Philippe 1er, le Roi des Belges, en visite chez Dupuis

1er août 2018 0 commentaire
  • Il y a quelques semaines, SM Philippe Ier, roi des Belges, avait fait le déplacement jusqu'à Marcinelle pour prendre le temps de visiter les Éditions Dupuis, dont la rédaction du Journal Spirou, mais aussi, dans le même bâtiment, l'incubateur R/O, et les autres joyaux locaux du groupe Media-Participations.

À n’en pas douter, la Belgique est LA terre de la bande dessinée. L’une des meilleures preuves ? Même sa famille royale se passionne pour le neuvième art au point que ce doit être le seul pays au monde où les créateurs de bande dessinée sont anoblis. Ils peuvent être, comme en France, chevaliers. Mais en Belgique, c’est au Baron François Schuiten ou au feu Baron Marc Sleen que l’on s’adresse.

Il y a presque trente ans le Roi Baudouin Ier avait inauguré le Centre Belge de la Bande Dessinée. En 1989, c’était le tour de son frère et successeur Albert II d’inaugurer le Musée Marc Sleen, tout en allant visiter le CBBD juste en face. Lorsqu’à son tour, Philippe a pris la suite de son père et de son oncle, c’est en famille qu’il a honoré le Centre, devenue entretemps Musée de la BD.

Philippe 1er, le Roi des Belges, en visite chez Dupuis
En 2016, Philippe visitait le Centre Belge de la Bande Dessinée, accompagné de son épouse Mathilde, et de ses quatre enfants, Élisabeth, Gabriel, Emmanuel et Éléonore.
Photo : Daniel Fouss / CBBD

Dès lors, rien d’étonnant à ce que le Roi Philippe, dont on dit qu’il aime le 9e art, décide deux années plus tard de visiter le siège historique des Editions Dupuis à l’occasion des 80 ans de sa création. Il est loin l’immeuble qui abritait les anciennes presses de la maison. C’est un immeuble moderne qui s’offre à lui et qui abrite d’ailleurs bien plus qu’une maison d’édition de bande dessinée !

De la BD au Multimédia

Employés de Dupuis et ses filiales, dirigeants de Média-Participations, représentants politiques, tous s’étaient donc donnés rendez-vous pour accueillir le Roi des Belges dans une sorte de joyeuse entrée bédéphilique. Dès l’arrivée du souverain, Julien Papelier, directeur général de Dupuis, prit la parole pour l’accueillir et lui décrire les lignes de force de la maison d’édition qu’il dirige.

Sur le perron, tout le monde s’apprête à accueillir le Roi
De g. à d. : Bernard de Gerlache, Président du conseil d’administration de Dupuis, André Querton, Administrateur de Dupuis, François Pernot, Président du Conseil d’Administration de Dargaud-Lombard et CEO de l’incubateur Belgian Heroes (R/O), Paul Magnette, Ministre-Président de la Région Wallone et Bourgmestre de Charleroi, ainsi que Jocelyne Vanderlinden, attachée de presse des éditions Dupuis.
L’arrivée de l’escorte royale
Devant le parterre d’invités, Julien Papelier détaille l’actualité et les nouveaux défis de Dupuis.
Outre les responsables pré-cités, on retrouve également Vincent Montagne, président de Média-Participations, et Florence Mixhel, rédactrice en chef du Journal Spirou.

Puis ce fut au tour de Florence Mixhel de guider le roi au sein de la rédaction du Journal de Spirou. La première femme rédactrice en chef du "journal de la belle humeur" a répondu aux nombreuses questions du Souverain, sur la création du journal, et surtout concernant le Webtoon, un nouveau support sur lequel Dupuis a lancé sa première création il y a quelques semaines.

En visite dans la salle de rédaction du Journal Spirou, le Roi s’intéresse au Webtoon

Pour remercier le Souverain de sa visite, Julien Papelier a tenu à lui offrir les albums de son catalogue. Ainsi reçut-il l’album spécial work-in-progress du nouveau Spirou ou L’Espoir Malgré tout (à paraître à l’automne) dédicacé par Émile Bravo, ainsi que les albums du Fil de l’Histoire, pour lesquels le Roi a déclaré : « Je vais les lire avec ma plus jeune qui partage avec moi la passion de l’Histoire ».

Un album de [Buck Danny vint à point nommé pour le Lieutenant-Général de l’armée belge, pilote de chasse pendant des années. Enfin, un volume de la fameuse série Dad, manuel d’un père presque parfait vint conforter la bibliothèque d’un souverain père de quatre enfants !

Les princes et princesses ne furent d’ailleurs pas oubliés ! Un album des Nombrils
pour Elisabeth, Louca, la série sportive sur le dépassement de soi revint au prince Emmanuel, Imbattable au prince Gabriel, la Boîte à Musique à la princesse Eleonore. Quant à la reine Mathilde, elle reçut un exemplaire des Louves, de Flore Balthazar. C’était Saint-Nicolas avant l’heure à Marcinelle !

Le Souverain reçoit plusieurs albums des Editions Dupuis.

L’incubateur Belgian Heroes

Le site de Marcinelle, cela peut surprendre, n’héberge pas que les éditions Dupuis et leurs espaces de stockage. D’autres sociétés sont venues s’agglomérer depuis dix ans avec cette entreprise, transformant les bâtiments historiques des imprimeries Jean Dupuis et Fils en une formidable pépinière belge de créateurs.

