L’Épée d’Ardenois T2 : la Prophétie par Étienne Willem - Éditions Paquet

29 juillet 2012 0 commentaire
  • La saga d'Étienne Willem, située aux frontières de l'Héroïc Fantasy et du conte médiéval nous invite à suivre les traces du lapin Garen au cœur de combats violents et de maléfices en tout genre. Un deuxième tome qui confirme les qualités d'une série originale.

Garen menait une vie paisible à Chassenoix en compagnie du Chevalier d’Ardenois en s’initiant aux arts de la chevalerie. La célèbre épée du Chevalier disparaît lors de l’incendie du village provoquée par Hellequin de Bois-Maudits. Le pauvre Garen se trouve dès lors investi d’une importante mission : prévenir Tancrède, Roi du pays de Bohan, du retour du Mal. Celui-ci ayant pour figure le Seigneur Noir Nuhy disparu depuis plusieurs années mais dont l’aura funeste semble planer sur ces contrées moyenâgeuses. Nuhy fut longtemps en possession d’une armure maléfique, un objet qui attise toujours la convoitise d’Hellequin...

Avec ses compagnons d’Ardenois, le jeune et valeureux Garen arrivera malgré tout à déjouer une partie des sinistres projets d’Hennequin de Bois-Maudits. Cela ne se fera évidemment pas sans coups de théâtre, ni rebondissements. Tancrède doit faire face à une imminente invasion de la part des terribles Skernovites alors même que le souverain tentait une alliance avec la souveraine d’Herbeutagne. On comprend que dans ce contexte perturbé il soit bien difficile au brave Garen et à ses amis d’éviter que les puissances du Mal ne s’abattent sur le Royaume de Bohan.

L'Épée d'Ardenois T2 : la Prophétie par Étienne Willem - Éditions Paquet
© Paquet éditions

Ce second tome permet donc de suivre les péripéties de Garen le lapin dans ce décor fantastique, nourri de courses folles, de trahisons et de batailles sanglantes et féroces.

Associant les principes de l’Héroic Fantasy, du conte médiéval et du zoomorphisme Étienne Willem réussit à nous entraîner dans un univers personnel dont les influences rappelleront au lecteur curieux un univers à mi-chemin entre le Robin des Bois de Walt Disney (une influence manifeste chez de nombreux personnages) et la série De Cape et de crocs publiée chez Delcourt . Ce qui donne au final une adaptation moderne et dynamique du style animalier bien loin d’être innocent ou naïf !

Mené à un train d’enfer, ce récit ne connait guère de temps morts, c’est pourquoi l’attention du lecteur est fortement sollicitée. Elle l’est d’autant plus que la profusion de personnages secondaires, certes attachants et bien typés, aurait parfois tendance à nous égarer dans un récit déjà extraordinairement touffu.

Néanmoins le scénario de Willem bénéficie d’une grande richesse, multiplie les références et séduira à coup sûr le jeune public, ne serait-ce que par les influences citées plus haut, dont l’auteur s’affranchit en usant d’une narration très dynamique et d’une mise en image attrayante (les nouvelles couleurs se révélant particulièrement soignées et efficaces de ce point de vue.)

Venu de l’animation après avoir effectué des études d’histoire à l’université de Liège, Étienne Willem a rejoint les éditions Paquet avec la série Vieille Bruyère et Bas de Soie. Avec cette nouvelle aventure narrative, il réussit à conjuguer ambiance médiévale et BD animalière avec une belle efficacité.

Nul doute que ce second opus déjà primé meilleur album jeunesse par Canal J au salon de Nîmes saura trouver son public et nous tenir en haleine jusqu’à la publication du prochain tome !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon

Commander ce livre à la FNAC

  Un commentaire ?