La double vie d’Achille : épique et érotique

1er décembre 2019 0 commentaire
  • Après sa série "Mara" où une enquêtrice faisait des ravages dans les rangs des criminels, Cosimo Ferri revient avec une double version du héros mythologique Achille.

Aucun rapport entre cette double vie d’Achille et notre article d’hier traitant des Deux Vies de Pénélope, le superbe roman graphique de Judith Vanistendael. Certes, le lien mythologique les réunit, mais l’on s’arrête là, car si l’autrice jouait sur la référence à L’Odyssée dans son one-shot, Cosimo Ferri adapte le fameux récit d’Homère en se concentrant plus précisément sur son héros Achille, figure de L’Iliade.

Le premier tome de cette trilogie s’ouvre sur les noces de Pélée et Thétis, où tous les dieux sont invités sauf Eris, déesse de la discorde. Pour se venger, elle leur jette une pomme d’or avec la mention : "À la plus belle". Trois déesses revendiquent alors le fruit : Héra, Athéna et Aphrodite. Afin de mettre un terme à la dispute, Zeus charge le mortel Pâris de désigner la gagnante. Le jeune homme accorde la pomme à Aphrodite, déesse de l’amour, qui lui a promis en échange l’amour éternel de la plus belle des mortelles, Hélène.

La double vie d'Achille : épique et érotique
Les noces de Pélée et Thétis

Seulement Hélène est mariée au roi de Sparte, Ménélas. Pâris enlève la belle Hélène et déclenche la plus dévastatrice guerre grecque car tous les princes du pays avaient juré assistance à celui qui marierait Hélène. Ménélas part donc en guerre entouré des plus grands héros : Ulysse, Ajax... et Achille. La guerre de Troie a commencé !

Le second tome poursuit logiquement sur cette lancée, en se focalisant sur les tensions révélées par ce conflit : au sein de Troie elle-même avec le destin difficile de Pâris, devant les murs de la ville où leurs caractères ombrageux opposent Achille et Agamemnon, mais aussi sur le Mont Olympe où les dieux rivalisent d’intrigues pour influencer le sort de la guerre. En effet, contraint par Apollon de renoncer à sa prisonnière Chryséis, Agamemnon ordonne à Achille de lui remettre la belle Briséis qu’il a capturée. Le héros capitule mais refuse désormais de se battre. Pendant ce temps, les Troyens enchaînent les victoires et Patrocle, l’ami intime d’Achille, est tué par Hector. Fou de douleur et assoiffé de vengeance, le guerrier grec reprend les armes...

Nul doute qu’avec Achille, on est bien loin de la précédente série Mara que Cosimo Ferri a publiée de 2011 à 2017 aux éditions Tabou. On y retrouve bien naturellement la même force des planches en couleur directe de l’auteur, ici particulièrement bien adaptéeà ces ambiances antiques et mythologiques. Certes, certaines postures de personnages sont parfois assez théâtrales, mais cela participe à l’ambiance du récit homérique.

On apprécie surtout le sérieux de l’auteur. Il cite régulièrement le récit d’Homère, et mentionne les différents chants afin de coller à la source originelle. Pour que l’on s’y retrouve, le’auteur différencie la graphie les bulles des dieux de celles des hommes.

Dans le premier tome, une certaine confusion peut toutefois affecter le lecteur qui ne connaît pas bien les détails de cette mythologie, notamment ceux liés aux prophéties de Calchas.

Dans le second tome, l’auteur se rattrape en rajoutant de la clarté, notamment en mentionnant le nom grec des différents protagonistes au sein de ses vastes scènes, afin que le lecteur puisse s’y retrouver sans que cela ne perturbe le rythme du récit.

es deux premiers volumes de cette série ne souffrent pas la comparaison avec les bandes dessinées mythologiques de la collection de Luc Ferry, La Sagesse des Mythes, en particulier dans le soin graphique apporté à cet Achille, qui participe pleinement à l’évocation de cet affrontement mythique.

Un combat d’Achille, sans les phylactères

La singularité de cette adaptation tient également à sa double version. Nous avions déjà présenté une précédente collaboration entre Tabou et Graph Zeppelin, avec Vita Oswood->art20663] où une seconde version plus érotique du récit avait été proposée aux lecteurs adultes.

Les deux maisons d’éditions ont poussé plus loin leur collaboration en proposant ici directement deux versions du même récit, simultanément. Il n’est pas question dans ce cas de retoucher les planches (ou alors exceptionnellement) comme cela avait été le cas avec Vita Osmwood, mais bien de rajouter deux cahiers complet, soit un passage de 46 à 62 pages pour la version érotique publiée chez Tabou. Ces seize pages proposent bien entendu des scènes plus lestes, mais elles ne ne sont pas inutiles car elles permettent de parfois mieux comprendre les relations entre les personnages, notamment entre les dieux de l’Olympe.

Une très belle séquence entre Achille et Iphigénie

Deux versions aussi intéressantes que réussies, qui continuent de sortir la bande dessinée érotique de son ghetto. Une fameuse progression pour Cosimo Ferri depuis [Mara-art11489], ce qui laisse envisager un beau final pour cette double trilogie !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

D’Achille, par Cosimo Ferri auprès de Graph Zeppelin, acheter
- le T1 La Naissance d’un héros sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le T2 Sous les Murs de Troie sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

D’Achille, par Cosimo Ferri chez Tabou - Réservés aux adultes, acheter
- le T1 La Belle Hélène sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le T2 Pour l’Amour de Patrocle sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

  Un commentaire ?