La visite royale se poursuivit à l’étage du dessus dans un espace qui accueille aussi l’Institut R/O, un incubateur de talents ainsi qu’une résidence d’artistes où se logent chaque année une dizaine de projets sur différents supports : BD, film, animation, jeu vidéo, application pour smartphones, jeu de société, roman, concert, spectacle... qui bénéficient d’une incubation de six mois et d’un accompagnement spécifique pour transformer ces projets en propriétés intellectuelles commercialisables déclinables sur tous ces supports.

François Pernot, Président du Conseil d’Administration de Dargaud-Lombard, est également le CEO de cet incubateur Belgian Heroes (R/O). Il a expliqué que le but était de ce projet était de soutenir les créateurs dans le développement de leurs univers, puis d’envisager de les déployer sur différents médias, à partir de différentes formes d’art (Théâtre, animation, dessin, scénario, etc. La méthode consiste à tirer une « bible » de maximum 15 pages qui puisse être exploitée dans les différentes filiales du Groupe Media-Participations. François Pernot présenta la première promotion de ces élus au Roi, à charge pour chacun d’entre eux d’expliquer leur démarche au souverain.

Le Roi rencontre la première génération de l’incubateur R/O

Sa Majesté expliqua qu’étant jeune, elle appréciait les bandes dessinées qui avaient du sens. Les créateurs lui expliquèrent que leurs héros étaient avant tout humains, et donc dotés de faiblesse afin de susciter une empathie qui aide le lecteur aider à grandir. D’autres créateurs présentèrent un univers créé en collaboration, enrichi de leurs disciplines respectives.

Sa Majesté fit observer qu’il ne faut pas que des super-héros qui sauvent le monde à chaque aventure, mais aussi des héros ordinaires qui appliquent leur héroïsme dans la vie de tous les jours.

François Pernot, CEO de Belgian Heroes R/O, explique les objectifs de son incubateur au souverain.

DreamWall

Autre étape du savoir-faire de la maison : DreamWall que nous avions présenté il y a dix ans, lors de son emménagement dans les locaux du site de Dupuis. Pour rappel, Média-Participations avait annoncé en 2007 la création de cette société d’animation accomplissant des travaux 2D et 3D. Son implantation définitive eut lieu un an plus tard.

Dreamwall :dans un immense plateau, une armée de développeurs et de graphistes travaillent dans un étonnant silence sur les animations de demain
Actuellement, les studios Dreamwall travaillent sur un long métrage de "Vic le Viking"
La bible graphique du film "Vic le viking"

Fêtant son 10e anniversaire, la société dont Média-Participations et la Radio-Télévision publique belge (RTBF) possèdent la grande majorité des parts continue de jouer un rôle très actif dans la production cinématographique belge. Le Roi a pu admirer le savoir-faire des animateurs, qui travaillaient actuellement au long métrage d’une série animée en 3D : Vic le Viking.

Entre Vincent Montagne, Bernard de Gerlache, et Paul Magnette, le Roi se penche sur le travail d’un animateur

KeyWall

Autre pôle visuel, KeyWall est un ensemble de studios de tournage réels et virtuels pour la télévision, le cinéma ou le web, focalisé sur des utilisations innovantes de la technologie virtuelle. Ainsi, KeyWall procède au tournage ainsi qu’à la production de bulletins d’infos météo ou de trafic dans des décors virtuels avec ou sans réalité augmentée. De plus, grâce à leur plateau dédié, ils disposent aussi de la possibilité de tourner des films, des séries, des documentaires ou des projets publicitaires et commerciaux…

Spécialiste du studio virtuel, KeyWall ne se limite pas à un studio de tournage. Ils réalisent également des effets virtuels à la demande. Par exemple, le studio virtuel de TF1 pour présenter les matchs de la Coupe du Monde a été réalisé par KeyWall, du plateau général au fameux vestiaire des joueurs !

Keywall réalise des effets spéciaux par incrustation pour des émissions aussi diverses que variées. Ici, le plateau de TF1 pour le Mondial

Se prêtant aimablement au jeu, le Roi s’est donc aventuré sur le plateau virtuel pour se retrouver projeté avec ses hôtes sur un terrain de football de la Coupe du Monde. Pas de stratégie sportive ici, plutôt des explications techniques sur ces outils virtuels très en vogue actuellement.

Le Roi transporté sur un terrain de foot virtuel

Le Roi acheva sa visite sous les applaudissements des employés de Dupuis, à la fois fiers et émus d’avoir été honorés par le souverain.

Les équipes de Dupuis forment une haie d’honneur pour la sortie du Souverain
Légendez vous-même cette photo via les réactions à cet article !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Sur le même sujet, lire également l’interview de Florence Mixhel & Julien Papelier : « Le Roi est intéressé par les nouveaux héros et les valeurs qu’ils véhiculent », ainsi que Le roi des Belges aux éditions Dupuis, Visite royale au Musée Marc Sleen et au Centre Belge de la BD et Dreamwall anime le siège de Dupuis.

Toutes les photos sont : Charles-Louis Detournay.
Pas d’utilisation sans autorisation préalable.

  Un commentaire ?