Festival International de la BD d’Angoulême 2021 : ceux qui l’aiment prendront le train

18 décembre 2020 3 commentaires
  • C’est le clou d’une édition 2021 du Festival International de la BD d’Angoulême particulièrement chaotique : une présence dans 41 gares françaises dont pour la première fois les sept gares parisiennes. Une visibilité énorme pour la bande dessinée et le FIBD, en dépit de l’annulation du rendez-vous de janvier, reporté en juin. Unique au monde.

Elles seront 41 avec, pour la première fois, les sept gares parisiennes à pavoiser aux couleurs de la bande dessinée, dans 35 villes et 12 régions, avec 119 artistes exposés dans 108 expos, mettant en avant 85 ouvrages et 48 éditeurs. Alors même que la transhumance hivernale démarre cette semaine, transportant les Français, pour les fêtes, d’un lieu à l’autre de l’hexagone, les gares seront aux couleurs de la bande dessinée en guise d’invitation au voyage.

Festival International de la BD d'Angoulême 2021 : ceux qui l'aiment prendront le train
Gare d’Austerlitz. Des images de BD dans 41 gares et dans 12 régions de France.

L’opération aura lieu de mi-décembre 2020 à mi-février 2021 et s’offrira au regard de 7 millions de voyageurs-lecteurs-spectateurs, ce qui constitue, en ces temps où la culture souffre particulièrement, une formidable mise en avant qui démontre la vitalité d’un genre qui tire pour le moment la librairie française. Un cas unique au monde.

FIBD et SNCF

C’est le résultat d’un partenariat de longue main entre la SNCF et le Festival International de la BD d’Angoulême. On sait déjà que le transporteur français est associé au « Fauve Polar » de a manifestation qui se conclut par une mise en avant dans les gares des nominés et du lauréat de ce prix dédié au polar. Orchestré par le FIBD et SNCF Gares & Connexions.

Sur le parvis de la Gare de Lyon. La bande dessinée, pour voyager en voyageant.

Jusqu’en février, l’ensemble des Sélections 2021 pour les Fauves d’Angoulême (75 titres), mais aussi des artistes inconnus et reconnus pareront les gares de leurs images dans des expositions ludiques et quelquefois éducatives. « L’exposition de toutes ces créations en gares contribue à renforcer le lien précieux tissé entre créateurs, éditeurs, libraires, lecteurs, spectateurs et usagers des transports » dit le communiqué.

Invitation aux voyages

De fait, en ces temps où l’hiver comme la pandémie de la Covid-19 nous pèsent, ces images visibles de Marseille à Lille, de Nantes à Grenoble, de Strasbourg à Bordeaux, mais aussi à Avignon, Rennes ou Toulouse, en passant par l’ensemble des gares parisiennes nous inviteront à plonger dans des univers de sourires et de rêves qui pourront se prolonger jusque dans nos bibliothèques avec à la clé dans les deux mois qui viennent une dizaine de BD-événements « en format XXL », nous promet-on, dont un TGV qui partira de Paris le 29 janvier prochain vers Angoulême, avec 500 auteurs, dessinateurs, éditeurs, professionnels et journalistes de bande dessinée à bord pour une remise des Fauves qui aura bien lieu, même si la plupart des festivaliers ne pourront y assister que sur leur petit écran.

Un bel acte de résistance et une démonstration de force contre l’adversité afin d’augurer l’année nouvelle d’une manière positive. Bravo !

Peau d’Homme de Hubert et Zanzim habille les gares.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photos : David Paquin / SNCF

 
Participez à la discussion
3 Messages :