Amorostasia - Par Cyril Bonin - Futuropolis

19 septembre 2013 15 commentaires
  • Amour toxique ? Et si les sentiments les plus forts figeaient les êtres, au sens le plus concret du terme ? C'est l'idée de départ de ce nouveau one-shot de Cyril Bonin, qui tient jusqu'à une superbe conclusion son idée de départ. Au bout du compte, un sommet de romantisme...

Ce n’est pas un virus, ni une conséquence des pollutions ou des risques biotechnologiques. Cette nouvelle maladie touche les amoureux. Qui s’aiment trop. Mais pas forcément sans se protéger. Elle atteint les vrais accros, ceux dont les sentiments sont forts, profonds, intenses, voire soudains. Et les conséquences semblent définitives : on reste immobilisé. Dans la même position qu’au moment ou ce choc émotionnel atteint son point culminant, irrépressible.

Face à un tel phénomène, la science se met sur le pied de guerre mais en est réduite à observer, impuissante, ces êtres pétrifiés, tout en constatant leur bonne santé physiologique. Pour Olga, journaliste lancée sur le scoop, le thème est d’autant plus fascinant que son couple, lui, n’a rien de passionné, alors qu’elle-même suscite de fortes attractions auprès d’un membre de sa rédaction, qui succombe à l’épidémie. La voilà mise à l’écart. Pire, avec d’autres -des femmes, seulement !- Olga doit porter un brassard distinctif, décoré d’un cœur... Quelle cruelle ironie, et quelle stigmatisation nauséabonde, qui rappelle d’autres époques...

Dans la foulée de son très romanesque L’Homme qui n’existait pas, Cyril Bonin va plus loin dans l’exploration du "syndrome" amoureux. Pour cela, il change de style : exit la couleur, place à un noir et blanc très sobre, assez sage, qui paraît destiné à renforcer l’aspect intemporel de l’histoire.

On trouve dans Amorostasia autant d’admiration envers les femmes que d’idéalisation de l’amour qui, dans cet album, atteint le même stade ultime que dans les classiques grecs. Grâce à un personnage secondaire, en marge et plutôt opportuniste, le récit va crescendo vers un final d’un immense élan romantique. Suffisamment réussi pour balayer les rares longueurs et scènes redondantes de cette belle déclaration dessinée. Amorostasia - Par Cyril Bonin - Futuropolis

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • Cet album me semble intéressant et original
    19 septembre 2013 12:43, par Oncle Francois

    Monsieur Bonin a une style original, tout en douceur et en souplesse. La plupart des auteurs de BD ne représentent l’amour que sous sa forme physique et sexuée, alors qu’il s’agit avant tout d’un sentiment délicat et raffiné , une sorte d’élan spontané du coeur, capable de bouleverser même les hommes expérimentés. Difficile de rivaliser avec Stendhal et Flaubert, certes !
    L’Amour fait rajeunir, il rend courageux, change le mode de consommation alimentaire et les habitudes culturelles.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 19 septembre 2013 à  16:44 :

      Vous dîtes ça mais vous refusez de lire Georges et Chang qui est une belle histoire d’amour non pas sous sa forme physique et sexuée mais bien sous celle du sentiment délicat et raffiné, d’élan spontané du coeur, capable de bouleverser même les hommes mariés.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Yaneck Chareyre le 19 septembre 2013 à  19:37 :

        Si tant est que cette relation soit véridique dans la façon dont elle est présentée dans l’album...

        Répondre à ce message

        • Répondu le 19 septembre 2013 à  21:58 :

          La relation existe, elle est connue et dans l’album elle n’est jamais consommée et reste dans le pur sentiment, comme l’aime Oncle Francois.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois le 20 septembre 2013 à  11:34 :

            Peut-être, mais l’album met en scène un évènement supposé réel de la vie privée d’un auteur réel récemment décèdé, et qui a marqué par son oeuvre l’histoire de la BD au XXème siècle, qui n’était pas si petit !°).

            Pensez vous que cet album aurait suscité tant de buzz s’il avait mis en scène la relation sentimentale de Raymond ou Marcel avec le jeune Chinois Cheung ? De nombreux cinéastes en manque d’inspiration personnelle font des films sur des personnages réels (créateurs d’Apple ou de facebook, Diana, DSK, Sarkozy, etc), parce que la célèbrité de la personne évoquée garantit déjà une certaine audience. Je ne vois que Marine Le Pen qui ait réussi à faire interdire une publication BD peu à son avantage il y a quelques années (sans parler du sinistre blog de Franquin, peu délicat pour les membres de sa famille, vous en conviendrez)

            Répondre à ce message

            • Répondu par Laurent Colonnier le 20 septembre 2013 à  15:53 :

              Il va me lâcher le vieillard aigri ? Retournez à vos Bob et Bobette et cessez de répandre votre fiel nauséabond un peu partout, ça fera des vacances à tout le monde.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Vincent le 21 septembre 2013 à  13:47 :

                Colonnier, arrêtez avec votre auto-promo, c’est fatiguant.

                Répondre à ce message

                • Répondu par André le 21 septembre 2013 à  15:47 :

                  Fatigant, sans u (inutile devant a,o,u, seulement devant e,i,y).

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 21 septembre 2013 à  20:50 :

                    On retrouve beaucoup cette faute avec "langage" que les gens écrivent "language", à l’anglaise.

                    Répondre à ce message

                • Répondu le 22 septembre 2013 à  00:04 :

                  Écrire sur un forum sous son nom est-il de l’auto-promo ? Je ne crois pas, ça peut être plus négatif que positif. On peut surtout saluer l’honnêteté de la démarche.

                  Répondre à ce message

              • Répondu par Ben Jamin le 21 septembre 2013 à  16:48 :

                Dites donc, Colonnier, vous pouvez dire et dessiner tout ce que vous voulez dans vos albums, mais sur un forum, vous n’etes qu’un intervenant parmi d’autres (et là, oncle François est plus cordial, argumenté et courtois que vous). Attention, si un de vos éditeurs tombait sur vos posts... Injectives et insultes ne font pas avancer le débat. Et aprés, vous allez vous étonner de ne faire partie d’aucune "chapelle", et donc d’être mis à l’écart par vosd propres confrères ?

                Répondre à ce message

                • Répondu le 22 septembre 2013 à  00:05 :

                  Devrait-il se taire quand on attaque son travail ?

                  Répondre à ce message

            • Répondu par Ra’ff le 21 septembre 2013 à  21:23 :

              C’était vachement bien le blog de Franquin, dessiné par le génial Turalo.

              Répondre à ce message

  • Amorostasia - Par Cyril Bonin - Futuropolis
    19 septembre 2013 15:09, par Fred

    Il ne change pas de style, mais son dessin perd de sa force sans ses magnifiques couleurs, et c’est dommage de s’en priver.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 22 septembre 2013 à  04:27 :

      La mode est au gris informatique que voulez-vous, ça renforce le style Vivès. Le noir et blanc ne donne pas un aspect intemporel, mais pauvre, pas fini, et la voiture dessinée est tant actuelle que c’est pas intemporelle.

      Répondre à ce message