Top 10 – Par Alan Moore & Gen Ha – Urban Comics

28 mars 2012 8 commentaires
  • Après 10 ans, Top 10 revient en France grâce à Urban Comics. Considérée comme une des œuvres majeures d'Alan Moore, cette série raconte la vie quotidienne d'un commissariat dans une ville où tout le monde est doté de super-pouvoirs...

Néopolis est une ville pas comme les autres : tous ses habitants sont dotés d’habiletés hors normes. Du changement de la couleur de peau au contrôle mental, en passant par la fission nucléaire, chaque habitant a le potentiel pour être un super-héros où un super-villain.

Nous suivons les enquêtes du Top 10, un commissariat chargé de faire régner l’ordre dans ce chaos. Car la banalisation des supers-pouvoirs entraine un niveau de vie proche de New-York des années 1970 : une ville crade où le crime rôde.

Considéré par beaucoup comme une œuvre-clé d’Alan Moore (mais chaque série qu’il écrit est considérée comme marquante soit dit en passant), Top 10 est au comics ce que Derrick est aux séries télé, un très puissant soporifique.

Il ne se passe rien d’extraordinaire dans cette ville, Moore voulant montrer que si tout le monde possède des capacités hors normes, la vie serait exactement comme celle des humains normaux.

Cette démonstration faite, la série traîne en longueur, Moore a voulu faire une sorte de Law & Order adapté aux super-héros mais cette tentative sombre trop souvent dans des dialogues sans fin.

Heureusement les dessins de Gene Ha pimentent un peu cette série verveine-tilleul. À réserver à ceux qui ont un petit autel dédié à la gloire d’Alan Moore dans leur salon et qui ne peuvent se passer de leur bigoterie.

Top 10 – Par Alan Moore & Gen Ha – Urban Comics
(C) Gene Ha

(par Antoine Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • "Cette démonstration faite, la série traîne en longueur, Moore a voulu faire une sorte de Law & Order adapté aux super-héros mais cette tentative sombre trop souvent dans des dialogues sans fin."

    c’est un avis que je ne partage pas : lorsque j’ai acheté cette série la première fois, il y a10 ans, j’ai simplement refusé de sortir faire la fête avec des amis tant l’histoire était passionnante et que je voulais en connaitre la fin. Les BD qui vont font ça se comptent sur les doigts de la main. il y a des intrigues à l’intérieur des intrigues et si au premier abord, tout paraît simple, l’on s’aperçoit que Moore tisse une toile complexe dans laquelle chaque détail à son importance et nous mène à un dénouement plein de surprises. franchement on en redemande !

    Répondre à ce message

  • Top 10 – Par Alan Moore & Gen Ha – Urban Comics
    30 mars 2012 14:16, par Michel Dartay

    Je suis assez étonné de ces commentaires négatifs "Top 10 est au comics ce que Derrick est aux séries télé, un très puissant soporifique...la série traîne en longueur, Moore a voulu faire une sorte de Law & Order adapté aux super-héros mais cette tentative sombre trop souvent dans des dialogues sans fin...Heureusement les dessins de Gene Ha pimentent un peu cette série verveine-tilleul. À réserver à ceux qui ont un petit autel dédié à la gloire d’Alan Moore dans leur salon et qui ne peuvent se passer de leur bigoterie."

    J’avais lu à l’époque de leur sortie américaine ces comics, ils étaient sans doute les plus intéressants de la ligne ABC.C’est aussi une série où Alan Moore montre qu’il peut avoir beaucoup d’humour. Ce monde peuplé de super-héros est un peu plus drôle que celui d’Astro-City ! Et les dessins de Gene Ha sont somptueux. Les albums précèdemment parus chez Semic étant épuisés, Urban Comics fait preuve de bon goût en rendant disponible à nouveau cette série.

    Répondre à ce message

  • Top 10 – Par Alan Moore & Gen Ha – Urban Comics
    3 avril 2012 23:00, par François Peneaud

    J’aimerais savoir quel genre de comics trouve grâce aux yeux de ce chroniqueur : Top 10 reste un des grands moments des comics du tournant du siècle, par sa finesse, son intelligence et son humour. Moore et Ha dressent une galerie de personnages plus variés que toute la production Marvel ou DC de base réunie, et le message d’appréciation de la différence, souvent mis en avant par Moore, l’a rarement été aussi clairement que dans cette série.
    Quant au rythme de la série, il n’est pas celui des BD d’actions, et son équivalent en série télé est bien plus à chercher du côté de Capitaine Furillo/Hill Street Blues, où la vie privée et les relations professionnelles des personnages avaient au moins autant d’importance que les intrigues policières.
    Le chroniqueur aurait-il également oublié de remarquer que Top 10 est truffé de références visuelles à toute l’histoire des comics, et en particulier des comics de super-héros, ce qui en fait un véritable jeu de piste, jouissif pour les amateurs ?
    Tous les goûts sont évidemment dans la nature, mais terminer cette chronique en parlant de "bigoterie" de la part des admirateurs de l’œuvre de Moore est à la fois facile et bêtement méprisant. Il y a des façons bien plus convaincantes de trouver des défauts aux BD de Moore.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Antoine Boudet le 4 avril 2012 à  00:51 :

      Libre à moi de ne pas aimer certaines oeuvres d’Alan Moore, surtout qu’il s’enfonce de plus en plus dans le risible suite à ses dernières déclarations sur Before Watchmen. Cependant, bien que vous soyez un fan hardcore de Moore ne vous donne pas le droit de prendre ce ton moralisateur avec moi. Nous aimons tout les deux les comics et avons chacun nos goûts respectifs. Oui, j’adore le mainstream et ça se voit assez sur ce site. Je respecte vos goûts et je respecte votre contre argumentation ci dessus, mais je ne vous permets pas d’avoir ce ton méprisant.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Ranx le 4 avril 2012 à  11:28 :

        "Je ne vous permets pas d’avoir ce ton méprisant."

        Je ne vois pas où se trouve le mépris dans les réponses des internaute. Au contraire, celles-ci sont claires, argumentées, dénuées de tout passionnel. J’ai moi-même adoré cette série et ne comprend pas cette critique qui elle, est bien méprisante, vis à vis d’Alan Moore (vous avez visiblement une dent contre lui mais ça ne regarde que vous) et surtout vis à vis de ceux qui ont pu apprécier ce comics ("À réserver à ceux qui ont un petit autel dédié à la gloire d’Alan Moore dans leur salon et qui ne peuvent se passer de leur bigoterie.").

        Merci donc de faire la différence entre la critique et l’insulte gratuite.

        Répondre à ce message

        • Répondu par jhudson le 18 avril 2012 à  03:30 :

          Si on comprend bien, cette critique est en réponse a la réaction de Moore contre "Before Watchmen" qui est une sombre opération commerciale et j’approuve sa réaction .

          DC avait une entente tacite pour ne pas faire de suite a Watchmen,mais l’appât du gain étant le plus fort..

          Moore c’est avant tout une éthique,et c’est la raison qu’on l’apprécie,une personne qui ne se vend pas comme beaucoup le font !

          J’ai un autel dédié a Moore chez moi,et je ne m’en cache pas !

          Répondre à ce message

      • Répondu par François Peneaud le 5 avril 2012 à  00:37 :

        C’est amusant.
        Je trouve votre article méprisant, et vous avez le même avis sur mon commentaire. On est bien avancés, avec ça.

        "il s’enfonce de plus en plus dans le risible suite à ses dernières déclarations sur Before Watchmen"

        Moi, ce que je trouve risible (en fait, plus pathétique que risible), c’est le fait qu’il y ait un Before Watchmen. DC n’a pas publié grand chose du niveau de Watchmen depuis sa parution, et maintenant que les responsables éditoriaux qui ne voulaient pas y toucher sont partis, Didio et ses petits copains se jettent sur l’occasion (ou plus exactement, sur une vraie planche à billets).
        Moore a depuis longtemps été très mal traité par DC, et même si je trouve ses réactions trop sèches vis-à-vis de certains autres artistes, son emportement contre DC me semble légitime.

        De plus, la qualité du travail d’un auteur et sa personnalité n’ont rien à voir : Morrison m’énerve parfois profondément, mais ça ne m’empêche pas d’admirer certaines de ses histoires.

        Pour finir, j’aime aussi le mainstream. Et Top 10 en fait très largement partie.

        Répondre à ce message

  • C’est sur que le scénario est plus complexe qu’un Lucky Luke....Ce n’est pas donné.à tout le monde de pouvoir l’apprécier. :)

    Répondre à ce message