Isabelle Debekker devient la première directrice du Centre Belge de la Bande Dessinée

18 octobre 2019 7 commentaires
  • Après quelques semaines de réflexion, le Conseil d'Administration du Centre Belge de la Bande Dessinée a choisi son nouveau directeur par le biais d'un recrutement interne. Et le directeur est... une directrice : Isabelle Debekker, actuellement secrétaire générale du Centre.
Isabelle Debekker devient la première directrice du Centre Belge de la Bande Dessinée
Photo : Centre Belge de la bande dessinée.

Depuis la démission de Jean Auquier, survenue en mai dernier la question restait pendante : qui allait devenir le nouveau directeur ou la nouvelle directrice du CBBD, cette institution devenue depuis 1989 -trente ans cette année !- l’un des fers de lance du 9e Art dans le Plat Pays ?

Après avoir reçu une quarantaine de CV suite à l’appel à candidatures, le Conseil d’Administration a finalement opté pour une promotion interne.

L’heureuse élue est Isabelle Debekker qui occupait la fonction de secrétaire générale de la même institution depuis 2015. Auparavant, cette diplômée en communication appliquée (IHECS) a brièvement débuté sa carrière auprès d’un grand théâtre bruxellois, avant de devenir administratrice de la société familiale Les Frères Debekker Traiteur pendant sept ans.

Recrutée par Jean Auquier en 2015, elle lui succède désormais à la direction de l’institution-phare de la bande dessinée en Belgique. Elle entrera en fonction le 1er novembre prochain.

Le Centre belge de la BD, une institution logée dans un joyau architectural Art Nouveau.
Photo : Google Image

D’après nos informations, c’est sa société familiale qui est le prestataire exclusif des événements du CBBD et qui gère la Brasserie Horta attenante au rez-de-chaussée du célèbre joyau architectural propriété de l’État belge. Sa sœur Catherine Debekker gère ces locations pour le compte du Centre.

Il semble bien par conséquent que ce soient des considérations économiques davantage que bédéphiliques qui ont conduit à cette décision, tant il est vrai que l’usage événementiel du lieu constitue l’une des composantes essentielles de son équilibre financier.

Est-ce le bon choix pour la pérennité de cette institution désormais trentenaire ? L’avenir nous le dira.

La Brasserie Horta.
Photo : Centre Blege de la Bande Dessinée.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Et bonjour les conflits d’intérêt !

    Répondre à ce message

    • Répondu par André le 19 octobre à  16:51 :

      C’est triste.
      De source sûre, il y avait pléthore de candidats externes de très grande qualité. Mais le conseil d’administration est composé pour moitié d’auteurs et pour moitié de managers professionnels. Ceux-ci voulaient un directeur général externe, mais les auteurs ont préféré quelqu’un qu’ils connaissaient.

      André

      (merci de ne pas publier mon email svp).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 octobre à  17:58 :

        Cher André, il me semble que c’est plutôt le contraire qu’il s’est passé. Les auteurs (et l’ensemble de la profession) auraient de loin préféré quelqu’un ayant une vision artistique pour le Centre Belge De La Bande Dessinée.

        Répondre à ce message

        • Répondu par François Maingoval le 25 octobre à  15:58 :

          Si je peux me permettre, ce n’est pas aussi binaire que cela. (pour info, je suis membre du CA). Dire qu’il y avait d’un côté les auteurs, de l’autre des "managers" n’est pas exact. (et d’ailleurs certains des membres sont à la fois auteur et manager ;-) )
          Pour le reste, il ne m’appartient pas de commenter une décision prise à la majorité, mais il est clair que le CA veillera à ce qu’il n’y ait pas de conflit d’intérêt entre les différentes parties.

          François Maingoval.

          Répondre à ce message

          • Répondu par marc le 26 octobre à  17:42 :

            Juste lamentable d’avoir choisi Isabelle Debekker qui n’est rien et n’y connait rien, à la place de Daniel Couvreur, le journaliste de référence dans le monde de la BD en Belgique !
            Mais quelles sont les raisons d’un tel choix ? Que cache donc cette habile mascarade ?
            Marc D.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Francois Maingoval le 27 octobre à  11:18 :

              Je trouve que c’est un peu violent d’écrire ça… On peut ne pas être d’accord avec le choix émis par le conseil d’administration, bien qu’encore faudrait-il être au courant de tous les tenants et aboutissants, mais je trouve que les attaques ad nominem sont insupportables.

              Que savez-vous de ce qui s’est passé avec Daniel Couvreur ? (Et d’autres candidats, de très grande qualité aussi) Connaissez-vous les compétences d’Isabelle Debekker ? Le choix n’a pas été facile, et il y avait en effet des divergences parmi les membres du conseil d’administration. Mais à nouveau, qu’on soit d’accord ou pas d’accord avec ce choix, il y a un minimum de respect des personnes à avoir, je trouve.

              François Maingoval

              Répondre à ce message

        • Répondu par André le 27 octobre à  18:48 :

          En tout cas, Jean Van Hamme himself, membre de l’assemblée générale du Musée, conteste la décision et menace de faire révoquer le conseil d’administration ! N’hésitez pas à vérifier auprès de lui !

          Répondre à ce message