Les Contes d’outre-tombe - Par Jacques Lamontagne - Les 400 coups

20 août 2009 0 commentaire
  • Alors que la nuit tombe, trois jeunes voyous échouent dans un cinéma abandonné qui projette des films d’horreurs en rafale. Au programme : morts-vivants, revenants, loups-garous, tueurs en série, sorcières, démons et cannibalisme. Vingt-et-une histoires macabres teintées d’un sens de l’humour tordu.

Les Contes d’outre-tombe rassemblent tous les ingrédients du genre : registre de thèmes connus, logique sordide et traitement gore ; le tout relié par un personnage qui réapparaît d’une histoire à l’autre, ce vieil homme grincheux, tantôt brocanteur, libraire ou guichetier, et dont il vaudrait mieux se méfier. Malgré leur caractère souvent prévisible, ces récits ne manquent pas de susciter l’horreur. Parmi les meilleurs contes de ce recueil, on pourrait citer « Vice caché », « Les joies de la famille », « Un sceptique chez les spirites », « Ceux de Maldersin » ou « Le miroir de Boston », qui se démarquent par leur côté inusité.

Inspiré par les comics d’horreur des années 1950-1970 qui ont marqué sa jeunesse, tels que Tales from the Crypt, Eerie ou Creepy, Jacques Lamontagne a conçu cette série de contes pour le magazine Safarir, au début des années 2000. Ces histoires sont enfin reproduites intégralement sous forme d’album, avec en prime la nouvelle fantastique Ichabod Crane, détective de l’occulte, également parue dans Safarir à la même époque. (Le scénario est de Michel Viau, d’après l’univers de Sleepy Hollow : la légende du cavalier sans tête de Washington Irving).

Les Contes d'outre-tombe - Par Jacques Lamontagne - Les 400 coups
Extrait - Les contes d’outre-tombe
© Jacques Lamontagne / Les 400 coups

Comme c’est parfois le cas avec les graphic novels américains, l’album contient également une série d’illustrations supplémentaires réalisées par un « carnet d’invités » composé de Jean-Luc Istin (sénariste de Lamontagne pour Les druides, Soleil), J.F. Bergeron (Saint-Germain, Glénat), Denis Rodier (L’ordre des dragons, Soleil), VoRo (L’été 63, Vents d’Ouest), Mario Malouin (L’Astronaute, Glénat Québec) et Benoit Godbout (Académie des chasseurs de primes, Les 400 coups).

Si Jacques Lamontagne est surtout connu aujourd’hui pour les séries qu’il a publiées en Europe (Yuna et surtout Les druides, toutes deux parues dans la collection Soleil Celtic), Les Contes d’outre-tombe permettent de retracer les « premiers pas hésitants » de l’auteur : « Même si le style de dessin est fortement inégal, voire parfois maladroit, je tenais à ce que les lecteurs aient entre les mains une véritable compilation des Contes d’outre-tombe afin qu’ils puissent voir l’évolution de mon travail. Car, il faut bien le dire, ces histoires qui ne se prennent pas au sérieux m’auront permis de me faire une “patte”, ce qui aura facilité ma venue sur le marché franco-belge. »

Cette citation résume parfaitement l’impression que laisse ce recueil : un style en formation qui évolue au cour des trois ans qui ont marqué sa composition, ainsi que le plaisir « démentiel » avec lequel l’auteur avoue avoir concocté ces récits d’épouvante.

Illustration de couverture - Les contes d’outre-tombe
© Jacques Lamontagne / Les 400 coups

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?