Sale Bête T1 : Hamster drame - Par Krassinsky & Mazaurette - Dupuis

27 janvier 2012 0 commentaire
  • Nouvelle série avec un duo inédit, jouant à la fois sur la thématique du monstre évolué et de son impact sur les relations humaines. Derrière la farce très réussie, une pointe de misanthropie et des coups de griffe bien sentis en direction des bobos et des bling-bling.

Dans une France pas si lointaine, on peut commander son animal de compagnie en ligne, et sur mesure. Va pour un gentil hamster comme cadeau d’anniversaire pour la cadette. Mais horreur, la boule de poils hideuse qui sort de la boîte ne correspond pas à l’animal demandé ! Grand débat dans la famille : le garder, le rendre ? Dans un premier temps, sous l’influence d’Elizabelle, l’aînée, Bestiole (c’est le nom du charmant rongeur) aura le droit de rester. Mais ses horribles blagues finissent par désespérer le papa pourtant écolo et tellement ouvert aux différences. Le petit monstre a de l’ambition, et il va réussir à s’évader du chenil dans lequel on l’avait parqué avec nombre de semblables, qui comme lui, sont des "malfaçons"...

Voilà une idée qui fonce comme une balle de ping-pong. Le scénario de Maïa Mazaurette explore avec une férocité jouissive plusieurs directions. Bestiole constitue d’abord un révélateur des personnalités dans sa famille d’accueil, puis devient une sorte de héros hypocrite quand il gravit les échelons de la gloire (que vous découvrirez par vous-mêmes !). Avec son trait précis aux formes allongées et les grands yeux de ses personnages, Krassinsky s’épanouit en toute liberté dans ce contexte explosif.

Non content de se complaire dans le mauvais esprit et la pure méchanceté, Bestiole a hérité, dans son anormalité, d’un sens de la stratégie digne d’un politicien. Une seule faiblesse : les cookies !

Sale Bête T1 : Hamster drame - Par Krassinsky & Mazaurette - Dupuis
Sale Bête par Krassinsky Maïa Mazaurette © Dupuis 2012

Comme toute comédie dessinée qui fait mouche, Sale Bête s’adresse à tous : aux jeunes ados pour l’aspect catastrophe ambulante, aux jeunes adultes pour l’aspect fable morale, et aux autres pour la peinture au vitriol des communautés très typées qu’on dissèque dans les médias.

Certes, les auteurs chargent la barque concernant les bobos férus du Monde et des manuels de psychologie. Mais tout ce petit monde s’agite avec une telle énergie que personne n’a envie de descendre de ce train comique. Et la chute de ce tome 1 vient confirmer avec maestria l’inspiration du scénario.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

Du même dessinateur, lire également les chroniques des Coeurs boudinés tome 1, tome 2 et tome 3

  Un commentaire ?