Echo, carnets d’un dessinateur-voyageur

12 octobre 2007 0 commentaire
  • Après le succès d’Entracte d’André Juillard, les Editions Daniel Maghen publient Echo, l’autobiographie en images de Cosey. Ouvrage manuscrit de 232 pages, Echo sera disponible en librairie à partir du 18 octobre prochain.

L’homme est discret. Pourtant à 57 ans, il est en âge de contempler un peu derrière lui. Déjà en 2006, Bernard Cosey s’était prêté au jeu du regard introspectif à travers l’exposition L’aventure intérieure au palais des Beaux Arts de Charleroi.
Cette année, il se confie dans Echo publié aux Editions Daniel Maghen.
Pour Cosey, ce livre est une "forme de rétrospective, mais surtout la présentation des ECHOS de ses albums. Tout ce qui se trouve en amont, ce qui était caché, les sources, les à-côtés qu’il aime lui-même découvrir chez des auteurs qu’il apprécie." [1]

Chapitré en neuf "livres", Echo revient en images sur le parcours de l’auteur suisse. De ses premiers pas au côté de son compatriote Derib à son Bouddha d’Azur, Cosey livre ici ses archives, ses crayonnés, ses carnets de voyages et autres travaux. Le tout assorti de ses confidences. Daniel Maghen n’a pas mégoté sur la qualité du papier et le résultat est une fois de plus probant. Les commentaires au crayon de papier semblent avoir été réellement déposés sur chaque page et seul le doigt, glissant sur le papier, atteste que nous n’avons pas un original entre les mains. La qualité de reproduction est un vrai plaisir pour les sens. Le graphisme et les couleurs de Cosey prennent ici toute leur ampleur.

Echo, carnets d'un dessinateur-voyageur
Cosey, confidences en textes et en images
© Ed. Maghen

"Epuré sans pingrerie, expressif avec la mesure qu’il sied aux héros de papier, enrichi d’une gamme de couleurs d’une savante simplicité, le dessin de Cosey est devenu avec le temps d’une rare limpidité. Sans tambour ni trompette, mais avec quelle efficacité, il va à "l’essentiel" comme on dit : à l’histoire, histoire toujours subtilement construite, à l’invention souvent surprenante et d’une humanité riche et attachante de ses contradictions qui est la marque de fabrique de Cosey, comme le sont ses personnages au charme discret de ceux qui préfèrent l’humour à l’étalage de leurs tourments comme des décorations." écrit André Juillard dans la préface. L’hommage est flatteur et mérité.


Il est des récits qui supportent sans problème le poids des années. Les albums de Cosey dégagent une vision positive du monde. Son regard d’ethnologue (notamment sur le Tibet), son goût pour les personnages en demi-teinte, sa façon graphique de dire le silence et la neige trouvent écho dans cet ouvrage qui magnifie la pureté d’un esthétisme soigné et dépouillé.

Virages, Entracte et maintenant Echo. Une fois de plus la magie opère, Daniel Maghen peut être fier de ces ouvrages réalisés par Vincent Odin. La biographie en images de Juillard fait d’ailleurs l’objet d’une réédition, les six mille exemplaires du premier tirage ont été vendus en moins d’un an.Souhaitons le même parcours à ce somptueux livre où le plaisir du toucher égale celui des yeux.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La galerie Daniel Maghen propose du 20 octobre au 7 novembre une exposition rétrospective consacrée à l’œuvre de Cosey

Commander ce livre directement à la Galerie Daniel Maghen

[1dossier presse de Echo

  Un commentaire ?