Rentrée Glénat 2013 : Tradition et thématiques fortes

20 septembre 2013 1 commentaire
  • Glénat continue de privilégier les séries, tout en jouant avec de nouveaux genres tels que les origines de contes populaires. Une rentrée solide, ancrée sur des bases fortes, et des initiatives qui devraient trouver légitimement leur lectorat.

La plus ancienne des maisons d’éditions encore dirigée par son fondateur continue de cultiver un catalogue basé sur des séries porteuses et des univers graphiques fortement caractérisés.

Rentrée Glénat 2013 : Tradition et thématiques fortesPourtant, parmi les incontournables de cette rentrée, on retrouve un récit aux antipodes de cette définition, mais qui abonde dans une voie explorée depuis plusieurs années par la collection Mille Feuilles, le lieu des projets atypiques de l’éditeur grenoblois. Après le succès du Bleu est une couleur chaude dont une nouvelle édition sort prochainement pour saluer la sortie d’un film ’palmé’ à Cannes, Julie Maroh explore les abysses du succès dans Skandalon, un one-shot au graphisme fort qui ne laissera aucun lecteur insensible. Un ouvrage à la portée quelque peu philosophique plutôt réussi pour une auteure qui ne cesse décidément de nous surprendre.

Dans un registre plus attendu : le prequel du Troisième Testament, pour lequel les auteurs semblent avoir trouvé leur vitesse de croisière ; la célébration des 20 ans de la création de Titeuf, salué par deux albums : un tirage collector baptisé sobrement Titeuf 20 ans ainsi qu’un hors-série : Les Têtes à Titeuf.

Plus surprenant est le come-back de Hermann avec Retour au Congo, un album qui rend hommage aux grands récits d’aventure de l’âge d’or de la bande dessinée franco-belge. Entre récit policier et redécouverte du continent africain, le maître ardennais nous fait rêver avec de merveilleuses compositions sauvages.

près la trilogie de La Cité de l’Arche, Olivier Boiscommun revient avec un one-shot, Lueur de nuit, qui paraît au début octobre. Ce récit fantastique en couleurs directes mettra en scène des enfants de la rue confrontés à leurs destins, leurs doutes et leurs angoisses. On attend une fois de plus une merveille de sensibilité.

Des thématiques porteuses

En analysant le catalogue de l’éditeur grenoblois, on retrouve des thématiques récurrentes, sur laquelle il joue avec succès.

Le vin : initié avec les scénario de Corbeyran qui habite la région, Château Bordeaux en est déjà à son quatrième tome. Cette saga familiale au cœur des vignobles multiplie les accroches pour en faire une série grand public. Corbeyran scénarise également une nouvelle série qu’il réalise avec Lucas Malisan. In Vino Veritas présente deux frère et sœur aux approches radicalement différentes quant à la fabrication du vin : production de masse contre bio. Le lecteur retrouvera quelques personnages de Château Bordeaux, mais cette fois au sein des vignobles italiens. Enfin, Fred Bernard nous propose un gros livre de 150 pages : Chroniques de la vigne, Conversations avec mon grand-père. Au fil des pages, l’auteur traduit cette passion en une série d’histoires courtes issues des anecdotes de ses aïeux et de ses réflexions personnelles sur le vin et sa dégustation.

- Le Western : Glénat ose revisiter ce genre incontournable de la bande dessinée. Le premier album à ne pas rater est sans conteste Deadline, qui signe la rencontre entre le grand Rossi et Bollée à qui l’on doit le remarqué Terra Australis. Sur fond de guerre civile américaine, ce récit intimiste est servi par le grand sens graphique et le brio de Rossi, l’un des meilleurs dessinateurs réalistes de sa génération. Les amateurs de Western et justement d’Australie seront sûrement tentés par le deuxième tome de Down Under.

Même genre, mais autre époque, Matz le scénariste du Tueur débarque chez Glénat avec Mexicana, un thriller-policier co-scénarisé avec Steven Marten et dessiné par l’efficace Mezzomo. Entre les cartels, les flics infiltrés et les garde-frontières du Rio Grande, ce récit contemporain avant tout celui de la lutte d’un père prêt à tout pour sauver son fils.

Enfin, cette rentrée western s’achève avec un des classiques du genre : Bouncer dont le 9e tome vient clôturer le dernier diptyque, dont le huis-clos au sein d’une prison ultra-violente nous avait scotché. Signé Jodorowsky et François Boucq, bien entendu !

- Le Patrimoine : Glénat continue de prolonger son association avec les bâtiments de France. Cette fois-ci, c’est Paris qui sera mis en avant avec un de ses monuments-phares : Les Génies de l’Arc de Triomphe. Ce one-shot nous propose de suivre les esprits de soldats tombés lors des grandes batailles de l’Histoire, et qui interviennent dans le monde réel.

On sera tout autant attentif au deuxième tome de Versailles, intitulé L’Ombre de la Reine, toujours servi par le duo de scénaristes qui a fait ses preuves, Convard-Adam, sur un dessin de Liberge.

À l’origine des contes : Glénat se lance dans une nouvelle thématique pour cette rentrée, rendant hommage à nos contes populaires, adaptés par Philippe Bonifay. Mi-octobre verra donc la sortie conjointe des trois premiers titres : Barbe-Bleue, Blanche-Neige et Pinocchio. Au lieu d’adaptations, Bonifay imagine plutôt quels faits auraient pu être aux origines de ces récits indémodables !

- Disney : bien entendu, Glénat continue de valoriser son partenariat avec Mickey et ses amis. Des one-shots comme Les plus belles histoires de l’Antiquité, mais également de nouvelles séries qui risquent d’emporter l’adhésion du jeune public, telles que les débuts des Ultrahéros et la seconde saison de Witch, ainsi que l’incontournable suite de la dynastie Donald Duck et le tome 8 de l’âge d’or de Mickey Mouse !

- Grands explorateurs : on se rappelle que Glénat avait lancé plusieurs nouvelles séries, pour évoquer les grands explorateurs, et plus spécifiquement ceux du XIXe au sein de la collection Explora. Après le tome 2 de Burton paru cet été, on remonte plus loin dans le temps, avec l’illustre Marco Polo ! Ce sont à nouveau le duo Convard-Adam qui signe le scénario de la première partie de ce diptyque, chargé de nous conter l’authentique récit de ce découvreur hors pair.

Dans le même ordre d’idée, mais bien entendu en dehors cette collection, les amateurs du XIXe pourront découvrir une relecture d’un des classiques de Jules Verne avec le tome 1 du Retour au centre de la Terre, signé par Lullo Lullabi

Des fins de séries attendues...

On le pressentait avec la réédition des deux premiers tomes, Qumram, l’adaptation par Makyo & Gemine du best-seller d’Abécassis, livre enfin enfin sa conclusion.

Dans la veine historique, Les Boucliers de Mars tirent également leur révérence, non sans une pensée pour leur regretté scénariste Gilles Chaillet.

Côté contemporain, Les Secrets cancaires clôturent leur seconde saison après six tomes. Ce sont également la fin des cycles pour deux grands aventuriers-enquêteurs issus de la collection Bulle noire : Gil St André qui achève un triptyque avec ce tome 11, et Frank Lincoln qui finit ses péripéties en diptyque. Enfin, Runberg, le scénariste d’Orbital, signe également le tome 3 et dernier tome de Konungar avec Junzhen.

...des suites...

Glénat continue de développer ses séries, avec dont la course-poursuite ésotérique Ars Magna, l’immersion dans Les Mystères de la 3e République et les vrombissantes Trajectoires.

Les amateurs de petites histoires au sein de la grande seront attentifs aux suites des sulfureuses Chimères d’Arleston et aux Chasseurs d’écumes, également à son troisième tome.

Puis, toujours du Vécu avec le tome 21 des Chemins de Malefosse, dont les lecteurs se demandent toujours pourquoi de séries telles que celle-ci ou Les Aigles décapitées ont changé de format et de prix après 20 années de stabilité.

Plus fantastique, Corbeyran livre les deuxièmes parties de la seconde saison d’Uchronie[S], avec les tomes deux de New Beijing, New Moscow et New Delhi. Moins décalé, mais tout aussi passionnant, le tome 3 de L’Oracle della Luna nous conte les péripéties d’un jeune paysan qui a osé lever les yeux sur la fille du doge. Assisté de Rodolphe, Frédéric Lenoir adapte son propre roman, sous les traits enflammés de Griffo.

... et de nouvelles séries !

Nous avions déjà présenté le nouvel album de Christophe Bec chez Glénat, Lancaster. Dans un style aux limites du réel, Frontier est une suite de “nouvelles” qui dépeint un univers uchronique sombre mais non dénué d’humour et bourré de références. Dans un thriller plus oppressant, Rodolphe scénarise Memphis, où la cité américaine semble coupée du monde dans les années soixante.

Côté Fantasy, on attend impatiemment l’adaptation de la série vendue à deux millions d’exemplaires, La Quête d’Ewilan. Le premier tome de 72 pages devra assumer la profondeur de cet univers, un défi à tenir à l’œil.

Côté Comics, plusieurs nouveautés, mais surtout la sortie attendue de Out There, pour lesquels les deux tomes seront disponibles à quelques semaines d’intervalle ! Cette saga inédite voit une bande de collégiens face à des démons alliés aux notables de leur bourgade. Leur ville va plonger dans l’enfer.

Enfin, la nouvelle série franco-belge de la rentrée de Glénat sera sans doute Paradoxes, qui célèbre l’association de Didier Convard et Laurent Bidot. Les deux hommes se connaissant depuis près de dix ans, car le directeur de collection de La Loge Noire avait signé le somptueux et ésotérique Linceul de l’auteur. Les voici enfin associés pour une nouvelle série qui présente une double découverte : un scientifique qui ouvre les portes des multi-univers, geste qui le lie indéfectiblement à la survie de l’humanité et la réalité elle-même. Tout un programme !

Des univers particuliers

Glénat possède également des séries et des albums qui vantent les qualités spécifiques de leurs auteurs : pensons à la réédition noire et blanche du Singe de Manara, mais aussi à La Mare des Pirates de Masse, soutenu par un graphisme aussi imaginatif que sa plume peut être sarcastique.

Les amateurs de couleur directe ne pourront passer outre le deuxième tome de VitoEric Stalner donne non seulement toute la puissance de son graphisme, mais également une leçon d’imaginaire, avec ce conte aux portes du fantastique.

On sera également très attentif à la double sortie de Civiello/Quenot : Le Livre des Elfes et Le livre d’école des Apprenties Sorcières. Sûrement une nouvelle porte d’entrée vers un monde féérique.

Enfin, même si le duo Dufaux/Xavier signe le retour de Croisade au Lombard, cette fin d’année sera également secouée par le T3 de Conquistador, le début d’un nouveau diptyque au cœur de la forêt amazonienne. L’éditeur a d’ailleurs sans doute pensé aux cadeaux de fin d’année, en proposant un tirage de luxe de 72 pages, comprenant ex-libris et cahier noir et blanc, afin de mieux profiter de la profondeur du dessin de Philippe Xavier.

Au final, Glénat demeure globalement classique dans son approche de la bande dessinée, mais les temps difficiles que nous visons lui donnent raison : l’éditeur demeure l’un des piliers drd piliers de la BD franco-belge. Une longévité qui nous assure encore de belles découvertes.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :