Actualité

Le Lake Como Comic Art Festival une convention à l’américaine dans un cadre sublime

Par François RISSEL le 26 mai 2022                      Lien  
Nous avons assisté, le temps d’une journée, à cette manifestation d’envergure ayant acquis rapidement une réputation internationale grâce à la notoriété des artistes présents chaque année : le Lake Como Comic Art Festival, le festival de BD du lac de Côme.

Le festival du lac de Côme, c’est avant tout une promesse : celle de rencontrer des créateurs rares, mondialement connus, dans un cadre absolument idyllique qu’est celui de la villa Erba, un monument d’exception situé sur les rives du lac au sein de la petite ville de Cernobbio. Lors des éditions précédentes, des dessinateurs comme Mike Mignola, Dave Gibbons, Jim Lee, ou Régis Loisel avaient effectué le déplacement pour rencontrer le public et réaliser des commissions.

Là repose la différence majeure entre le festival du Lac de Côme et ceux que l’on retrouve habituellement en France : ici pas de dédicace gratuite : si on veut un dessin, il faut payer pour obtenir une œuvre originale de l’artiste. Un système de rémunération alternatif pour les auteurs qui nous vient directement des États-Unis où ce genre de convention est la norme.

Le Lake Como Comic Art Festival une convention à l'américaine dans un cadre sublime

Le Lake Como Comic Art Festival est à l’initiative de la même équipe qui était derrière des évènements comme le Big Wow Comic Fest en Californie et la Paris Comics Expo en France. Ceux-ci invitent le public à rencontrer les meilleurs créateurs de l’industrie du comics et de la bande dessinée en assurant que « Lors de ce festival, vous ne verrez pas de médias, de cosplayeurs ou d’exposants n’ayant qu’un lointain rapport avec l’univers du comics. Ils ont clairement leur place dans certaines conventions, mais pas au LCCAF. »

Soucieux de l’accueil des festivaliers, les organisateurs ont vite pris conscience du fait qu’il y avait de plus en plus de monde dans ce type d’évènement là ou ils préféraient concevoir un festival à taille humaine. Pour pallier cet "inconvénient" les ils ont choisi de limiter le nombre d’entrées à mille tickets, lesquels sont vendus à un prix élevé (il faut compter 135€ pour une journée, et 200€ pour les deux jours) un moyen radical pour limiter la fréquentation et permettre une manifestation plus intimiste selon eux. La volonté des organisateurs est de « Revenir aux jours ou les fans pouvaient réellement interagir avec leur artiste favori(te) ! »

Olivier Coipel
Photo © François Rissel

Après trois années d’absence pour cause de pandémie, la troisième édition du festival a donc eu lieu les 13, 14 et 15 mai derniers et le plateau était tout aussi extraordinaire que les années précédentes. Côté comics : des piliers de l’industrie comme Arthur Adams, l’un des collaborateurs importants et réguliers de séries comme X-Men ou les Quatre Fantastiques, Frank Cho, dont les épisodes de Spider-Man sont aujourd’hui des références pour tous les amateurs de l’homme-araignée, ou encore Klaus Janson l’encreur incontournable de la série Daredevil et compère de longue date du dessinateur Frank Miller.

Milo Manara à l’oeuvre
Photo © François Rissel

La bande dessinée franco-belge n’était pas en reste lors de cette édition. Le dessinateur Juanjo Guarnido était lui aussi présent pour la troisième fois sur le festival, mais également le maître de la bande dessinée érotique italienne : Milo Manara.

Au-delà des commissions, nous avons également pu assister à des conférences, dont l’une rassemblait des dessinateurs autour d’une séance d’après modèle pour appréhender leurs techniques et leurs représentations du corps dans leurs œuvres. De nombreux galeristes étaient également présents sur le salon pour proposer des pièces originales à la vente.

Vous l’aurez compris, le LCCAF est une manifestation remarquable dans un cadre exceptionnel offrant une opportunité unique d’échanger avec des dessinateurs de renommée mondiale, mais aussi d’acquérir des œuvres originales à des prix variables. C’est un évènement qui s’adresse avant tout à des collectionneurs aguerris prêts à dépenser sans compter pour des pièces de leurs dessinateurs favoris.

Photo © François Rissel

(par François RISSEL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

PAR François RISSEL  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD