Les femmes dans la guerre d’Algérie

12 février 2018 2 commentaires
  • La guerre d’Algérie au prisme d’une multitude de témoignages féminins : un très beau récit tout en nuances.

Swann Meralli, dont l’activité principale se situe dans le domaine de l’urbanisme (en alternance avec la réalisation de projets filmiques), avait jusque-là scénarisé un seul album, L’homme, un récit burlesque dessiné par Ulric et publié chez Jarjille en 2016. Il est associé avec son ancien éditeur, le dessinateur Deloupy, pour proposer un album tout sauf burlesque : une histoire de la guerre d’Algérie vécue par différentes femmes. Plus exactement, il s’agit du récit fait par ces femmes de leur guerre d’Algérie subjective. Le dessin magnifie le propos du scénariste. Deloupy atteint ici le sommet de sa carrière d’un point de vue graphique. Son dessin épuré, expressif et d’une lisibilité extrême est servi par des couleurs absolument splendides, et l’ensemble évoque par moments E. Guibert et sa Guerre d’Alan.
Les femmes dans la guerre d'Algérie
Face au mutisme de son père, un ancien appelé du contingent, l’héroïne de l’album part interroger différentes femmes : sa mère, victime d’un attentat du FLN ; une fille de harki ; une moudjahidate, une femme résistante ; une pied-noire ; etc. Chaque récit éclaire les facettes de cet épisode complexe avec finesse et nuance, comme lorsqu’une moudjahidate explique avoir souffert du racisme de son institutrice étant enfant, puis être entré en résistance quand son père, membre du FLN, a été torturé par l’armée française. Mais elle souligne devoir la vie à un Français, qui l’a aidée à s’enfuir, avant de déchanter, une fois dans le maquis, tant la position des femmes est peu enviable et tant elles sont méprisées, voire malmenées, par les moujahidines. Elle explique surtout comment le gouvernement en place propose aujourd’hui une vision partisane de cet épisode, en en faisant une guerre d’hommes et en supprimant le rôle joué par les femmes. Le traitement fut si violent envers les femmes à la fin de la guerre, qu’elle dut s’enfuir. Les crimes de chaque partie sont mis en regard les uns des autres, l’engrenage de la violence est bien analysé, et cet album se prêterait parfaitement à une utilisation pédagogique, notamment en classe de terminale.

On regrettera néanmoins la représentation explicite des scènes de torture. Montrer ou suggérer la violence, la question a toujours été compliquée : A. Spiegelman ne montre pas l’intérieur des chambres à gaz, uniquement décrites verbalement par un des protagonistes ; alors que P. Croci dans Auschwitz choisit de nous montrer l’amoncèlement des cadavres. Des deux œuvres, c’est pourtant Maus qui restera à la postérité par sa force évocatrice. De nombreux albums font « entendre » la torture en Algérie (Azrayen’, Une éducation algérienne), d’autres jouent sur les couleurs pour montrer la violence (Petit Polio). Cet album rejoint donc Tahya El-Djazaïr dans sa volonté de montrer la dureté de la torture de manière directe, ce qui peut sembler contreproductif : il ne s’agit en tout cas pas de la manière la plus efficace d’un point de vue narratif de transmettre la violence de la chose.

Raconter la guerre d’Algérie en bande dessinée, c’est se frotter à l’une des pages d’histoire contemporaines les plus complexes de notre histoire récente. À l’exception d’Une éducation algérienne (Guy Vidal et Alain Bignon, Dargaud, 1982), aucun album de fiction ne se frotta au sujet durant les trois décennies qui suivirent la guerre. La parole si libéra ensuite, en bande dessinée comme dans les autres arts. Parler de la guerre, oui, mais sous quel angle ? Dans un premier temps, ce fut sous un angle militant, généralement pour dénoncer la violence de l’armée française, puis émergèrent ces dernières années des albums consacrés à une mémoire particulière : celle des harkis, celle des Français luttant en métropole pour l’indépendance de l’Algérie, celle des moudjahidines, celle des appelés du contingent, celle d’un jeune enfant vivant en France pendant la guerre d’Algérie (Petit Polio), celle des enfants de pieds-noirs, etc. Dans tous ces cas, il s’agit de la mise en image du récit d’un acteur ou d’un témoin : généralement ses parents ou grands-parents.

Sans reprendre ici l’ensemble de l’histoire de la bande dessinée francophone, notons qu’Algériennes est très représentatif de la manière dont on devrait traiter le sujet dans les années à venir. D’abord, en adoptant l’angle, encore inédit en bande dessinée, de la guerre d’Algérie vue par les femmes. Ensuite, parce qu’à l’exception d’Azrayen’, modèle de traitement équilibré du conflit, le neuvième art a longtemps proposé une kyrielle de mémoires individuelles, avant d’évoluer très rapidement ces derniers mois. On pense notamment à l’Histoire dessinée de la guerre d’Algérie, dans laquelle Benjamin Stora et Sébastien Vassant scandent leur récit chronologique par une multitude de témoignages (un appelé du contingent ; un journaliste proche du FLN ; un harki ; Benjamin Stora lui-même, qui raconte sur une planche le jour où lui et sa famille ont quitté l’Algérie ; etc). Cette volonté de proposer un récit choral, confrontant avec nuance les différentes mémoires, s’exprime ici de manière exemplaire et Algériennes rentre d’ores et déjà dans la courte liste des albums marquants sur ce sujet.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Les femmes dans la guerre d’Algérie
    12 février 20:23, par Jean Dionnot-Enkiri

    Je vous signale que l’angle de la guerre d’Algérie au travers du témoignages des femmes ayant vécu ce conflit dans un film de Marcela Ferraru dont le titre :
    " Guerre d’Algérie : mémoires de femmes"
    Voici le script :
    " La guerre d’Algérie fut aussi affaire de femmes. Enjeu et actrices du conflit elles y prirent une part croissante. Elles en furent aussi bien souvent les victimes. Ce film a pour ambition de donner la parole à quelques-unes d’entre elles.
    Dans leur diversité ces témoignages illustrent la complexité de cette guerre. Il ne prétend pas la raconter, mais la montrer telle qu’elles l’ont vécue.
    Arabes, Berbères, juives, Européennes de diverses confessions, elles ont été prises dans le tourbillon d’une histoire tragique qui a bouleversé leur destin.
    Beaucoup ont perdu leurs proches, leurs biens, leur pays, d’autres leur vie ou leur âme."
    Conseillers techniques les historiens Daniel Lefeuvre - Diane Sambron - Frédéric Guetlon

    Répondre à ce message

    • Répondu par Leray le 13 février à  21:45 :

      Je viens de lire la BD qui n’aborde pas tout. Je le trouve interessanet , mais j’ai des reserves.Pourqoui ne pas montrer les horreurs commises par certains FLN contre les civils de toutes confessions et les montrer par des dessins ? (Comme le viol de chrétiennes ?)Ou sont les juifs ?J’en ai dans ma famille pied noire, des séfarades ?Ou sont les femmes pieds noires ?Là, il n’yen a qu’une à peine évoquée.
      La guerre d’Algerie a été une guerre civile, ou les extrémistes ont triomphé ?Il n’y a pas de femmes de harkis, de moghaznis, de députés , de fonctionnaires musulmans ?
      Et quand une femme FLN, dit qu’enlle n’avait pas le choix, c’est exactement le discours de tous les anti colonialistes, certains etant des terroristes, justifiant ainsi la violence aveugle contre les civils ici de toutes confessions, l’Algerie in fine étént amputée des chrétiens et des juifs ?
      Un pied noir en exil, depuis le 18 octobre 1962.
      PS : M Stora qui est un Lamberto trotskyste, pourquoi n’est-il pas resté ?Pourquoi est-il parti le 7 juin 1962 ?

      Répondre à ce message