Tintin par Patrice Leconte : « Le film ne se fera pas » affirme Nick Rodwell

16 octobre 2020 6 commentaires
  • Pour Nick Rodwell, le patron de Moulinsart, Patrice Leconte est un « menteur » et diffuse une « Fake News ». Le gestionnaire des droits de Tintin ajoute : « Il n’y a pas de plan B avec un film français ».

C’est depuis la Suisse que Daniel Couvreur du Soir de Bruxelles (article payant) a recueilli la virulente réplique de Nick Rodwell, l’administrateur délégué de la société Moulinsart qui gère les droits d’Hergé à l’encontre de Patrice Leconte qui annonçait voici quelques jours son intention d’adapter « Les Bijoux de la Castafiore » en prise de vue réelle pour le grand écran. Nous n’avions pas manqué de le rapporter

Pour Nick Rodwell, avec son sens fleuri de la formule, tout cela c’est des « Fake News ». « Je ne l’ai jamais rencontré, je ne lui ai jamais serré la main. Je ne sais pas s’il est marié ni s’il a des enfants… » commence Nick Rodwell qui ajoute « ...en réalité, il se raconte des histoires, point final », crucifiant l’un des cinéastes les plus populaires du cinéma français. Et d’expliquer la procédure : quand on veut faire un film sur Tintin, on vient d’abord le voir...

Or, semble-t-il, et Rodwell le confirme, les droits sont dans les mains des Américains depuis 2003. Le droit moral qui s’applique en France et qui oblige d’avoir l’agrément des ayants droits s’applique-t-il dans ce contrat américain ? Rien n’est moins sûr. Nick Rodwell assure que ses contacts américains feront la suite du Tintin de Spielberg (2011) que l’on attend depuis des années et qui n’est pas annoncée avant 2022. « J’ai eu aujourd’hui même le bras droit de Peter Jackson qui était écœuré par les mensonges de Patrice Leconte » affirme-t-il. Mais la négociation se passe-t-elle au niveau du réalisateur ou du studio ? Habituellement, c’est l’opérateur financier -le studio- qui a la main. Dès lors ?...

Tintin par Patrice Leconte : « Le film ne se fera pas » affirme Nick Rodwell
"Tintin et le secret de la Licorne" par Steven Spielberg et Peter Jackson. Cela va faire bientôt dix ans que l’on attend la suite...
© Sony Pictures France

Quant à la perspective de voir Tintin adapté par un Français, Rodwell la rejette avec dédain. Il préfère clairement une option Netflix ou Amazon, seules perspectives pour lui du retour de Tintin à l’écran. «  Il n’y a pas de plan B avec un film français » décoche-t-il. Il ajoute : « Il y a chez Paramount une nouvelle équipe dirigée par Emma Watts, qui veut faire ce film de Tintin ! Patrice Leconte crée des malentendus inutiles… »

Inutiles ou plus exactement contrariants ? L’avenir nous le dira.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Crédits photos :
Nick Rodwell - Didier Pasamonik (L’Agence BD.
Patrice Leconte - Georges Biard, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • " Il préfère clairement une option Netflix ou Amazon"
    Pas fou ce Nick Rodwell pognon pognon pognon
    Par contre le cinéma français peux se faire du soucis avec le manque de rentrée de subvention des tickets de cinéma. A la fin ils vont tous bosser pour Netflix ou Amazon parce que c’est eux qui ont l’argent.
    Patrice Leconte (72 ans) maintenant c’est la retraite, qu’il laisse la place aux jeunes talents qui comprennent mieux ce qu’il y a dire de notre époque, c’est eux qui ont besoin d’aides. Tintin franchement il n’y a pas autre chose à raconter.

    Répondre à ce message

    • Répondu par jacques pavie le 16 octobre à  19:41 :

      dommage je n’ai pas aimé le film de Spielgerg faisant appel aux trois dimension pas vraiment proche de l’univers hergéen, le film de Patrice Leconte aurait été fait des acteurs en chair et en os, j’aurais eu davantage l’impression de retrouver le monde de Tintin plus proche de la réalité avec une pointe de nostalgie je pense à la toison d’or et aux oranges bleues

      Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 19 octobre à  12:59 :

      On peut opposer plein d’idées à ces envies d’adaptations mais votre conclusion est très bête. C’est quoi ce raisonnement sur un prétendu âge de retraite ? Haha. Franchement grotesque. Renseignez-vous sur les oeuvres et leurs auteurs. Et vous verrez le nombre impressionnant de travaux magnifiques dûs à des personnes d’un certain âge. Et depuis quand la jeunesse serait symbole de fraîcheur ?

      Répondre à ce message

  • La réaction de Nick Rodwell nous confirme bien une chose... Tintin est mort... et c’est lui l’assassin...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Rodwell le 17 octobre à  18:44 :

      Didier,

      Why write such an aggressive article ? You
      are exciting people for no reason.
      I never called P Leconte a liar !
      Best wishes
      Nick

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 17 octobre à  19:48 :

        Dear Nick,

        Unless these words have been badly transcribed by Le Soir, "les mensonges de Patrice Leconte" ("Patrice Leconte’s lies") are not my words. Nothing aggressive in all this.

        Sincerely Yours,
        Didier

        Répondre à ce message