead (Delcourt), ce dossier offre un panorama assez complet de tout ce qui compte au royaume des zombies. Si l’un des principaux intérêts de cette enquête reste de mettre en lumière la diversité et la richesse d’un genre souvent amalgamé à de la mauvaise série B le lecteur néophyte aura la possibilité d’y faire peut-être des découvertes. Citons par exemple, le travail de Ben Templesmith présenté par Yannick Lejeune. En marge de ce dossier Kamil Plejwaltsky ressuscite pour nous Nécron créature du génial Roberto Raviola (dit Magnus) dont les « rigidités cadavériques » ne passèrent pas inaperçues (sic !) dans l’Écho des savanes des années 1980.

En conclusion, chacun constatera que les histoires de zombies ne sont ni pires ni meilleures que d’autres, et peuvent révéler néanmoins d’authentiques chefs-d’œuvre. La sélection proposée permettra aux amateurs de faire leurs choix.

Dans une veine moins « gore » Jérôme Briot nous livre un entretien fouillé de Christophe Arleston, une transition vers l’univers de Lanfeust (nouvelle parution oblige !) pour faire le point sur une des séries les plus populaires du moment. Quatre pages denses mais sans grande révélation !

Les Ch’tis eux aussi sont bien vivants !Surtout si l’on en juge par la profusion éditoriale générée à la suite du succès du film de Dany Boon. Éric Derian impliqué dans l’aventure jette regard amusé et distancié sur le phénomène.

On s’attardera aussi sur un portrait de Macherot (histoire de rendre hommage à l’auteur de Chlorophylle), puis près de Cosey pas seulement présent pour la promotion du nouveau Jonathan. Arthur de Pins, et ses créatures (pleines de vitalité !) est également au sommaire, tout comme Jean-Yves Mitton, le dessinateur de Vae Victis chez Soleil qui s’attaque cette fois,... à Ben Hur. Tandis que Didier Pasamonik s’interroge sur les relations entre BD et shoah, Olivier Pisella s’attarde sur le Dictionnaire de l’Amour et du plaisir au japon.

Le magazine dont la pagination vient d’être portée à 68 pages offre une information riche et très variée, agréable à consulter en dépit d’une maquette un peu « plan-plan » et d’un papier de qualité très sommaire ! Quand d’autres privilégient le look ou l’accroche racoleuse, Zoo se replie sur un contenu exigeant mais ouvert et accessible réconciliant l’amateur éclairé et le néophyte un peu curieux.

Rappelons enfin que Zoo démultiplie les canaux de diffusion en étant disponible sous trois formes différentes :

- par abonnement « classique » (8.90€ l’an seulement, pour les frais postaux seulement)
- en téléchargement sous PDF
- ou mis à disposition chez de nombreux dépositaires : Canal BD, Virgin, Fnac et espaces culturels Leclerc, etc.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD