Christian Lax passe au scénario

18 janvier 2007 0 commentaire
  • Le créateur du {Choucas} prépare actuellement deux nouveaux projets qui seront publiés ces prochains mois dans la collection {Aire Libre} aux éditions Dupuis. Le dessinateur du célèbre détective à la chemise jaune et aux pompes rouges fait cette fois oeuvre de scénariste.

Pour la première fois, l’auteur, multi-récidiviste des récompenses pour L’Aigle Sans Orteils, va écrire pour d’autres dessinateurs que lui-même ;

la crise du printemps dernier qui avait déstabilisé Dupuis [1], avait suscité chez Christian Lax un certain nombre de questions. Collaborait-il encore aujourd’hui avec un éditeur approprié pour accueillir ses projets ? « Aire Libre est une collection qui m’est importante, nous confie-t-il. J’étais inquiet en ce qui concerne la capacité d’une autre personne que Claude Gendrot de pouvoir la diriger. La nomination de José-Louis Bocquet a été une bonne nouvelle. Nous avons fait plus ample connaissance à Saint Malo et je suis rassuré quant à ses compétences : il a un passé d’éditeur et est également écrivain et scénariste. J’espère qu’il s’inscrira dans la continuité de Claude en publiant des projets de qualité. En tout cas il m’inspire totalement confiance pour l’accompagnement des deux diptyques en cours de réalisation »…

Une collaboration avec Jean-Claude Fournier.

Le premier, en collaboration avec Jean-Claude Fournier, s’appellera Les Chevaux du Vent. Ce diptyque se déroulera au cœur de l’Himalaya, au 19e siècle. Cette saga mettra en scène une famille d’Indo-népalais en prise avec l’occupant anglais. « Jean-Claude Fournier renouvelle spectaculairement son style, dit Christian Lax en souriant. Il réalise ses planches en couleurs directes à l’aquarelle. Il s’est glissé dans ce nouveau style avec bonheur. Jean-Claude avait un autre défi à relever : Dessiner l’Himalaya. Il n’y est jamais allé ! Je lui ai prêté des livres, et il a réussi à s’approprier cet univers, ces ambiances. On y retrouve la lumière et les paysages de ces pays…  ».

Christian Lax passe au scénario
Extrait du T1 de "Les Chevaux du Vent"
(c) Fournier, Lax & Dupuis

L’histoire se passera au Mustang, un royaume situé au nord des Annapurna qui fut interdit aux étrangers jusque dans les années 1950. « Ceux qui ont été dans cette région savent que l’on n’en ressort pas indemne, souligne Christian Lax. Ce voyage, qui m’a permis de faire le tour des Annapurna, m’a marqué à jamais ! Ce désert minéral situé entre 4.000 et 5000 mètres d’altitude offre des couleurs phénoménales. J’ai également été bouleversé par la chaleur humaine des autochtones. Leur mode de vie est difficile, et ce peuple s’en accommode plutôt bien. Ils ne sont pas encore tombés dans cette folie du pognon et de la consommation ! »

Une rencontre qui a donc incité le créateur du Choucas à écrire un récit sur ce peuple. L’histoire se passe pendant la colonisation anglaise à l’époque de l’Empire des Indes. Les Anglais, qui n’arrivaient pas à pénétrer au Mustang, y envoyèrent des espions cartographes, déguisés en moine ou en mendiant. Ceux-ci étaient chargés de réaliser des relevés topographiques. « Certains de ces espions indo-népalais sont partis pendant des mois, voire des années. Beaucoup sont morts accidentellement ou même ont été tués par les autochtones, nous dit Christian Lax. La découverte de ces espions-cartographes, personnages, tout à fait romanesques, m’ a poussé à bâtir une histoire autour de ce sujet ».

Les conséquences de la Première Guerre mondiale

Le second projet, « Amère Patrie » est illustré par Fred Blier. Le récit sera centré sur la Première Guerre mondiale. « Les Personnages de l’histoire naissent avec le siècle nous explique Christian Lax. Nous les suivont depuis leur enfance jusqu’au conflit, puis durant les années qui ont suivi cet événement. Les destins d’un jeune Français et d’un jeune Sénégalais vont se croiser. Après la guerre, la veuve du Français va mener un combat pour réhabiliter l’honneur perdu de son mari qui a été injustement accusé de désertion ». Le dessinateur est un des anciens élèves de Christian Lax à l’école d’illustration et de bande dessinée Lyonnaise Emile Cohl [2].

Extrait du T1 de "Amère Patrie"
(c) Blier, Lax & Dupuis.

Une adaptation de Donald Westlake

Malgré ces projets, Christian Lax n’en oublie pas pour autant le dessin. Il travaille actuellement sur l’adaptation d’un roman de Donald Westlake. Sous l’impulsion du scénariste Matz, les éditions Casterman et Rivage Noir ont trouvé un accord pour éditer des adaptations en bande dessinée du catalogue de cette dernière maison. Les premiers titres sortiront probablement à la fin de l’année 2007. « Matz est un grand amateur du Choucas et il connaissait mon attachement au polar, raconte Christian Lax. Il m’a parlé de ce projet, et j’ai saisi l’opportunité de pouvoir adapter un récit où apparaît DortMunder, l’un des personnages récurrent de Westlake. Ce looser évolue dans une ambiance parodique et décalée. Je retrouve là le type d’humour que j’avais pratiqué dans le Choucas. J’illustre le New-York des années ’60. Une première ! ». L’album, intitulé Pierre Qui Roule, devrait avoisiner les 80 planches.

La Planche 6 de "Pierre Qui Roule"
(c) Lax, Westlake, Casterman & Rivage Noir

Pour cet ouvrage, Christian Lax travaille sur du papier aquarelle. L’auteur nous confie ses secrets de cuisine : « Je passe des fonds à l’acrylique blanche, à la brosse et/ou au couteau pour avoir des reliefs irréguliers sur lesquels je dessine, à la plume et au pinceau. Je peints, je gratte et je frotte quand cela me semble nécessaire ».

Et le Choucas ?

Les éditions Dupuis ont publié à la fin de l’année dernière une très belle intégrale des aventures du Choucas en noir et blanc et dans un format proche d’un roman. « Ce gros pavé rapproche ma série de la littérature policière. Ce projet avait été initié par Claude Gendrot et a été mené à terme par Daniel Bultreys, éditeur aux éditions Dupuis. Ces histoires semblent avoir aujourd’hui plus de force sous cette forme. Un juste retour des choses car, en commençant la série, j’ai longtemps hésité à la publier ainsi. »

Après avoir terminé Pierre Qui Roule, Christian Lax s’attellera au deuxième tome des Tribulations du Choucas. « Il s’agira d’un voyage en Afrique Noire, probablement au Mali », nous dit l’auteur. Il réfléchit également à un one-shot de la trempe de L’Aigle sans Orteils : « Je ne sais pas où je le publierai. Mon parcours éditorial est fortement lié à Claude Gendrot. Il m’a accompagné pendant dix-sept ans ! J’ai toujours envie de travailler avec lui. Quant à Dupuis : je reste accablé par les événements survenus au printemps dernier, et n’ai toujours pas fait mon deuil de tous ces départs brutaux. Cela dit, il y a encore dans cette maison des personnes que j’apprécie, qui continuent à travailler avec passion, et à qui je n’ai pas de raison de tourner injustement le dos ».
Christian Lax, par amitié pour son ancien éditeur, ne s’interdit donc pas de rejoindre sporadiquement le label Futuropolis, où Claude Gendrot travaille depuis quelques mois .

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo de l’auteur en médaillon : (c) D. Fouss.

[1Nous en avons largement fait écho dans le dossier « Dupuis & Média-Participations »

[2Lax n’y enseigne plus depuis quelques temps

  Un commentaire ?