Erika Borel (Japan Expo) : " Le public de Japan Expo Belgium est beaucoup plus familial que celui de sa grande soeur parisienne"

2 novembre 2013 4 commentaires
  • C'est reparti ! Depuis vendredi, la Japan Expo est à Bruxelles pour la troisième fois dans la capitale de l'Union Européenne. Afin de mieux nous en parler, Erika Borel, responsable du contenu culturel de cet évènement à bien voulu répondre à nos questions.
Erika Borel (Japan Expo) : " Le public de Japan Expo Belgium est beaucoup plus familial que celui de sa grande soeur parisienne"

Combien de visiteurs espérez-vous attirer pour cette troisième édition de la Japan Expo Belgium ?

Erika Borel : Nous attendons pas moins de 38 000 personnes sur trois jours afin de présenter la culture japonaise au public belge.

Quels seront les temps forts de cette édition 2013 ?

Je pourrais dire que cela dépendra surtout des goûts des gens mais parmi les moments forts de ce weekend, nous accueillerons Yasuhiro Irie, le réalisateur de Full Metal Alchemist : Brotherhood, qui présentera son travail lors d’une conférence et dédicacera également durant le salon. Il donnera également une master class réservée à cinq chanceux qui gagneront un concours.

Autre événement du salon c’est le concours de cosplay, qui servira également de sélection pour le concours européen de cosplay. C’est un évènement que les fans attendent avec impatience car il marque l’atmosphère du festival.

Japan Expo Belgium 2013
Du 1er au 3 novembre à Tour & Taxis

Vous avez aussi tenu à rendre au hommage au personnage Kogaratsu, créé par Michetz et Bosse et qui viendront également dédicacer ce dimanche. Pourquoi avez-vous tenu à mettre cette BD franco-belge à l’honneur ?

Disons que notre démarche s’inscrit dans une vision plus généraliste de la BD. La Belgique est le pays de la bande dessinée et le manga c’est aussi de la BD. Donc à partir de là, nous trouvions dommage de passer à côté de l’anniversaire de Kogaratsu et de ne pas faire le lien entre la Belgique et le Japon, l’Europe et l’Asie et de montrer ainsi que le pays du Soleil Levant a eu de l’influence sur les auteurs de nos contrées.

Par ailleurs, il faut savoir qu’il y a de plus en plus d’auteurs japonais qui viennent s’installer en Belgique et France pour trouver de l’inspiration, pour reproduire le même processus que l’on remarque chez Michetz et Bosse mais chez eux. Pour résumer, Kogaratsu est l’occasion de montrer ce lien fort qui existe entre la BD et le manga, ainsi que ce regard croisé que se portent les auteurs d’Europe et du Japon.

De gauche à droite : Marc Michetz dessinateur de Kogaratsu, Thomas Sirdey CEO de Japan Expo et Serge Bosmans dit Bosse, le scénariste de Kogaratsu

Quels sont les goûts du public belge venant à la Japan Expo ?

Les Belges sont plus intéressé par le manga d’abord, l’animé ensuite et le jeu vidéo en final. Nous remarquons aussi un intérêt de plus en plus grand pour la culture traditionnelle japonaise.

Des événements tels que le Japan Expo ont beaucoup de succès aux États-Unis et en France. Constatez vous le même engouement en Belgique ?

Pour moi, ce n’est pas tout à fait la même chose car le manga a commencé à s’exporter en Europe il y a une trentaine d’années maintenant, grâce à la diffusion d’animés japonais à la télé française, par exemple. C’est ce qui a donnée envie aux gens de découvrir la version papier. Aujourd’hui, le manga est complètement entré dans le quotidien des Européens. Par contre, il y a une moins grande exposition des adaptations de manga japonais au cinéma sous nos latitudes que de films tirés des comics américains.

Full Metal Alchemist Brotherood
Yasuhiro Irie, le réalisateur de cet animé sera l’invité d’honneur du Japan Expo Belgium 2013

Hayao Miyazaki a annoncé récemment qu’il prenait sa retraite en tant que réalisateur pour le cinéma. Avez-vous prévu de saluer la carrière de cet artiste qui est souvent considéré comme le Walt Disney d’Asie ?

De manière générale, nous essayons de rendre hommage aux grands noms de la création japonaise à travers des expositions, en les faisant venir lorsque c’est possible. Après, il y a plusieurs surprises qui seront dévoilées au fil du temps. Ce ne sera malheureusement pas le cas pour cette manifestation belge cette année mais ce serait tout à fait envisageable par la suite.

Quelles différences constatez-vous entre le public français et le public belge ?

En fait, je ne parlerais pas de "différences" entre les publics français et belges. En France, nous constatons que les visiteurs du Japan Expo Paris sont souvent des fans purs et durs tandis que dans nos événements en province, nous remarquons que le public est beaucoup plus familial. Il y a beaucoup de groupes d’amis qui viennent aux Japan Expo Centre (Orléans) et au Japan Expo Sud (Marseille). L’ambiance est beaucoup plus familiale et amicale. Et bien c’est le même type de public qui se rend à notre événement belge.

Cosplay à Japan Expo Belgium 2013
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Vous avez aussi créé un Japan Expo aux USA. Pourquoi n’avez-vous pas plutôt opté pour des événements en Espagne ou en Italie, où le manga est beaucoup mieux implanté ?

Vous venez de le dire : le manga est bien implanté dans ces marchés-là. Il y a déjà pas mal d’événements. Tandis que le manga est moins bien implanté en Amérique qu’en Europe car son développement là-bas est plus récent. Néanmoins, il se développe de plus en plus vite. Nous y avons vu une opportunité et une occasion de découvrir un nouveau territoire pour nous, car le marché américain est différent du nôtre.

Le Japan Expo occupe-t-il tout votre temps ou avez-vous d’autres activités à côté ?

Le Japan Expo est une entreprise à plein temps. La préparation d’un festival se fait au minimum un an à l’avance et les projets peuvent être très long à mettre en place, que ce soit la venue d’artistes ou le déblocage des budgets pour les manifestations d’un salon. De plus, nous avons développé plusieurs Japan Expo par an sur différents territoires. Enfin, nous touchons à tout : à l’évènementiel, à la logistique, à la communication, etc. C’est un gros investissement en temps, en argent et en ressources humaines. On ne s’ennuie pas. (rires)

Quel est votre parcours ?

J’ai 30 ans et j’ai fait des études d’économie et de développement local.
J’ai toujours aimé les conventions et un jour, j’ai vu une annonce sur le site du Japan Expo et j’ai alors saisi ma chance. J’en suis très contente car c’est une belle aventure qui dure maintenant depuis cinq ans.

Naruto
(C) Kana / Shuesha

Voir en ligne : Japan Expo Belgium

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire aussi :

- Japan Expo Belgium 2013

- Full Metal Alchemist et Kogaratsu au programme de Japan Expo Belgium Tome 3

Japan Expo Belgium

Du 1er au 3 novembre 2013 à Tour & Taxis

Avenue du Port 86c - 1000 Bruxelles

Horaires : 8h30 à 19h le samedi et 18h le dimanche

 
Participez à la discussion
4 Messages :