"Jules B, l’histoire d’un Juste" ou la Shoah chez les animaux

22 janvier 2017 1 commentaire
  • À travers une histoire douce et terrible, belle et horrible, juvénile mais nécessaire, Armelle Modéré nous livre un très bel ouvrage où la petite histoire rencontre la grande.

Armelle Modéré sait s’exprimer face au jeune public. Avec à son actif de nombreux albums jeunesse, elle continue sa très belle coopération avec les éditions Des ronds dans l’O en nous proposant un nouveau titre, Jules B, l’histoire d’un juste.

Armelle Modéré nous narre l’histoire de Jules, cordonnier bourguignon qui essaye de survivre dans un monde qu’il ne comprend pas vraiment. Abattu, sa femme l’ayant quitté depuis peu, il se renferme dans sa solitude… Jusqu’au jour où il va croiser sur sa route trois enfants juifs. Candide face à un monde qui le dépasse, il va être confronté à des termes inconnus pour lui jusque-là : la déportation, les Juifs mais aussi des hostilités comme la haine et la peur…

"Jules B, l'histoire d'un Juste" ou la Shoah chez les animaux

Dans Jules B, l’histoire d’un juste, les dialogues laissent souvent le pas à un mouvement incessant, où la fuite est de tous les instants, de toutes les pages. Jules est un homme confronté à une vie qui ne lui laisse aucun répit. Il trouvera grâce en partant au secours de ces jeunes enfants. Tout est dans le mouvement, dans la fuite face à un rouleau compresseur. Impossible de cacher les jeunes enfants : sous la pression de ses amis et d’une police qui le traque inlassablement. Mais la fuite face aux bourreaux n’abolit pas certaines valeurs et une empathie nécessaire.

Il sera le protecteur de ces mômes et deviendra par conséquent un Juste parmi les nations. Armelle Modéré nous livre un récit sans temps mort pendant soixante pages, se concentrant sur le courage d’un homme qui s’affranchit de la peur générale. Jules ne cesse de courir, d’aller d’un endroit à un autre, à Paris, chez un vieil ami, où à peine a-t-on le temps de déguster un petit morceau de fromage sur l’herbe, comme si le temps était suspendu esquissant une histoire qui aurait pu prendre un virage différent.

Au bonheur de cette lecture, aucun pathos n’est nécessaire.

Habituée des univers anthropomorphes, Armelle Modéré poursuit dans cette voie-là. Dans Jules B, l’histoire d’un Juste, l’horreur passe par le prisme de l’univers animalier : Jules est un cochon et les enfants juifs des petits chats. Le dessin est mis en valeur par des couleurs très douces et lumineuses.

Elle rejoint ainsi une désormais longue lignée d’œuvres utilisant le procédé de l’animalisation pour cette thématique : de Horst Rosenthal avec Mickey au camp de Gurs, à La Bête est morte de Calvo & Dancette, jusqu’à l’incontournable Maus d’Art Spiegelman, Modéré s’inscrit dans une fameuse lignée !

Il s’agit d’un bel ouvrage qui arrivera certainement à faire échanger sur ce thème douloureux avec des enfants d’une dizaine d’années. Parler de la Seconde Guerre mondiale, de la déportation des Juifs n’est jamais chose aisée pour des parents ou des professeurs. La fiction a le mérite de permettre ce dialogue.

(par Clément DUVAL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Jules B, l’histoire d’un Juste - Par Armelle Modéré - Des Ronds dans l’O

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :