Jean Bastide : "Chez Roba, il y a un amour des personnages qui m’a beaucoup touché."

18 octobre 2019 0 commentaire
  • Cette année, la fameuse série "Boule & Bill" fête ses 60 ans. En plus de la superbe expo que lui consacre actuellement le Centre Belge de la Bande Dessinée, un nouvel album (le 40e) paraîtra début novembre. À cette occasion, nous avions rencontré Jean Bastide et Christophe Cazenove, le nouveau duo d'auteurs qui a pris les rênes de la série, succédant ainsi à Laurent Verron.
Jean Bastide : "Chez Roba, il y a un amour des personnages qui m'a beaucoup touché."
Boule & Bill T.39 - Y a d’la promenade dans l’air
Christophe Cazenove & Jean Bastide, d’après l’œuvre de Roba © Dargaud

Jean Bastide, le grand public vous a découvert avec le spin-off La Guerre des Sambre. Mais depuis 2016, vous êtes le nouveau dessinateur de Boule & Bill. Vous êtes passé d’un registre semi-réaliste et dramatique à celui de l’humoristique. Comment expliquez-vous votre parcours ?

Jean Bastide : J’ai eu un parcours particulier car ma sensibilité de départ est la BD réaliste. Mais dans une vie d’auteur, on se laisse aussi porter par le hasard des rencontres, des propositions, des projets. C’est ainsi qu’un jour, une éditrice de chez Dargaud m’a contacté car ils recherchaient un nouveau dessinateur pour prendre la relève de Laurent Verron au dessin de Boule & Bill. Je me suis dit : pourquoi pas tenter l’aventure car cela me permettrait d’expérimenter de nouvelles choses. Et par chance, j’ai été sélectionné.

Et vous Christophe Cazenove :

Christophe Cazenove : C’est un peu le même principe. Dargaud m’a contacté car ils aimaient beaucoup mon travail sur les séries jeunesse que j’anime chez Bamboo. Ensuite, j’ai rencontré Jean à Angoulême en 2015 et très vite, je lui ai envoyé dix gags car je voulais voir si j’étais capable de trouver des idées pour Boule & Bill sans que le travail d’imagination soit douloureux. Finalement, mes gags ont plu à Jean. Je me suis alors dit que si j’étais capable de produire dix scénarios de gags en une semaine, alors je pourrai écrire tout un album.

Christophe Cazenove et Jean Bastide lors de la Fête de la BD 2019
Photo © Christian Missia Dio

Que s’est-il passé avec Laurent Verron ?

Jean Bastide : Laurent avait manifesté l’envie d’arrêter Boule & Bill depuis un bon moment. Il avait assuré la succession de Roba en réalisant huit albums. Il l’a connu, il a fait partie de son atelier... Je pense qu’au bout d’un moment, il avait envie de développer ses propres histoires et son propre imaginaire. Et c’est vrai que perpétuer l’œuvre de quelqu’un d’autre, ça peut aussi enfermer dans un style particulier. C’est comme cela qu’il a demandé à Dargaud de lui trouver un remplaçant. Cela a pris une bonne année avant qu’ils ne trouvent les bons repreneurs.

Comment aborde-t-on un album de Boule & Bill ?

Jean Bastide : En tant que dessinateur, ma volonté était de me placer dans la continuité du travail de Roba plus que de celui de Laurent Verron, car au bout de huit albums, il a un peu adapté le dessin de la série à sa sauce. J’ai donc pris la décision de revenir au style que Roba avait dans les années 1980. Il faut dire que sur trente ou quarante ans de carrière, le trait de Roba a beaucoup évolué. Je devais donc me caler sur le graphisme qu’il avait à une époque et débuter mon travail à partir de là. J’ai vraiment abordé cette série comme un travail d’école. Il y avait quelque chose de mimétique au départ. Il y avait vraiment cette volonté d’être dans la continuité graphique la plus fidèle possible. Ce qui est drôle c’est que je dessine dans le style qu’il avait à l’époque de ma naissance, en 1982. Autre coïncidence comique, c’est que Boule & Bill a soixante ans cette année, comme mon propre père.

Au point de vue du style, je me suis rendu compte que le dessin de Roba m’influençait beaucoup plus que je ne le pensais. Par exemple, lorsque je fais un dessin réaliste et que je dois dessiner de la fourrure, je me surprends à dessiner des poils de Bill (rires). Et puis, je me rends aussi compte que je n’ai pas encore développé mon propre style puisque les principaux projets sur lesquels j’ai travaillé sont des reprises qui évoluent dans des univers qui ne sont pas les miens. Donc oui, l’un de mes challenges dans la suite de ma carrière sera de développer mon propre style à travers un projet plus personnel.

Que représente pour vous Boule & Bill ?

Jean Bastide : Pour être tout à fait honnête avec vous, Boule & Bill n’était pas une lecture que j’ai eue dans mon enfance. Mais à force de travailler sur cette série, à travers le regard des autres, des familles qui font la file lors des dédicaces, je me suis vraiment rendu compte de la valeur patrimoniale de l’œuvre de Roba. Il y a un amour des personnages qui m’a beaucoup touché. Du coup, je me suis rendu compte de la responsabilité que j’avais. Je m’applique vraiment à ce que le public ne soit jamais déçu.

Christophe Cazenove : Pour moi, cela représente toutes mes lectures d’enfance. Je pense que j’ai appris à lire en lisant Boule & Bill, Astérix et d’autres séries comme ça. J’ai vraiment un attachement particulier à cette série car lorsque j’étais enfant, je rêvais d’avoir un chien mais mes parents refusaient car nous vivions en appartement. J’ai fini par l’avoir mon chien, lorsque j’ai eu environ 30 ans (rires). Pour moi, cette série est liée par l’amour entre un petit garçon et son chien.

Boule & Bill T.38 - Symphonie en Bill majeur
Christophe Cazenove & Jean Bastide, d’après l’œuvre de Roba © Dargaud

Christophe Cazenove, vous êtes devenu un poids lourd de la BD jeunesse. Quel regard portez-vous sur votre métier ?

Christophe Cazenove : Je ne me pose pas de questions. Je me sens légitime dans ce que je fais car j’ai toujours lu des BD “gros nez” et j’aime ça. Je le fais sincèrement et tous les dessinateurs avec qui je travaille donnent tellement de leur temps dans ce boulot que l’on ne peut pas nous accuser de faire de la BD jeunesse ou tout public juste pour de l’argent.

Je ne cherche pas à être validé par tous les journalistes culturels. Je n’ai jamais prétendu à l’universalité et ce n’est pas un truc qui me perturbe. Moi même, je n’aime pas tous les styles. Depuis que je travaille sur Boule & Bill, je rencontre beaucoup plus d’adultes que sur mes autres séries. Ce sont des gens qui ont aimé la série de Roba dans leur enfance et ils transmettent à leur tour cet amour à leurs enfants. Quant aux enfants, ils ne se posent pas ce genre de questions. En séance de dédicaces, les enfants ne viennent pas nous voir en pensant que nous sommes Roba ou Verron, ils viennent pour Boule & Bill. Ce qui fait que nous savons pour qui nous travaillons, nous savons pour qui nous faisons ces albums-là.

Jean Bastide : Boule & Bill sont des personnages que l’on nous a prêtés. Nous essayons de les faire vivre sans les abîmer. Nous sommes de passage dans cet univers.

Boule & Bill T.37 - Bill est un gros rapporteur !
Christophe Cazenove & Jean Bastide, d’après l’œuvre de Roba © Dargaud

Christophe Cazenove, il parait que vous aimeriez développer une BD sur la Grèce antique ?

Christophe Cazenove : Oui, j’ai quelques idées mais je ne fais pas cela pour obtenir une quelconque validation. Je ne cherche pas à prouver que je suis capable de faire de la BD réaliste. Si je le fais, j’aimerais le faire sur la durée, pas un one-shot. Ce n’est pas un projet d’actualité mais si un jour il se concrétise, j’aimerais m’engager avec des gens qui seront aussi passionnés que moi par le projet car j’adore la Grèce antique.

Quels sont vos prochains projets ?

Jean Bastide : Nous allons enchaîner tout de suite avec le T. 41 de Boule & Bill. Pour Christophe, forcément il a énormément de séries en cours. Pour ma part, j’ai très envie de revenir à la BD réaliste. Je suis en recherche d’un projet avec un scénariste.

Christophe Cazenove : Quant à moi, j’ai toutes mes séries en cours qui se poursuivent. Parmi celles-ci, il y en a une qui me tient à cœur car elle se déroule dans la Grèce antique, Les Petits Mythos. On pourrait croire que c’est un carton parce qu’en festival, nous avons pas mal de demandes. Mais en vérité, les choses sont différentes. Cette série ne fait pas les même chiffres de vente que Les Sisters mais elle marche suffisamment pour que notre éditeur nous laisse la poursuivre. Là, nous attaquons le T. 11. Les gens pensent que toutes mes séries sont des succès mais non. Et puis, je n’ai pas de série préférée, j’ai le même amour pour toutes mes créations et au-delà de ça, j’aime mes collaborations avec mes coauteurs. J’aime faire Boule & Bill avec Jean Bastide. C’est un métier humain avant tout. C’est important de bien s’entendre.

Un extrait de "Boule & Bill" T.39 - Y a d’la promenade dans l’air
Christophe Cazenove & Jean Bastide, d’après l’œuvre de Roba © Dargaud

Voir en ligne : Découvrez la série "Boule & Bill" sur le site des éditions Dargaud

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Agenda :

Expo "Boule et Bill, 60 ans de bonheur au quotidien"
Du 25 juin au 31 décembre

Centre Belge de la Bande Dessinée - Musée Bruxelles

Rue des Sables n° 20
1000 Bruxelles
Tél. : + 32 (0)2 219 19 80
Fax : + 32 (0)2 219 23 76
visit@cbbd.be

À lire sur ActuaBD.com :

Boule & Bill T.40 - Bill à facettes, par Jean Bastide & Christophe Cazenove, d’après l’œuvre de Roba - Dargaud. Album à paraître le 8 novembre 2019. 48 pages, 10,90 euros.

- Commander cet album sur Amazon ou à la FNAC

Suivez Jean Bastide sur Facebook et sur Instagram

  Un commentaire ?