Le Train des orphelins, T2 - Par Philippe Charlot et Xavier Fourquemin - Editions Bamboo

11 mars 2013 1 commentaire
  • Arrivé à la fin de sa vie, Jim souhaite retrouver des traces des enfants dont il a partagé le sort pendant la triste épopée du train des Orphelins. Un second tome conclut son histoire avec brio.

Jim (devenu pour l’état civil Harvey, suite à l’usurpation de son identité) va chercher à retrouver ce qui l’obsède depuis son enfance : ses origines. Il fait partie de ces nombreux gamins déplacés pour des raisons prétendument sanitaires et sécuritaires durant plusieurs décennies aux États-Unis.

De bureaux des archives en services administratifs, le vieil homme fatigué se réfugie dans un bar au coin de la rue. Accosté par Bianca, une femme de ménage croisée dans le hall de l’immeuble, il trouve auprès d’elle non seulement réconfort et bienveillance, mais aussi une aide et un soutien dans ses recherches.

Victime d’une manœuvre et de l’usurpation de son nom par Harvey, un compagnon d’infortune sans scrupule, le vieil homme trouvera encore cinquante ans plus tard l’énergie d’aller au bout de sa quête. Car derrière l’épopée de ces gamins, et plus particulièrement de cet homme, se cache un désir de vengeance. C’est la révélation essentielle de ce second tome.

La rencontre entre cette femme elle aussi écorchée par la vie et le vieil homme taciturne donne un nouveau souffle à cette histoire. En prenant comme cadre l’histoire de ces orphelins de New York transférés dans des familles d’accueil de l’Ouest des États-Unis (phénomène qui perdura jusqu’à la fin des années 1920), les auteurs nous ont livré un récit passionnant auquel ce second tome ajoute une part d’émotion contenue et de profonde sensibilité.

La conclusion de ce diptyque se concentre sur le cœur de l’intrigue tout en s’attardant sur les deux septuagénaires à travers des dialogues justes, sensibles marqués par la pudeur et la retenue.

Le Train des orphelins, T2 - Par Philippe Charlot et Xavier Fourquemin - Editions Bamboo

Maîtrisant parfaitement la technique du double récit (déjà mis en place dans le premier volume), alternant avec habileté l’enfance et la vieillesse de Jim, la narration va bien au-delà du témoignage historique. Prototype de l’anti-héros victime des événements, de son ignorance (il ne sait pas lire) et surtout de la rivalité installée entre les enfants désireux d’attirer l’attention des parents les plus riches susceptibles de les adopter, Jim Harvey incarne ce récit avec force, authenticité et une certaine forme de romantisme.

Le duo Charlot et Fourquemin transforme avec brio l’essai annoncé avec le début de cette histoire. Si le premier volume pouvait laisser parfois apparaitre graphiquement quelques faiblesses, Xavier Fourquemin contribue néanmoins à nous faire entrer avec plaisir dans un récit puissant et captivant.

Une réussite !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon

Commander ce livre à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :