Les Naufragés d’Ythaq - T12 : Les Clefs du néant - par Arleston & Floch - Soleil

17 décembre 2014 1 commentaire
  • Amour et trahison sont au programme de cette nouvelle aventure qui aborde définitivement la page du Space Opera. Si les personnages gagnent encore en profondeur et en intensité, l'aspect futuriste sera prochainement épaulé par un nouveau venu au dessin : Fred Blanchard.

Toujours aussi sexy que punchy, la série des Naufragés d’Ythaq bascule doucement mais sûrement dans le Space Opera. Cet univers parallèle continue effectivement de susciter bien des convoitises, et la puissance sombre qui habite l’un des personnages principaux s’apprête (enfin) à fondre sur cette Fédération de Mondes bien divisée.

Les Naufragés d'Ythaq - T12 : Les Clefs du néant - par Arleston & Floch - Soleil

Christophe Arleston le sait bien : toute bonne histoire doit se bâtir avec des personnages solides. Cette trame sur fond de politique galactique et de grande aventure tient surtout grâce au trio de héros, devenu quatuor depuis peu, grâce à l’arrivée de l’agent Danaëlle. Face à des menaces de basculement universel, ce sont souvent les problèmes de cœur et de trahison qui rythment finalement l’aventure, pour le plus grand bonheur des lecteurs.

Recherche pour la civilisation du futur projet de Floch/Blanchard/Arleston
© Fred Blanchard

Le dessinateur Adrien Floch s’est encore amélioré dans le ressenti des émotions de ses personnages. Pas besoin de gros plans pour comprendre les passions qui les traversent (entre sens du devoir et élans du cœur) : chaque case transcrit très fidèlement les mouvements du corps et les expressions des héros. N’oublions pas non plus les Extra-terrestres, qui semblent réellement animés d’une vie propre. Tout ceci permet de structurer le récit, et rattrape adroitement des décors SF parfois moins inspirés que naguère. Bien loin des climats qui servaient originellement le récit, Les Naufragés d’Ythaq ont changé d’ambiance, et le dessinateur tente de s’adapter au mieux.

Décors du futur projet de Floch/Blanchard/Arleston
© Fred Blanchard

« J’ai toujours été plus à l’aise dans les décors d’Heroïc Fantasy que dans le dessin d’engins spatiaux, convient Adrien Floch. Je suis peut-être un peu paranoïaque, mais j’ai l’impression que mes vaisseaux se ressemblent tous ! C’est pour cela que je me suis associé avec Fred Blanchard pour la suite des Naufragés d’Ythaq. Comme pour Olivier Vatine (avec qui j’avais collaboré sur “Cixi de Troy”) Fred fait partie de ceux qui m’ont beaucoup influencé par sa créativité graphique. »

La prochaine arrivée de Fred Blanchard va sans doute donner un souffle supplémentaire à une des meilleures séries de Soleil. Mis en valeur par son inventivité graphique, les personnages de Floch devraient nous permettre de vivres bien de nouvelles et passionnantes aventures.

Pour Fred Blanchard, chaque élément doit avoir son utilité
© Fred Blanchard

Cette association devrait permettre de dégager du temps pour un autre projet sur lequel Floch & Arleston travaillent depuis plus de deux ans, comme le confirme l’intéressé : « Travailler avec Fred Blanchard est une chance, doublée d’un réel plaisir !, continue le dessinateur. « Les engins, habitations et décors qu’il réalise sont non seulement très esthétiques et très innovants, mais chaque détail détient son rôle explicite, ce qui confère une authenticité profonde à tout ce qu’il crée. Le lecteur s’en rendra compte dans le prochain tome des Naufragés d’Ythaq, et dans un autre projet qui sortira sans doute pour 2016.”

Une nouvelle donne qui donne un nouveau souffle à l’une des séries-phares du catalogue des éditions Soleil.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Des Naufragés d’Ythaq, commander :
- ce tome 12 chez Amazon ou à la FNAC

Commander :
- le T11 chez Amazon ou à la FNAC
- le T10 chez Amazon ou à la FNAC
- le T9 chez Amazon ou à la FNAC

Lire nos précédentes interviews dAdrien Floch :
- "Certaines histoires nécessitent une parution rapide" (Janv 2008)
- « Le récit prime sur le format » (Oct 2011)
- « "Les Naufragés d’Ythaq" bascule dans le Space Opera »
- « Lorsqu’on veut faire du Space Opera, il faut constamment se renouveler » (Juin 2014)
Lire nos chroniques des précédents tomes des Naufragés d’Ythaq : 1 ; 3 ; 4, 5 et 6

Outre la couverture et la page du tome 12 des Naufragés d’Ythaq, tous les visuels sont © Fred Blanchard. Aucune utilisation sans autorisation préalable.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Le fait d’allier aventure, humour, suspens et politique-fiction fait de cette série la digne héritière de Valérian et laureline (la référence mondiale du genre - cf : G. Lucas et cie). C’est une chance extraordinaire de voir une nouvelle génération se mettre dans les pas de leurs ainés, tout en ayant leur personnalité et leur univers propre, et de nous faire rêver d’espace infinis et de mondes fabuleux. Arleston concocte de fin scénarios parfaitement rythmés et à la langue souvent savoureuse qui sont un plaisir de lecture. La classe graphique de Floch emporte notre adhésion enthousiaste car il arrive a donner vie aux personnages et à créer des ambiances dans un style d’une grande beauté qui restera une référence comme celui de Mézières l’est depuis près de 50 ans. En somme, la poésie rejoint l’aventure ce qui est la marque des grands.
    Nous nous réjouissons de lire les prochains albums, qui, avec l’arrivée de Fred Blanchard ne peuvent que bénéficier d’un apport qualitatif supplémentaire, portant probablement la série vers d’autres sommets.

    Répondre à ce message