Les artistes de CFSL s’éditent en Artbooks

19 février 2013 13
  • Nous vous proposons un tour d'horizon des derniers Artbooks des éditions CFSL Ink, de véritables pépites témoignant du foisonnement créatif des artistes de l'hexagone.
Les artistes de CFSL s'éditent en Artbooks
La couverture de "Worlds & Wonders"
©Briclot/CFSL Ink

La qualité de ses artbooks a forgé petit à petit la réputation de l’éditeur CFSL Ink, la filiale "édition" de la communauté Café Salé, gérée en partenariat avec les éditions Ankama. La communauté d’artistes francophones, créée en 2002 et composée aujourd’hui de plus de 20 000 membres, éditait à l’origine des artbooks collectifs offrant une large palette d’univers, et propose aujourd’hui des ouvrages consacrés chacun à un artiste particulier.

Voici un petit tour d’horizon de quelques ouvrages incontournables. Commençons par Aleksi Briclot [1], dont l’artbook date un peu mais dont il est important de parler, car l’artiste constitue l’une des plus grosses références du catalogue.

Directeur artistique, illustrateur, et concept artiste, il a travaillé sur des univers tels que Spawn, Magic The Gathering, Splinter Cell, World of Warcraft TCG, et a dessiné des couvertures pour Marvel sur Annihilationn, New Avengers ou War of Kings. Il a également cofondé le studio de développement Dontnod à Paris en 2008.

Son artbook Worlds & Wonders, sorti en 2010, est un superbe pavé de près de 190 pages et propose une rétrospective très complète, allant des commandes d’illustrations à des travaux de Character Design en passant par du concept art et du speed painting. Les univers sont souvent très sombres, les compositions sont généreuses en éléments graphiques et en ambiances texturées aux lumières sophistiquées. Nous plongeons dans une palette très riche, flirtant même parfois avec le cartoon.

Les œuvres pour les clients prestigieux se succèdent avec la même dynamique dans le trait ou l’expérimentation plastique, pour les comics ou les jeux vidéo. En prime, nous avons droit à des splendides mises en pages de carnets de recherches, étalées sur des pages repliées en quatre volets. Un très bel objet.

"Le Livre des Mots TII"
©Briclot/CFSL Ink/Calmann Lévy
"Hellgate : London 0"
©Briclot/CFSL Ink/Flagship Studios/Dark Horse Comics
La couverture de "Derelict Planet"
©Blanché/CFSL Ink

De son côté, Pascal Blanché, à travers son livre Derelict Planet, démontre un univers autant barré que singulier.

Pionnier de l’illustration 3D dès les années 1990, Blanché est aujourd’hui directeur artistique en Angleterre dans les studios de jeux vidéo Jagex, et a dirigé les jeux vidéo Avatar : the game, Myst IV Révélation, ou encore Naruto : Rise of a Ninja.

Extrêmement déroutant et proposant des mélanges 2D et 3D rehaussés de couleurs saturées et plutôt inhabituelles (du vert flashy cohabitant avec des jaunes très agressifs), l’artiste met ici en scène de jeunes femmes dénudées, des monstres casqués et des créatures hybrides dans des univers en suspension, souvent dénués du moindre élément de décor.

Une patte singulière et reconnaissable entre toutes qui se singularise par une touche très expérimentale s’adressant à un public averti.

"Nomad" de P. Blanché
©Blanché/CFSL Ink
"3DSMax9 Splash Screen" de P. Blanché
©Blanché/CFSL Ink/Autodesk
La couverture de "Sunny Side"
©Campion/CFSL Ink

Dans l’artbook Sunny Side, l’univers coloré et rafraîchissant de Pascal Campion se révèle une vraie pépite qui nous colle le sourire dès les premières pages. L’artiste démontre son sens de la mise en scène à travers des représentations tendres du quotidien, réussissant, par sa maîtrise de la lumière et son sens aigu de la scénarisation, à raconter des histoires se déroulant avant, pendant, et après ses instants T.

Campion est un animateur et illustrateur franco-américain Ses compositions défilant au rythme des saisons ou des heures de la journée, nous renvoient à notre propre quotidien, en s’inspirant surtout de sa propre vie de famille. Superbe et charmant, assurément notre coup de cœur.

"Urban" et "The Blue Space Between" de P. Campion
©Campion/CFSL Ink
"Sleepless" et "Stories" de P. Campion
©Campion/CFSL Ink
La couverture de "Burning Inside"
©Rossbach/CFSL Ink

Plus masculin et beaucoup plus bourrin que le livre chroniqué ci-dessus, Burning Inside de Jean-Sébastien Rossbach, met en scène guerriers barbares, sorcières, femmes fatales et créatures fantastiques, au sein d’une large panoplie d’univers de la Science-Fiction et de la Fantasy.

Rossbach est un peintre, illustrateur et designer graphique et a surtout illustré des couvertures de la série Hypérion de Dan Simmons, Le Trône de fer, ou encore Slaine, ainsi que plusieurs dizaines de couvertures chez Pocket, Flammarion, Gallimard, ou Bragelonne. Ayant également posé un pied dans les couvertures de comics, les jeux de rôle et les jeux de cartes, il se consacre surtout aujourd’hui à la peinture et à ses travaux personnels.

Ces derniers permettent d’ailleurs d’admirer ses superbes femmes aux coiffes improbables et aux dents pointues, côtoyant un chapitre consacré à Cheree, le personnage qu’il a créé avec Pascal HV pour un bar Parisien. Signalons au passage que l’Artbook est orchestré autour de paroles de chanson, témoignant du goût de Rossbach pour la musique Rock.

"Tribute to Frazetta" de J.S. Rossbach
©Rossbach/CFSL Ink/ImagineFX Magazine
La couverture de "Corpus Delicti"
©Birault/CFSL Ink

Enfin, l’Artbook Corups Delicti de Serge Birault consacré aux pin-ups, complète l’armada des ouvrages CFSL Ink. Illustrateur et concept artiste pour l’industrie du jeu vidéo, du disque ou de l’animation, le dessinateur toulousain livre ici une compilation de ses travaux personnels, véritable déclaration d’amour à sa femme Chloé et aux muses qui l’inspirent.

L’artiste se consacre à peindre des créatures de rêves dans des positions sexy, mais sans jamais la moindre once de vulgarité. Toujours sur le fil entre l’humour référencé et la beauté plastique de ses sirènes, Birault s’amuse à rendre hommage au corps féminin, en mâtinant le tout de second degré et de beaucoup de tentacules.

"Steampunk, WW" de S. Birault
©Birault/CFSL Ink
"Absolution" de S. Birault
©Birault/CFSL Ink

Et pour les plus curieux ou les graphistes et illustrateurs désireux d’en apprendre plus sur le manière de travailler de tous ces artistes, sachez enfin que l’intégralité des Artbooks de CFSL Ink proposent des tutoriaux de fabrication, un récit explicatif en images montrant le processus créatif, les questions que se posent les créateurs en matière de composition, de gestion de lumière, ou de rendu.

Une bible pour les amoureux des arts graphiques.

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander "Worlds & Wonders" chez Amazon ou à la FNAC
Commander "Derelict Planet" chez Amazon ou à la FNAC
Commander "Sunny Side" chez Amazon ou à la FNAC
Commander "Burning Inside" chez Amazon ou à la FNAC
Commander "Corpus Delicti" chez Amazon ou à la FNAC

Lire aussi sur ActuaBD :
Café Salé : une success story numérique

En médaillon : le logo des éditions CFSL Ink.

[1Aleksi Briclot exposera à la Maison d’Ailleurs (le Musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires) en Suisse, à partir du 3 mars et ce pour six mois, jusqu’au 25 aout 2013. L’exposition se nomme "Genèse : des croquis à l’oeuvre" et présente une centaine d’images digitales en grand format, mises en parallèle avec de nombreux croquis, illustrations traditionnelles et crayonnés préparatoires. L’occasion de dévoiler un peu plus du processus créatif qui mène à la réalisation d’une illustration finalisée notamment par le biais de nombreux carnets de croquis. Un fac-similé de carnet de croquis sera édité pour l’occasion par la Maison d’Ailleurs. Le vernissage se tiendra le samedi 2 mars et est ouvert à tous.

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Grosse daube
    19 février 2013 02:11, par Bardamor

    On est obligé de dire que c’est de la grosse daube de virtuoses de la palette graphique sans intérêt, pour le cas où des gosses passeraient par là.

    Répondre à ce message

    • Répondu par kness le 19 février 2013 à  11:01 :

      Développez ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par Albert du Genou le 19 février 2013 à  13:38 :

      Ha ! Manque de bol, les quelques artistes présentés sont surtout des virtuoses du crayon et du pinceau.

      Nan, franchement, en 2013, il existe encore des gens qui pensent que le logiciel nous dit où poser les coups de pinceaux ? Que des gens s’accrochent encore au faux débat traditionnel/numérique, je veux bien... Mais est-ce vraiment le médium qui fait l’artiste ? (hu hu hu)

      Répondre à ce message

      • Répondu le 20 février 2013 à  23:40 :

        Je crois que la remarque de Bardamor sur la tablette graphique était secondaire, lui dire que c’est fait au pinceaux ne devrait rien changer au fait qu’il trouve que c’est de la daube. Il faut vraiment tout ramener à la technique pour lui faire de telle réponse. Je pense qu’il parlait plutôt du fond, des sujets, de leur approche, de ce que montre les créateurs et comment il le montre.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Bardamor le 21 février 2013 à  03:38 :

        Je ne m’accroche pas au débat traditionnel/numérique, qui est effectivement un faux débat sur le plan artistique. Il reste que beaucoup d’artistes restent conditionnés par la technique, ne parviennent jamais à s’en détacher, et ne dépassent pas le stade des "effets spéciaux" que chaque technique nouvelle autorise.
        Je prends un exemple : des tas de gens se prosternent devant Hergé, alors qu’il est surtout un excellent technicien (le meilleur ?), d’une platitude remarquable par ailleurs. Du point de vue artistique, on n’en a rien à secouer de la "ligne claire", vu que c’est un truc technique.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 21 février 2013 à  11:27 :

          ah bon ? et si je vous dis que les albums de Tintin ont été vendus à des centaines de millions d’exemplaires par le monde ? et que cette ligne claire (trés souvent imitée, rarement égalée, à part par Joost Swarte et Ted Benoit) a profondément impressionné de nombreux auteurs ?

          Répondre à ce message

          • Répondu le 21 février 2013 à  13:18 :

            François, ce serait bien de lire les commentaires avant d’y répondre

            Répondre à ce message

        • Répondu par Albert du Genou le 21 février 2013 à  16:37 :

          Désolé, mais le "fond" du commentaire était loin d’être clair. Par contre le jugement, lui, l’était. Chacun ses goûts. "Faire comprendre" que l’on n’aime pas est une chose, se mettre des oeuillères et ne pas voir quels sont les débouchés et les sujets "artistiques" d’aujourd’hui en est une autre (vous remarquerez que j’évite le sujet "Art" et que je parle ici plutôt de "carrière artistique").

          Bref, désolé, mais pour ma part je conseillerai plutôt de se faire une idée par soi-même plutôt que, comme bien souvent, donner plus d’importance aux critiques qu’aux oeuvres critiquées.

          PS : oui, je suis membre du CFSl, et non, je n’est pas le niveau pour être dans l’Artbook, hu, hu, hu.

          Répondre à ce message

  • Monstres d’heroic fantaisie sans intéret, mais les jeunes femmes
    20 février 2013 12:17, par Oncle Francois

    sont bien dessinées et très attirantes, du moins c’est mon opinion. Il me semble que l’on n’est pas loin de l’imagerie glamour style Playboy et autres mags prestigieux (Penthouse illustré, etc).

    Répondre à ce message

    • Répondu le 20 février 2013 à  21:49 :

      Rien à voir avec de la BD en tous cas.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Bardamor le 28 février 2013 à  01:28 :

      C’est marrant comme les inconditionnels du style mécanique -et que je t’en mets plein la vue avec des effets spéciaux et du chrome à gogo-, se prosternent devant les gonzesses et les belles mécaniques en général. Quand la femme n’est plus un robot-ménager, elle devient le turbomédia de la consommation.

      Répondre à ce message

  • Les artistes de CFSL s’éditent en Artbooks
    21 février 2013 23:00, par Hors-la-loi

    Rien de bien nouveau, tout cela a déjà été fait et bien mieux par Aslan ou Frazetta.

    Répondre à ce message