Le N°1 de « Siné Hebdo » est dans les kiosques

11 septembre 2008 26 commentaires
  • Tandis que paraît le N°1 de « Siné Hebdo », le Tribunal de Lyon fixe l’audience du procès intenté par la LICRA contre Siné pour le 27 janvier 2009, à Lyon, juste avant le prochain Festival d’Angoulême.

Cette fixation a du sans doute décevoir les espoirs du dessinateur satirique qui espérait que l’affaire soit fixée à Paris où Siné attaque le journaliste Claude Askolovitch pour « diffamation » [1]. Selon le quotidien 20 minutes, le nouveau patron de presse annonce faire venir comme témoins à la barre une longue liste de personnalités parmi lesquelles Guy Bedos, Bernard Henri-Lévy ou Jean Sarkozy. Les Lyonnais auront droit à un spectacle que les Parisiens leur envieront…

En phase combattive, « l’affreux Siné » comme le chantait Jean Yanne vient de sortir son hebdo en kiosque. Dans son édito, il annonce s’adresser à la gauche, « la vraie », celle des « situationnistes, trotskystes, anarchistes, alter-mondialistes et tous les marginaux » chers à son cœur. «  On en a marre des emmerdeurs. Chacun s’exprime comme il l’entend. Il n’y a pas de tabou. On peut taper sur tout le monde  » déclare Siné à Jérôme Bouin du Figaro, un quotidien qui est la propriété d’un marchand d’armes, mais qu’importe, rien ne résiste au combat pour la liberté d’expression !

Le N°1 de « Siné Hebdo » est dans les kiosques
Siné ne manque pas de signaler qu’il a créé "Siné Massacre" (1962) avant "Charlie Hebdo" (1970). Son édito reprend ce titre.
Photo : L’Agence BD

Au sommaire, Ronald Searle, Carali et Tardi qui se fendent d’un dessin sur la liberté de la presse digne des plus belles heures du 19ème siècle, Philippe Geluck qui livre un cartoon pas vraiment engagé, de bonnes interventions de Loup ou encore de Diego Aranega sur scénario de Benoit Delépine, un strip inventif de Jiho et bien d’autres.

Des textes nostalgiques de Delfeil de Ton, Roland Agret ou Maurice Rajsfus qui parlent beaucoup d’eux-mêmes ; des articles pas toujours très clairs signés Guy Bedos, Michel Onfray, Noël Godin, Isabelle Alonso, Jackie Berroyer et Raoul Vaneigem ; un autre très clair en revanche sur les opinions pro-palestiniennes de Michel Warschawski illustré par un dessin plus que douteux sur la « maladie » qui frappe les territoires occupés en Palestine cisjordanienne ; des chroniques parfois marrantes de Christophe Alévêque ou Jean-Pierre Bouyxou, ou encore celui d’un célèbre spécialiste de la censure qui signe son papier du pseudo de Bernard Gasco rendant un hommage appuyé au taulier qui l’héberge. Si Siné avait signé le même genre d’article béatement lèche-pompes sur Philippe Val, il serait peut être encore à Charlie Hebdo…

Un numéro plutôt sage

« Charlie » et « Philippe Val » sont, selon Siné, considérés comme des gros mots dans la rédaction et font l’objet d’une taxe d’un euro chaque fois qu’on les prononce, la somme récoltée permettant de « boire un coup », voire d’organiser une bouffe, si l’on en croit la vidéo du Figaro> [2]. « On ne veut pas que ce soit une vengeance, raconte Siné.Je fais un journal avec les copains. Je regrette le bon vieux temps de Charlie Hebdo mais comme il a changé sa ligne éditoriale, je prends la balle au bond. Je ne crains pas la confrontation d’ailleurs, je ne trouve pas plus mal d’avoir deux hebdos plutôt qu’un.[…] Ils peuvent très bien acheter Charlie Hebdo et le mien, pourquoi pas, je ne suis pas jaloux. »

Le dessin de Ronald Searle sur la liberté de la presse (à gauche).
Photo : L’Agence BD

Quand à la liberté de ton de la feuille concurrente de Charlie, elle est plutôt sage. Rien de bien saignant et surtout pas contre Siné qui, dans son édito, déclare, avec « humour », si l’on en croit le décodeur universel Delfeil de Ton, que « la démocratie n’aura pas droit de cité dans ce journal et qu’au contraire, un discret culte de la personnalité sera apprécié sans être toutefois obligatoire. Je n’y supporterai, bien entendu, aucune brebis galeuse qui s’autoriserait à émettre un autre avis que le mien sur quelque sujet que ce soit.  » Il ne risque donc pas de lui arriver la même mésaventure qu’à Philippe Val…

Un numéro historique, à n’en pas douter !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le Blog de Siné

[1On est sans nouvelles, en revanche, de l’assignation de Charlie Hebdo aux Prud’hommes…

[2Une information démentie par l’article de Delfeil de Ton qui parle précisément de Charlie dans ce numéro. Nous espérons qu’il n’a pas oublié la tirelire.

 
Participez à la discussion
26 Messages :
  • "Siné à Jérôme Bouin du Figaro, un quotidien qui est la propriété d’un marchand d’armes, mais qu’importe, rien ne résiste au combat pour la liberté d’expression !"

    c’est un peu comme quand un journaliste s’étonnait qu’ arlette laguillier prenne un train 1ere classe, alors qu’elle milite pour la classe ouvriere....

    réactionnaire,stupide, mais en même temps tres clair sur l’idéologie de ce site.
    J’aimais venir ici pour de belles chroniques bd, j’y retournerai surement parceque les articles bd sont de qualités, mais muni d’une sorte de gilet par balles mental...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gilbert le 11 septembre 2008 à  10:16 :

      "Siné à Jérôme Bouin du Figaro, un quotidien qui est la propriété d’un marchand d’armes, mais qu’importe, rien ne résiste au combat pour la liberté d’expression !"

      Une pique (supplémentaire) vraiment mesquine de la part de quelqu’un qui n’est "pas contre Siné" mais qui ne perd pas l’occasion de lui donner le coup de pied de l’âne. Dans quel journal de gauche Siné pourrait donner une interview ? À Libé, qui sous la houlette de Joffrin est parfois plus à droite que Le Figaro ? À l’Huma, qui vit sous perfusion de Bouygues et consorts ?
      Le Figaro est un journal clairement de droite et de qualité. C’est pas Minutes ou National Hebdo.
      On se demande de quel côté est le sectarisme !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 septembre 2008 à  21:46 :

        Une pique (supplémentaire) vraiment mesquine de la part de quelqu’un qui n’est "pas contre Siné" mais qui ne perd pas l’occasion de lui donner le coup de pied de l’âne. Dans quel journal de gauche Siné pourrait donner une interview ? À Libé, qui sous la houlette de Joffrin est parfois plus à droite que Le Figaro ? À l’Huma, qui vit sous perfusion de Bouygues et consorts ? Le Figaro est un journal clairement de droite et de qualité. C’est pas Minutes ou National Hebdo. On se demande de quel côté est le sectarisme !

        Rooo, ce n’est pas une pique, c’est juste un constat. C’est la "droite de qualité" qui prête la parole à Siné. Je constate et je ne viendrais certainement pas remettre en cause l’honnêteté de ce journaliste.

        Il est quand même paradoxal que ce soit ces journalistes qui (je cite Denis Robert dans Siné Hebdo N°1, page 6)"salariés d’Hachette, de Bouygues, de Dassault ou de Pinault" ont "définitivement choisi de se coucher sur [les}] sujets à risque" qui font la promotion de Siné Hebdo.

        Et vous me trouvez mesquin ? Allons bon. Ni plus, ni moins que Denis Robert, alors.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 11 septembre 2008 à  13:48 :

      très clair sur l’idéologie de ce site ...

       ??? mmmh ?

      éclairez moi

      Répondre à ce message

    • Répondu par tim le 11 septembre 2008 à  16:09 :

      Le commentaire de votre article est vraiment "bête et méchant".

      Répondre à ce message

    • Répondu le 11 septembre 2008 à  21:33 :

      "c’est un peu comme quand un journaliste s’étonnait qu’ arlette laguillier prenne un train 1ere classe, alors qu’elle milite pour la classe ouvriere...."

      C’est vrai, pourquoi un prolo ne pourrait-il pas manger du caviar ?

      Répondre à ce message

  • Le N°1 de « Siné Hebdo » est dans les kiosques
    11 septembre 2008 15:25, par Bernard Joubert

    De qui Bernard Gasco est-il le nom ? De lui-même.

    À Didier Pasamonik : ayant été appelé "spécialiste de la censure" dans un de tes récents articles sur Siné, j’ai l’impression d’être celui que tu qualifies aujourd’hui de "lèche-pompes", "spécialiste de la censure qui signe son papier du pseudo de Bernard Gasco". Si tel est le cas, la réalité est : je n’ai pas écrit dans ce n° 1, ma chronique ne débutera que dans le n° 2, je n’ai donc encore rien pu lécher.

    À part ça, tu continues de modérer à la tronçonneuse les commentaires qui te prennent en défaut sur actuabd ? Ça fait très matamore de catch truqué cette façon d’arbitrer ses propres combats : monter sur le ring en poussant des grands cris, parader devant les spectateurs en roulant les muscles, mais ordonner la fin du combat sitôt qu’on a pris une claque sur le nez.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 11 septembre 2008 à  21:28 :

      De qui Bernard Gasco est-il le nom ? De lui-même.

      À Didier Pasamonik : ayant été appelé "spécialiste de la censure" dans un de tes récents articles sur Siné, j’ai l’impression d’être celui que tu qualifies aujourd’hui de "lèche-pompes", "spécialiste de la censure qui signe son papier du pseudo de Bernard Gasco". Si tel est le cas, la réalité est : je n’ai pas écrit dans ce n° 1, ma chronique ne débutera que dans le n° 2, je n’ai donc encore rien pu lécher.

      Effectivement, comme dirait l’autre "pan sur le bec". C’est vrai que, abusé par une Anastasie verruqueuse, j’ai pensé que Bernard Joubert s’avançait masqué sous le pseudo de Bernard Gasco. Que l’un et l’autre veuillent bien m’excuser.

      À part ça, tu continues de modérer à la tronçonneuse les commentaires qui te prennent en défaut sur actuabd ? Ça fait très matamore de catch truqué cette façon d’arbitrer ses propres combats : monter sur le ring en poussant des grands cris, parader devant les spectateurs en roulant les muscles, mais ordonner la fin du combat sitôt qu’on a pris une claque sur le nez.

      Nous l’avons dit et redit, les attaques ad hominem, et notamment, en ce qui te concerne, vis-à-vis de personnes qui n’ont rien à voir avec le débat qui nous occupe sont sauvagement sucrées. Vous êtes prévenus d’une modération a priori, il n’y a donc pas traîtrise. Si vous postez le message, c’est que vous acceptez les règles du jeu.

      Et puis comme dit Siné dans son édito qui applique à la lettre ce qu’il reproche à Philippe Val : " la démocratie n’aura pas droit de cité dans ce journal ". Elle m’a bien fait rire, celle-là.

      La ligne d’ActuaBD est simple : si l’on débat, c’est OK, même si parfois s’échappe une petite vacherie. Mais si vous avez vraiment besoin d’exprimer vos positions extrêmes et inconciliables, si vous avez besoin d’insulter, de diffamer, il y a des blogs (même gratuits) pour cela. Dans ce cas là, c’est vous mêmes qui supporterez les frais de procès.

      Confidence pour confidence, cher Bernard, qui préfère les combats de coq avec du vrai sang dedans, j’ai mieux compris ta virulence à défendre Siné quand j’ai vu ton nom dans le casting de Siné Hebdo. Cela, tu l’avais soigneusement caché aux lecteurs d’ActuaBD lors de tes interventiions.

      Répondre à ce message

  • En quoi le fait que Siné réponde à un journaliste, même du Figaro, pose problème ? je cherche encore mais ne vois pas...

    Répondre à ce message

  • Le premier tirage (140 000 exemplaires) était épuisé mercredi à midi, je n’ai pas pu en trouver un seul. Je ne sais pas si il y aura un retirage, je l’espère.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 11 septembre 2008 à  21:30 :

      Moi j’en ai trouvé sans problème mercredi soir. C’est de l’intox, tout ça.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 septembre 2008 à  21:41 :

        J’ai fait 5 marchands de journaux aujourd’hui jeudi, ils n’en avaient plus depuis hier.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Pirlouit (le gentil troll qui défend la presse libre et méchante) le 11 septembre 2008 à  22:56 :

        une lecture plutôt rapide et sympa, pas vraiment révolutionnaire, une équipe assez large, mais la place manque sérieusement pour développer des idées ou pour procéder à un minimum d’investigation ou d’analyse, on reste dans le registre de la provocation basique et parfois drole, heureusement. L’équipe rassemblée est sympa, mais je ne vois pas le concept perdurer au-delà de trois mois...d’autant plus que le capital de cette SARL de presse est de 2400 euros seulement !! je signale un beau dos de couverture de Tardi.

        Répondre à ce message

  • J’ai lu Siné Hebdo et j’ai lu Charlie Hebdo.

    Pour Charlie l’évènement de la semaine, c’est le pape. Pour Siné, c’est sa gueule.

    Répondre à ce message

  • Le N°1 de « Siné Hebdo » est dans les kiosques
    12 septembre 2008 10:51, par Ttt

    Précision : mon petit kiosquier, de quartier tranquille de petite ville de province en a reçu 10 à peu près, il a tout vendu le jour même, là je cherche dans les autres kiosques pour en acheter d’autres numéros. Il n’est sans doute pas épuisé partout c’est évident, mais le succès est au rendez-vous c’est évident aussi !

    Répondre à ce message

    • Répondu par François Pincemi le 12 septembre 2008 à  12:06 :

      ils bénéficient de l’effet curiosité et d’un publicité gratuite de la part des journalistes. Il est probable que les ventes vont se stabiliser entre 40 et 80 000 exemplaires d’ici quelques semaines (sans doute à peu prés comme Charlie-hebdo)

      Répondre à ce message

  • génération
    12 septembre 2008 14:55

    bon, joli tour de piste Siné. Et si vous posiez les valises ? après tout même Le Pen part à la retraite.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 septembre 2008 à  21:08 :

      "bon, joli tour de piste Siné. Et si vous posiez les valises ? après tout même Le Pen part à la retraite."
      C’est marrant comme ça fasse chier certains que Siné ne se soit pas fait détruire par la machination askolo-valienne ! Siné est un artiste, les artistes ne prennent pas leur retraite.
      (quand à la comparaison avec Lepen, la ficelle est tellement grosse que ça tient plus du cable du pont de Normandie, pas très subtil l’écossais)

      Répondre à ce message

      • Répondu le 14 septembre 2008 à  09:37 :

        cher irlandais, la subtilité résidait dans "les valises". derrière un bon gros câble : un fil de soie. finaud, non ? mais bon, ça remonte, pffuii, ça remonte, à loin, à une époque que les moins de 20 ans etc, où, pourtant, Le Pen aussi opérait déjà. donc je réitère : tout ça ce sont des querelles de vieux. ça ne concerne que les cadavres, les historiens, les théoriciens et les rats de bibliothèque. bizarre que des jeunes y participent, n’ont ils pas les leurs ? pourquoi rêvent/rejouent ils des querelles passées, sont ils des androïdes (avec des rêves électriques, je souligne au cas où) ? n’ont ils rien à exprimer ?

        Répondre à ce message

  • J’ai encore écumé les kiosques et marchands de journaux, il n’y a plus un seul Siné-Hebdo en vente depuis Jeudi soir. Je suis dégouté.

    (en revanche il y a des piles de Charlie Hebdo)

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit (le gentil troll qui n’aime pas vraiment les mauvaises pubs (...) le 13 septembre 2008 à  21:32 :

      et si certains ont du mal à le trouver, je leur conseille d’envoyer un mail à Siné pour qu’il mette en place un service de livraison d’anciens numéros. Avec un tirage de 140 000 exemplaires, ce numéro ne risque pas de coter une fortune dans le prochain BDM.

      Répondre à ce message

  • Le N°1 de « Siné Hebdo » est dans les kiosques
    23 septembre 2008 22:06, par Gilbert

    1] On est sans nouvelles, en revanche, de l’assignation de Charlie Hebdo aux Prud’hommes…

    Vous êtes bien impatient. Ces choses là se font dans la discrétion et viennent à leur heure. N’ayez crainte, vous serez prévenu.

    Répondre à ce message

  • Le 2 a l’air d’assez bien se vendre si j’en crois les kiosques où je passe...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 25 septembre 2008 à  00:06 :

      On en est au n°3 aujourd’hui, avec une couverture de Diego Aranega.

      Répondre à ce message