Actualité

Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, personnage de BD !

Par Pascal AGGABI le 26 mai 2022                      Lien  
Le président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, vous connaissez sans doute, depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Zelensky figure de proue de la résistance de son pays à l'envahisseur voisin qui ne s'attendait probablement pas à une telle opiniâtreté, est salué chez nous comme un véritable emblème du courage et de la détermination face à l'adversité. Il est aujourd'hui le personnage désigné d'un comics biographique: "Political Power : Volodymyr Zelensky".

Comédien tout d’abord, Volodymyr Zelensky jouait autrefois un président fictif dans une série TV à succès en Ukraine, série satirico-politique titrée Le Serviteur du peuple, avant de se voir élu, en 2019, président pour de vrai cette fois du pays.
Et ce, signe des temps assez révélateur, sans aucune expérience ou compétence politique, après toutefois avoir fait campagne en brandissant comme étendard la lutte anti-corruption et la promesse de mettre fin au conflit entre Moscou et les séparatistes soutenus par les États-Unis dans l’Est de l’Ukraine !

Le président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, personnage de BD !
La fiction plus forte que la réalité : en 2015 Volodymyr Zelensky l’actuel président ukrainien incarnait dans une série, un honnête professeur d’Histoire en guerre contre la corruption qui devient contre toute attente : le président de son pays !
© Kvartal 95.

Et voilà qu’un petit éditeur indépendant de Portland, TidalWave Comics, spécialisé surtout dans les bandes dessinées biographiques et militantes, les adaptations de films plus quelques séries avec leurs personnages originaux, se propose de raconter l’histoire de la vie de ce curieux mais étonnant président ukrainien, leader affirmé et omniprésent qui harangue comme personne en ces temps de guerre ; le tout dans un comics de 22 pages sorti le 18 mai dernier : "Political Power : Volodymyr Zelensky".

Volodymyr Zelensky : acteur puis président...
© DR.
... Maintenant personnage de BD.
TidalWave Comics.

Ainsi : "C’était un scénario difficile à écrire. L’éditeur et moi voulions nous concentrer sur l’homme au-delà du centre d’intérêt actuel des médias : la guerre de l’Ukraine avec la Russie et la bataille de Zelensky avec Poutine. Qui est-il ? Qu’est-ce qui le motive ? Pourquoi est-il le bon dirigeant pour l’Ukraine en ce moment ? Ce sont les choses qui m’intéressaient quand j’ai commencé les recherches." a déclaré le scénariste du projet Michael Frizell, tandis qu’il est accompagné par le dessinateur argentin Pablo Martinena.

Martinena qui a déjà dessiné des biographies sur les anciens footballeurs Maradona ou David Beckham, mais aussi Nelson Mandela, le Pape François ou Donald Trump.

TidalWave Comics.

Pablo Martinea explique à son tour : "Les héros viennent souvent d’endroits inattendus -il cite ici la scène où Zelensky met des fleurs sur une tombe- C’est l’histoire d’une famille de quatre frères. Trois d’entre eux, leurs parents et leurs familles ont été victimes de la Shoah. Ils ont été tués par les occupants allemands qui ont envahi l’Ukraine. Plus d’un million de Juifs ukrainiens ont été assassinés pendant l’Holocauste. Le quatrième frère a survécu. Après la guerre, sa femme a fui au Kazakhstan. Deux ans après la guerre, ils ont eu un fils et 31 ans plus tard il a eu un petit-fils. Ce petit-fils, bien sûr, est l’actuel président de l’Ukraine. C’est son histoire."

Le dessinateur rajoute : "On l’accompagne alors à partir de sa naissance dans une ville industrielle de l’Union soviétique, on le voit faire la bar-mitzvah -le rituel juif de l’entrée dans l’âge adulte, à 13 ans- on le voit assis à un bureau en Mongolie , où sa famille a vécu quelques années."

Retour au présent...
TidalWave Comics.

Darren G. Davis créateur et éditeur en chef de TidalWave Comics a déclaré de son côté : "Ce livre signifie beaucoup pour moi en raison de mon héritage ukrainien, mes deux grands-parents ont émigré d’Ukraine. Je voulais utiliser ce média, les comics, non seulement pour raconter une histoire, mais aussi pour faire un don à la cause en même temps."

Oui, puisqu’un pourcentage du bénéfice des ventes sera reversé à la Croix-Rouge internationale, organisations chef de file de toutes celles qui s’activent sur le vaste territoire, scène du conflit.

École, théâtre, télévision, parodies -à l’occasion sur Poutine- série TV, et...
TidalWave Comics.

Dans cette biographie de Zelensky, l’Ukraine devient indépendante en 1991. Dans les rues monte la violence et le jeune Volodymyr fait des études de droit. Mais il a la tête ailleurs et de plus en plus il se tourne vers le Théâtre. Il arrive à la télévision par la société de production Kvartal 95 et devient l’un des acteurs les plus connus d’Ukraine.

TidalWave Comics.

De là, dans la nuit du 31 décembre 2018, il annonce qu’il sera candidat à la présidentielle, en tant que, on l’a dit, candidat anti-corruption -anti-corruption, OK, mais dans les faits bien soutenu par un oligarque ukrainien, ça peut aider, non ?

Il a le soutien du peuple et obtient la victoire au premier tour. On suit également les pourparlers avec l’inénarrable Donald Trump à ce moment président des USA, qui tente de faire pression pour enquêter sur le fils de... Joe Biden.

TidalWave Comics.

Mais.

Vérité ou propagande : dans ce conflit ukrainien, ses prémisses, rien n’est aussi simple qu’en apparence, comme toujours. Même pas Volodymyr Zelensky, acteur dans une première vie, porte-voix parfait, dorénavant, pour les spin doctors mandatés par l’OTAN tandis qu’une très grande partie des nations dans le monde refuse de prendre parti. Après tout, les autres ne sont pas plus bêtes ou moins vertueux que nous.

Il n’empêche et par-delà, Zelensky et tout le peuple ukrainien, sa diaspora, sont admirables de détermination, de mobilisation et d’esprit de résistance.

Pour le reste, là encore les années se chargeront de séparer le bon grain de l’ivraie, faire le tri, pour nous éclairer dans ce qui n’est, pour nous, aujourd’hui, qu’une guerre de l’information et de la désinformation dans tous les camps, où le nazi à combattre, à éradiquer, est forcément l’autre. Monde binaire et sans objet : les guerres en Irak, Libye, Yougoslavie et maintenant le Congo, par exemple, nous ont bien prémunis contre tout excès de naïveté à ce sujet.

Ce qui n’empêche pas, évidemment et surtout, d’être totalement abasourdi par la situation, l’escalade, les perspectives et plus encore par le sort des nombreuses victimes. De fait, collatérales et à venir.

© TidalWave Productions.

Une biographie de Volodymyr Zelensky également disponible sous format numérique et qui pourrait éventuellement, être reprise dans une édition spéciale à couverture cartonnée.

Voir en ligne : Le site de TidalWave Comics

(par Pascal AGGABI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9781956841466

tout public Biopic Ukraine 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Cette façon devenue habituelle de renvoyer dos à dos Poutine et Zelenski en sous-entendant qu’on ne sait pas qui a raison et qui a tort et que l’histoire jugera est franchement irresponsable au regard des informations fiables et avérées qui témoignent de la situation sur place et de ses origines historiques. Pas la peine d’attendre le verdict des historiens futurs, il existe déjà de nombreux travaux d’historiens actuels et sérieux qui racontent l’histoire de l’Ukraine. C’est la propagande russe qui laisse entendre qu’il y aurait de « bonnes raisons historiques » qui justifieraient l’invasion d’un pays et le massacre de civils par dizaines de milliers. Pour en revenir à cette BD, on peut considérer qu’il existe aujourd’hui deux fléaux (entre autres) sur cette planète : Vladimir Poutine et Photoshop.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 2 juin 2022 à  10:53 :

      Ce qui est irresponsable c’est l’escalade. La diplomatie c’est mieux, je crois.

      Il semble que vous confondez l’Histoire, la géopolitique et surtout la géostratégie : l’affaire concerne certainement plus Poutine et l’OTAN, que Zelenski et Poutine, comme c’est déjà le cas depuis près d’une décennie sans véritable avancée vers l’apaisement des esprits et une relative concorde dans une situation qui ne sera jamais parfaite.

      Il devient néanmoins urgent, extrêmement urgent, de négocier.

      Cordialement.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 juin 2022 à  14:37 :

        C’est à Poutine qu’il faut dire ça. L’OTAN a avancé ses pions à l’Est mais sans tirer une seule cartouche. Poutine a tué au moins 20 000 civils rien qu’à Marioupol. Impossible et indécent de les renvoyer dos à dos.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 2 juin 2022 à  21:34 :

          Libre à vous de jouer les naïfs, et je ne crois pas que vous l’êtes, naïf, surtout si du coup la guerre en escalade arrive à vous convenir. Elle ne me convient pas, à moi.

          Négocions la paix, voilà la priorité.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 3 juin 2022 à  12:26 :

            La naïveté est plutôt de votre côté, on dirait. Avant de négocier la paix (qui n’est généralement acquise qu’en gelant les positions, sans restituer les territoires conquis), il faut d’abord parvenir à un cessez-le-feu. Toutes les négociations en ce sens, depuis 100 jours, ont été frappées d’insincérité, en particulier du côté russe.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 6 juin 2022 à  13:19 :

              Encore un album « photo ». Je m’étonne qu’il n’ai pas été repris par la nouvelle maison d’édition de Boudjellal qui aime bien ce procédé de décalque ; ça aurait été pas mal, après le « Z » de Zemmour, celui de l’armée de Poutine…

              Répondre à ce message

              • Répondu le 6 juin 2022 à  15:08 :

                C’est pas du tout le même rendu, même si les deux utilisent la photo. Je préfère largement le Poutine de Cuningham à ce Zelenski sous Photoshop.

                Répondre à ce message

                • Répondu par barnum le 10 juin 2022 à  16:20 :

                  Le Poutine de Cunnigham n’est pas mieux, c’est de la retouche photo en plus scolaire, façon Photoshop au début d’internet.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 11 juin 2022 à  16:15 :

                    Non, Cunnighmam est beaucoup plus sobre, rien à voir. Le danger de Photoshop c’est d’en faire toujours trop. Avec le numérique, tous les mauvais goûts sont permis. Tout le monde n’a pas le talent de Adam Hugues quand il faisait les couvertures de Wonder Woman. Il faisait énormément d’effets, mais il les maîtrisait, il avait surtout de bonnes références en tête, notamment les illustrations de son maître Alfons Mucha. Avoir étudié l’histoire de l’art, c’est utile, même quand on fait de la BD.

                    Répondre à ce message

                  • Répondu le 11 juin 2022 à  16:16 :

                    Photoshop existait avant internet.

                    Répondre à ce message

PAR Pascal AGGABI  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD