dBD n° 144 : Déconfiné !

15 juillet 2020 0 commentaire
  • Tout juste sorti du déconfinement, la revue a des fourmis dans les jambes. C’est sans doute pourquoi on relève dans ce dernier numéro une actualité éditoriale essentiellement centrée sur le voyage et le dépaysement.

Avec Jim à la Une, la première étape nous conduit dans la capitale italienne à la suite de la célèbre histoire d’amour, Une Nuit à Rome déclinée sur quatre tomes. La parution du dernier opus sert de prétexte à une rencontre avec l’auteur et un retour sur la genèse de cette chronique sentimentale et touristique.

Pour dBD l’album de l’été est signé Joël Alessandra. À travers le récit en images de la folle vie d’Ibn Battûta, l’auteur nous invite à suivre les pas de ce grand voyageur méconnu qui a parcouru le monde musulman du XIVe siècle, de l’Oural au Maroc, en passant par la Chine. Allez voir la belle interview que nous avons faite de l’auteur.

Avec Romain Hugault et ses Pin-Up Wings, c’est à un voyage dans les airs (et peut-être au septième ciel ?), alors que les avions nous sont quasiment interdits, que cet amoureux des avions et des femmes nous conduit . Si la recette n’est pas nouvelle, force est de constater qu’elle fonctionne toujours. Une façon agréable d’attendre la prochaine livraison Angel Wings. Nous l’avions également rencontré récemment

Voyages dans le temps et l’espace avec deux articles consacrés aux productions Disney. Quelques pages pour relater la carrière d’un des plus grands auteurs maison : Floyd Gottfredson. Un retour sur l’itinéraire de ce dessinateur de petits Mickey, sorti fort opportunément de l’anonymat par Alain Duchêne.
Pascal Pierrey , autre artisan de l’ombre mais pas moins indispensable puisque rédacteur en chef (récemment partant) de Picsou Magazine. À travers l’interview accordé à Christian Marmonnier, celui qui fut aux commandes du magazine pendant près de trente ans revient sur cette aventure éditoriale singulière, qui se poursuit aujourd’hui encore dans les kiosques.

Alors qu’il prépare le nouveau Titeuf, et un album plus personnel à paraître chez Rue de Sèvres, Zep n’est pas resté inerte durant le confinement. Peut-être avez-vous aperçu son mode d’emploi du déconfinement décliné à la mode Titeuf ?. Derrière ce travail, il y a les engagements sincères et de conviction d’un auteur qui se revendique citoyen du Monde . Un entretien qui permet d’apprécier la fibre activiste du papa de Titeuf

Un dernier détour vers l’Afrique, celle des grands travaux comme la construction de ce barrage sur le fleuve Zambèze, toile de fond de l’album Kariba de James et Daniel Clarke. Bien qu’il soit ciblé "jeunesse", ce récit est « à mettre, selon Frédéric Bosser , dans toutes les mains. »

D’autres voyages vous seront proposés avec l’incontournable cahier critique répertoriant pas moins de 50 nouveautés de ce début d’été. Avant de partir, la première escale passera par votre libraire préféré.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

dBD n°144, en vente en kiosque et en librairies spécialisées, 8.90€.

  Un commentaire ?