BD Comic Strip Festival de Bruxelles : chaleur et accablement

Par Didier Pasamonik - L’Agence BD 11 septembre 2023 
Il faisait une chaleur d’étuve à Bruxelles ce week-end à l’occasion du BD Comic Strip Festival, un événement qui a, de l’avis de beaucoup, un énorme potentiel mais qui n’arrive pas à décoller, faute d’un projet suffisamment ambitieux. Et la canicule du week-end n’a pas aidé à retrouver du dynamisme…

Charles-Louis Detournay vous en parlait la semaine dernière : le lieu, la gare maritime de Tours et Taxis, est a un grand potentiel ; il est magnifique, bien aménagé, un peu éloigné du centre-ville certes, mais là n’est pas la principale difficulté : comme pour les précédentes éditions, la signalétique sur place était d’autant plus défaillante que d’autres événements ont lieu en même temps au même endroit, ajoutant à la confusion.

Notamment l’étape bruxelloise de "Tintin, l’aventure immersive", ce spectacle qui, sur près de 1600 m2 de surface de projection qui invite le public à une expérience numérique au coeur de l’univers de Tintin. Mais cet événement -qui se passe également dans la gare maritime- n’est pas connecté au précédent, si ce n’est par quelques panneaux très amateurs.

Le BD Comic Strip Festival de Bruxelles se limite proprement à une foire de dédicaces où ce sont quasiment les éditeurs qui doivent faire l’animation : la venue exceptionnelle cette année de tous les dessinateurs de Thorgal ou encore le Festival Spirou font partie des événements éditeurs marquants.

Une halle immense, selon nous sous-exploitée...
Une idée originale dans le "Festival Spirou" (stand de Dupuis transformé en école) : un théâtre de marionnette avec Spirou et Fantasio en hommage à "L’Espoir malgré tout" d’Emile Bravo

La communication du festival essaie bien d‘agglomérer les événements du Centre Belge de la BD (Expo 77 ans du Journal Tintin, etc.) ou encore l’exposition des Statues du Chat au Parc Royal -des initiatives indépendantes contemporaines au festival, en réalité- les expositions sur le lieu propre, Cool Parano – Un Testament Graffiti, un auteur de roman graphique influencée par la BD US indé publié par Même Pas Mal ou encore Sibylla de Max Baitinger, un biopic sur la poétesse Sibylla Schwarz morte pendant la Guerre des 30 ans au 17e siècle, n’avaient pas vocation à attirer les foules.

Attention aux distraits : dans l’exposition "Le Lombard, une affaire de famille au CBBD", il faut ouvrir les armoire pour voir l’expo !
Dans le Parc Royal, un élevage de chats est visible jusqu’à la fin du mois.

Pourtant, quel potentiel à côté des grands éditeurs classiques ! Le lieu est immense, bien éclairé, protégé des intempéries (pas du soleil…). Le Pavillon international où l’on retrouve cette année la Pologne, la Corée ou la Chine, la zone BD indé, très grande, très variée ou encore la zone manga, nouvelle cette année, ouvrait des perspectives intéressantes. Mais l’essai n’est pas transformé (contrairement au match inaugural France/All Blacks de ce week-end, justement), les stands recevant un public clairsemé.

Avez-vous vu un affichage de la programmation des conférences ? Elle existait sans doute mais elle ne nous est pas parvenue : les prospectus du festival distribués sur le stand d’information de l’événement ne les mentionnaient. Sans parler d’une communication arrivée très tardivement.

Quant aux Prix Atomium, une des vitrines de l’événement, ils ont été quasi éclipsés par les 77 ans du Journal Tintin. Pour peu que notre recommandation puisse avoir quelque l’influence, nous conseillons aux organisateurs de réfléchir à une programmation et une communication un peu mieux concluantes. Franchement, ce n’est pas ce qui devrait affecter outre-mesure le budget.

Rendez-vous l’année prochaine !

(par Didier Pasamonik - L’Agence BD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Le Tour du monde des festivals
 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • J’avais été stupéfaite par le manque de clarté du site de cet évènement, notamment au niveau des auteurs et autrices présentes en dédicace. C’est quand même une manifestation d’ampleur, organisée dans un beau site. Dommage que la commémoration du journal Tintin ait occulté le reste, et que les conférences, sans doute passionnantes, aient été mâle indiquées, oups mon clavier a fourché !!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Lady Slexique le 13 septembre 2023 à  19:26 :

      Oui, amie Lena, malappris, malentendu, mal édité, mal écrit, mal dessiné. Nous connaissons hélas, quelle chance que la subtile langue française nous ait mises en garde !

      Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Didier Pasamonik - L’Agence BD  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD