Interviews

François Ayroles : le parcours d’un orfèvre des jeux narratifs formels

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 6 janvier 2024                      Lien  
Voici un auteur qui a une place singulière dans le petit monde de la bande dessinée francophone. Il a fait l’essentiel de sa carrière à L’Association en dépit d’un dessin très peu « underground ». C’est pourquoi on le trouve aussi dans le catalogue de Casterman, de Dargaud ou de Delcourt, soit en un peu plus de vingt ans, au total plus de vingt ouvrages à son actif. Nous avions envie de faire plus amplement connaissance avec lui, dans le mode portrait, ce qui nous vaut ce podcast inédit enregistré lors des Rencontres Chaland de Nérac en octobre 2023.

Il venait alors de publier Océan Express à L’Association que Damien Boone décrivait sur ActuaBD comme « une chorégraphie loufoque et baroque, où les personnages se démènent sans parvenir à trouver une solution qui est pourtant sous leur nez. »

C’est que François Ayroles, un créateur au dessin classique, adore les jeux d’esprit, les paradoxes et les exercices de style. Sorti de l’école de bande dessinée d’Angoulême à une époque où cela ne s’appelait pas encore l’EESI (Ecole Européenne Supérieure de l’Image), il a comme prof Thierry Groensteen qui l’introduit à l’OuBaPo (Ouvroir de Bande Dessinée Potentielle, l’équivalent de l’OuLiPo de Raymond Queneau pour le 9e Art. Un lieu de recherche formelle dont il est un des membres actifs.

Il publie son premier livre à L’Association : Jean qui rit, Jean qui pleure (1995). Il restera fidèle à cette structure éditoriale dont il est aujourd’hui membre du comité éditorial (il explique d’ailleurs dans le podcast comment cela fonctionne) : Notes mésopotamiennes (2000), Incertain Silence (2001), Les Parleurs (2003), Les Penseurs (2006), Mon Killofer de poche (2006), Travail rapide et soigné (2007), Les Amis (2008), Les Lecteurs (2009), L’Amour sans peine (2015), Moments-clés de L’Association (2016), En terrasse (2019). Enfin, Océan Express le dernier paru (2023).

François Ayroles : le parcours d'un orfèvre des jeux narratifs formels

Mais, comme on vous l’explique plus haut, il ne s’est pas limité à la maison d’édition longtemps animée par Jean-Christophe Menu. En 2003, il avait publié Enfer portatif chez Casterman et la même année En Concert pour L’An2. On lui doit aussi Le joli Playback, adaptation d’un scénario de Raymond Chandler pour un film qui ne s’est pas réalisé adapté pour la BD par le regretté Ted Benoit chez Denoël Graphic en 2004.

Suivent le jouissif 28 moments-clés de la bande dessinée chez 9e Monde (2005), Le Jeu de dames chez Casterman et un Jean-Pierre Léaud chez Alain Baulet (2007), des Nouveaux Moments-clés de la bande dessinée chez Baulet en 2008, deux volumes avec Anne Baraou au scénario chez Dargaud Les Plumes (2010-2012), Une Affaire de caractère chez Delcourt (2013), un Buster Keaton – perdu et retrouvé chez Alain Beaulet (2014), des Moments-clés du Journal de Spirou (2018), Le Vol d’Hermès chez Requins-Marteaux (2019).

Bref, c’est un artiste qui a bien roulé sa bosse depuis un quart de siècle et qui méritait que l’on s’arrête un petit peu pour l’écouter nous raconter son parcours.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782844149367

- Lire une interview de François Ayroles par Thierry Lemaire sur ActuaBD

LIKEZ, COMMENTEZ ET ABONNEZ-VOUS À NOS PODCASTS :
- Découvrir sur Spotify
- Découvrir sur Anchor
- Découvrir sur Breaker
- Découvrir sur Google Podcasts
- Découvrir sur Apple Podcasts
- Découvrir sur Pocket Casts
- Découvrir sur Radio Public

Photo : DR

L’Association ✏️ François Ayroles France
 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Excellent auteur, aussi à l’aise dans le dessin que dans le scénario. De plus, très sympa, on a gentiment discuté au dernier SoBD !

    Répondre à ce message

  • "Une Affaire de caractère" est un livre magnifique de subtilité. Ayroles fait du bien à la bande dessinée !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 8 janvier à  10:28 :

      C’est vrai. Malheureusement pour lui, peu de gens le savent.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 8 janvier à  15:50 :

        Il y a beaucoup de bons auteurs peu lus.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 9 janvier à  18:04 :

          Oui et c’est encore plus vrai en littérature qu’en BD. Mais l’offre est tellement pléthorique qu’on passe à côté d’auteurs singuliers qui valent vraiment le détour. Ayroles en fait partie.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Lena M. le 10 janvier à  19:45 :

            Raison de plus pour s’y précipiter ! Avisse aux amateurs ! hihihi, faute d’ortho volontaire.
            Ses recueils de dessins-gags sur la BD méritent vraiment le détour ! C’est un érudit qui dessine bien,, sans prise de tête ! Vraiment cela m’a fait un plaisir de lecture !
            La bonne année à François !
            Lena M.

            Répondre à ce message

    • Répondu par Philippe Wurm le 20 janvier à  13:59 :

      Exact !
      Et super bonhomme qui sait ce qu’il veut tout en douceur.
      J’aime beaucoup la manière dont il cherche une synthèse entre Caniff, Munoz, Hergé et Goossens ... ! Un problème typique de notre génération et c’est fascinant.

      Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Interviews  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD