Queen’s quality T. 1 & 2 - Par Kyousuke Motomi - Kaze

4 novembre 2016 0 commentaire
  • L'heure du ménage à de nouveau sonné pour Fumi et Kyûtaro ! Suite direct du manga QQ Sweeper dont le troisième et dernier tome nous avait laissé sur notre faim, Queen's Quality est un shojo mélant judicieusement romance et fantastique.

Rappelons tout d’abord le contexte de la première série : Sans-le-sou et n’ayant nulle part ou aller, Fumi Nishioka, jeune lycéenne orpheline et amnésique, est recueillie par la famille Horikita. Elle accepte leur proposition de devenir une "nettoyeuse" en échange du gîte et du couvert. Mais pas n’importe quelle nettoyeuse, car la demoiselle a la capacité de voir des créature néfastes appelées Parasites. Il s’agit d’esprits à l’apparence d’insecte, qui s’attaquent aux humains en exploitant leur sentiments négatifs. Fumi se voit dès lors affublée d’un mentor en la personne de Kyûtarô Horikita, défenseur de la porte de Genbu. Ce dernier croit revoir chez Fumi l’être cher qu’il a perdu quelques années auparavant, Fuyu. Une révélation surprenante sur la nature de la jeune fille va bouleverser leur relation.

Fumi est en réalité une Reine Noire, entité redoutable capable de soumettre les humains à sa volonté. Après une première transformation, Fumi prend peur et refuse de réitérer l’expérience. C’est sans compter sur quelques individus qui souhaiteraient voir le contraire advenir.

Dans ce deuxième tome, Fumi poursuit son combat contre les mauvais esprits au côté de Kyûtarô, malgré ses craintes et ses incertitudes. Une nouvelle mission leur est alors confiée durant laquelle ils devront entrer dans le monde intérieur de la victime d’un parasite afin de la libérer de son emprise.

Queen's quality T. 1 & 2 - Par Kyousuke Motomi - Kaze
Couverture du tome 2

Kyousuke Motomi, déjà connue pour son manga récompensé en France Dengeki Daisy, développe son histoire de façon plutôt efficace. Toutefois, on pourra reprocher quelques répétitions et longueurs dans la narration.

Fumi suit un véritable parcourt initiatique la menant à la découverte d’elle même. Le problème de son amnésie perdure, provoquant chez la jeune fille quelques moments d’angoisse. Heureusement, Kyûtarô est là pour lui offrir son soutien. Ce dernier, derrière son aspect autoritaire et maniaque, cache un amour profond et sincère envers son apprentie, sentiment qu’il ne peut exprimer librement au vu de la situation.

Apparition de la Reine Noire © Queen’s Quality T.1 - Kyousuke Motomi / Kaze

L’intrigue qui se construit autour de cette relation particulière est intéressante à suivre sans être pour autant être innovante. L’auteur donne le temps à ses personnages de nouer des liens de plus en plus solides, aussi bien via les petits moments du quotidien que lors des affrontements avec l’ennemi.

La tension est assez palpable dans la seconde partie de ce volume, qui fournira une nouvelle révélation sur Fumi, la rendant encore plus ambiguë. Son côté naïf s’estompe peu à peu, ce qui n’est pas déplaisant.

L’humour est toujours présent et il est difficile de ne pas sourire, et même franchement rire, en voyant Fumi gratifiée de l’arme censée l’aider à se battre contre les Parasites. Le décalage entre la solennité du moment, la découverte de l’objet et la réaction des personnages, tous ses éléments en font une scène qui vaut le détour !

Le dessin de Kyousuke Motomi ne cesse de s’améliorer depuis ses débuts. On ressent une vraie maitrise de son style et de la mise en page.

Un shojo comme on les apprécie, nous offrant son lot de surprises, de rires et de romance.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Queen’s Quality T.1 & 2. Par Kyousuke Motomi. Traduction Sonia Verschueren. Kaze, collection "Kaze Shojo". Tome 1 sorti le 6 juillet 2016 - 192 pages. Tome 2 sorti le 26 octobre 2016 - 192 pages. 6,79 euros.

Commander le tome 1 sur Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 2 sur Amazon ou à la FNAC

QQ Sweeper sur ActuaBD :
Lire la chronique du tome 1

Dengeki Daisy sur ActuaBD :
Lire la chronique du tome 1

  Un commentaire ?