Grand Prix d’Angoulême : le collectif AAA réaffirme ses positions pour le vote final

5 juin 2021 3 commentaires

GRAND PRIX. Le feuilleton ne semble pas près de s’arrêter tant les différentes parties campent sur leurs positions. Un ministère qui fait la sourde oreille, un FIBD qui argue de sa neutralité et un collectif d’auteurs décidé à en découdre : depuis janvier 2020, la situation économique, sociale et administrative des créateurs de bande dessinée est au centre d’une lutte où la patience reste le maître mot.

L’annonce puis la publication du Rapport de Bruno Racine sur l’auteur et l’acte de création ont cristallisé les tensions depuis un an et demi. Après des manifestations à Angoulême en 2020 puis un appel au boycott de l’édition 2021, finalement annulée, c’est le vote pour le Grand Prix qui s’est retrouvé au cœur de l’arène. Et ce dernier épisode en date n’est pas tout à fait terminé, malgré l’annonce ce jeudi 3 juin des trois autrices et auteurs retenus pour le second tour.

Grand Prix d'Angoulême : le collectif AAA réaffirme ses positions pour le vote final
Tract de soutien aux manifestations d’autrices & d’auteurs lors du FIBD 2020
© F. Hojlo 1er février 2020

Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême une nouvelle fois pris pour cible ? Pas exactement, expliquaient récemment à ActuaBD Marie Bardiaux Vaïente et Cédric Mayen au nom du collectif Autrices Auteurs en Action. Par son ampleur, sa réputation et sa médiatisation, le FIBD est la meilleure caisse de résonance pour les revendications des auteurs. Il ne s’agit donc pas de viser le festival ni ses organisateurs, mais de s’appuyer sur les échos médiatiques qu’il suscite pour faire parler de la situation des auteurs de bande dessinée et interpeler les pouvoirs publics et les éditeurs.

C’est pourquoi les AAA ont appelé à voter, dès le premier tour du scrutin, pour Bruno Racine. Souhaitant rappeler l’importance de son rapport, qui ouvrait la voie à des évolutions notables mais qui, selon eux, a été enterré, ils voulaient ainsi remettre sur le devant de la scène la précarité de leurs professions - dessinateurs, scénaristes, coloristes, traducteurs - et espéraient ainsi éveiller l’attention. Las ! Le FIBD s’est empressé d’annoncer, par la voix de son délégué général Franck Bondoux, que les votes pour Bruno Racine ne seraient pas comptabilisés.

Fabien Vehlmann sur la scène du théâtre d’Angoulême ,après son discours en soutien aux AAA, lors de la remise des Fauves © F. Hojlo 1er février 2020

La présentation des résultats de ce premier tour a confirmé la position du FIBD, se figeant dans une neutralité finalement assez logique - le festival ménage ses relations avec tous ses acteurs - mais décevante pour les auteurs. Pénélope Bagieu, Catherine Meurisse et Chris Ware sont donc en lice pour le second tour. Le ou la lauréate sera connue le 23 juin prochain. Exit évidemment Bruno Racine, sans que l’on sache combien de voix il a recueilli. On ne connaît d’ailleurs ni le nombre total de votants, ni la part des voix reçues par chacun des artistes retenus.

Le collectif AAA, là aussi de façon assez logique puisqu’il se présente avant tout comme une force d’interpellation pour laquelle aucune action n’est inimaginable, maintient sa ligne. Mais, s’adressant cette fois directement à la direction du FIBD, il demande la publication du règlement de l’élection du Grand Prix, dont la dernière version connue date de 2017, ainsi que la présentation, vérifiée par huissier, des chiffres du premier tour, à savoir le nombre de voix obtenues par les trois gagnants, celui de Bruno Racine, et le nombre total de votants.

Cet appel à la transparence n’est pas anecdotique. La publication de ces informations, jusque-là inédite dans l’histoire du FIBD, viendrait trancher les discussions sur la légitimité du Grand Prix tout en confirmant ou en infirmant le poids du collectif AAA. Il paraît peu probable cependant que le FIBD y réponde favorablement au vu des communiqués récents. Le collectif pourrait par ailleurs en profiter pour donner ses propres chiffres : combien d’auteurs membres du groupe - presque 1 200 - peuvent certifier avoir voté pour Bruno Racine au premier tour et à combien estime-t-il le nombre total de votants ?

L’épisode n’est donc pas clos et le feuilleton encore moins. La réouverture des salons et festivals, la publication du Rapport de Sarah Dormon et Pierre Sirinelli sur le contrat de commande, qui a mis à mal une partie des propositions de Bruno Racine, et l’approche des élections législatives et présidentielles ne laissent pas penser à des prises de décisions importantes dans les mois qui viennent. Pendant ce temps, la situation des autrices et auteurs ne s’arrange pas... Il faut par conséquent s’attendre à de nouvelles actions des AAA, dont les mots d’ordre - représentation, rémunération, statut - demeurent d’actualité.

Le visuel du FIBD pour le Grand Prix 2021 détourné par le collectif AAA

FH

Consulter le site du Collectif Autrices Auteurs en Action.

Lire également sur ActuaBD :
- Angoulême 2020 : Macron et Riester attendus de pied ferme
- Protection des auteurs : les 23 recommandations du Rapport Racine
- Le Rapport Racine : une première déflagration
- "LBD 2020" : avec la Section Patachon, des artistes entrent dans la lutte
- Les 23 commandements de Frank Riester pour sauver les auteurs
- Le Syndicat des éditeurs alternatifs réagit au "Rapport Racine" et se positionne en soutien aux auteurs
- Le collectif Autrices Auteurs en Action 2020 s’engage sur la présence en festivals
- Angoulême 2021 : un nouvel appel au boycott du collectif Autrices Auteurs en Action
- Angoulême 2021 : Plus de 400 auteurs signent pour le boycott du Festival en juin prochain
- Angoulême 2021 : « Le boycott est une injustice » répond le Festival
- Le Collectif Autrices Auteurs en Action propose une Charte de bonnes pratiques aux festivals BD
- Grand Prix d’Angoulême : le Collectif Autrices Auteurs en Action vote pour Bruno Racine [PODCAST]
- Pénélope Bagieu, Catherine Meurisse et Chris Ware en tête pour le Grand Prix de la ville d’Angoulême 2021

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Super ! Depuis des années le FIBD récompense le style dessin de presse. Tout le monde peut tracer des cases, mais faire de la BD c’est pas ça.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 7 juin à  17:06 :

      Ah ? Parce que Guibert, Takahashi, Corben, Cosey, Hermann, Otomo, c’est du dessin de presse ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 juin à  21:11 :

        Oui et dans les précédents, on peut citer seuls Willem et Wo linski qui en effet venaient de la presse… sinon on a Watterson, JC Denis, Spiegelman, Baru, Blutch, Dupuy-Berberian, Munoz, Zep, Loisel, Schuiten, Veyron, Cestac, Crumb, Boucq, Goossens, Juillard… personne qui fasse du dessin de presse. Ah si tiens, Vuillemin en 1995… En gros un dessinateur de presse récompensé tous les 20 ans. Assurément, on peut parler de tendance lourde…

        Répondre à ce message