Secrets : la Corde T 1/2 - Par Giroud & Duvivier - Dupuis

31 juillet 2010 1
  • Déjà fort occupé avec ses multiples projets scénaristiques, Giroud a repris une partie de la trame de son diptyque L'Écharde pour rebâtir un nouveau secret...
    Une période passionnante d'un point de vue historique, mais avec des enjolivures sentimentales dont on se serait bien passé...

Au début des années 1980, deux Argentines se sentent forcément perdues à Grenoble. Surtout dans un appartement à repeindre, et loué par une propriétaire imbuvable. Heureusement que le jeune voisin est prêt à rendre service, voire plus si affinités.
Pour Anna de mère française, les études d’architecture passent ainsi au second plan, surtout quand elle découvre par hasard, dans un roman signé par une auteure locale, des échos étranges de sa propre ascendance...

La guerre d’Espagne, l’occupation, les phénomènes migratoires du XXème siècle, et même la guerre des Malouines (en filigrane) : beau programme pour Giroud, toujours agrégé d’histoire quand il s’agit de jongler avec les références. Le lecteur est en terrain connu, surtout s’il a suivi la formidable saga de Louis la Guigne, qui paraît d’ailleurs en intégrale en octobre.

Secrets : la Corde T 1/2 - Par Giroud & Duvivier - Dupuis
Secrets, La corde par Duvivier & Giroud
© Dupuis 2010

On se demande en revanche ce qui l’a poussé à développer une intrigue amoureuse sirupeuse à souhait avec le jeune grenoblois, aussi crédible qu’un tour de France sans armoire à pharmacie remplie à ras bord. Le dessin sensuel et caressant de Duvivier ? Peut-être... En parlant de caresses, le chat qui apparait dans la corde n’a pas été gâté graphiquement !

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Des mêmes auteurs, lire la chronique du tome 1 et du tome 2 de l’Écharde.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Il n’y a pas que le chat à ne pas avoir été gâté... Les personnages de Duvivier sont de plus en plus moches, les gueules tordues, les proportions pas très réussies. La dessinatrice est une des rares auteurs à régresser au lieu de progresser... Heureusement qu’il y a le scénario béton de Giroud qui parvient toujours à surprendre et captiver le lecteur pour sauver cet album graphiquement très moche !

    Répondre à ce message