Catherine Meurisse première dessinatrice de bande dessinée à l’Académie des Beaux-Arts

16 janvier 2020 0 commentaire
  • C’est une belle victoire pour la reconnaissance du 9e Art, mais avant tout pour une artiste d'exception : Catherine Meurisse devient la première dessinatrice de bande dessinée à rejoindre les bancs de l’Académie des Beaux-Arts. Elle succède au regretté Arnaud d’Hauterives, décédé en 2018, dans la section peinture de l’institution.
Catherine Meurisse première dessinatrice de bande dessinée à l'Académie des Beaux-Arts
Catherine Meurisse au salon du livre de Paris en 2008.
© Wikipédia, creative commons, Georges Seguin (Okki).

L’élection récente de Catherine Meurisse à l’Académie des Beaux-Arts vient saluer son remarquable travail et la qualité de son œuvre. L’une des choses qui frappe dans sa carrière est la précocité de son succès. En moins d’une dizaine d’albums, elle a réussi à s’imposer comme une figure majeure de la bande dessinée contemporaine, grâce à ses œuvres à la fois engagées et personnelles, parfois graves, parfois légères, mais toujours poétiques.

En 2016, ActuaBD l’avait désignée « Personnalité BD de l’année », distinction que la rédaction remet chaque 31 décembre à une personne, groupe, ou personnage remarquable de la bande dessinée qui s’est illustré durant l’année écoulée. Nous saluions notamment, mais pas seulement, la qualité de son livre La Légèreté paru la même année.

Si ce choix suivait certes une édition du festival d’Angoulême où la question de la représentation des autrices avait fait du bruit, il s’imposait pour l’importance prise par la dessinatrice dans le champ éditorial, l’impression faite par ses livres, et son attitude, entre paix et résilience, à la suite de l’attentat subi par la rédaction de Charlie Hebdo à laquelle elle appartenait.

© Catherine Meurisse / Dargaud.

Dans des formulations malheureuses qui ont occulté le reste de notre publication, nous rappelions que le talent de l’autrice (qui l’avait déjà menée très tôt au Prix Scolaire d’Angoulême) l’a cette année propulsée dans la dernière ligne droite de la course au Grand Prix du FIBD, aux côtés de Chris Ware et Emmanuel Guibert.

Nous ne doutons pas que les autrices et auteurs l’ont choisie pour son travail, et non pour placer une femme dans ce trio, et c’est pourquoi nous comprenons les réactions suscitées par certaines expressions de notre article. L’égalité entre hommes et femmes passe par de nombreuses voies, qu’il faut savoir emprunter : reconnaître le travail à part entière des autrices, sans préjuger de rien, en est une.

L’entrée de Catherine Meurisse dans les rangs de l’Académie des Beaux-Arts vient distinguer son travail d’autrice, mais également ses faits d’armes dans le dessin de presse. Elle a en effet rejoint Charlie Hebdo comme dessinatrice en 2005, et a aussi dessiné pour L’Obs ou Libération. Son élection est donc une double reconnaissance : d’abord de son œuvre, puis du dessin et de la bande dessinée comme art.

Entre sa sélection au FIBD, son marrainage de BD 2020, et son élection à l’Académie, l’année commence pour la dessinatrice sur les chapeaux de roue, et s’annonce sous les meilleures auspices. Félicitations à elle !

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Retrouvez sur ActuaBD nos articles dédiés à l’autrice, parmi lesquels :

Notre interview de l’autrice à l’occasion de la sortie de son roman graphique Delacroix.
Notre chronique sur son ouvrage Moderne Olympia (éd. Futuropolis).
Notre retour sur son exposition de 2017 à Bastia.

En médaillon : Catherine Meurisse par Chloé Vollmer, © Dargaud.

  Un commentaire ?