Interviews

Alban Ficat (Sculpteur de la BD) : « Mon travail c’est d’être le plus fidèle à l’oeuvre originale » [VIDEO]

Par Kelian NGUYEN le 11 juin 2024                      Lien  
Autodidacte, Alban Ficat commence la sculpture seul sur de la pâte à modelé en parallèle de ses études de droit. Après avoir réalisé un poilu de Tardi, il s’attaque à Corto Maltese. Aujourd’hui, il fait partie des sculpteurs de figurines les plus réputés de la place. Portrait.

Alban Ficat, sculpteur de figurines de personnages de bande dessinée nous ouvre les portes de son atelier. Quelques semaines après la sortie de son Sherlock Holmes tiré de la série éponyme de Hayao Miyazaki, il nous dévoile un buste impressionant. Un an après avoir reçu le prix Druillet, le sculpteur travaille à nouveau avec la galerie Barbier sur l’adaptation en bronze de la couverture du numéro deux de Métal Hurlant.

Dans cette vidéo, on découvre l’univers d’un artisan de l’ombre de la para-BD. Sculpter des figurines est un travail d’adaptateur, d’observateur ; un art qui demande beaucoup de minutie et de savoir-faire. Retour sur le parcours atypique d’un autodidacte devenu une référence dans son domaine. Un artiste pour qui la transmission est primordiale.

(par Kelian NGUYEN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Crédit :
 Musique : Basixx - Disc Me Bro
 Extrait vidéo : Le Sorcier qui rétrécit !, Les Schtroumpfs - Sherlock Holmes, Hayao Miyazaki

Reportage réalisé en partenariat avec le CFPJ

✏️ Philippe Druillet tout public France
 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Sublime travail ! Avec l’univers de Druillet, ça ne doit pas être évident.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gina Vanilla le 12 juin à  19:45 :

      Je ne comprend pas !
      Quel est l’intérêt de reprendre en 3D des dessins connus ?
      Vous ne trouvez pas que les albums BD prennent déjà assez de place ? Quel que soit le talent du sculpteur !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Milles Sabords le 13 juin à  09:32 :

        Avec les sculptures, les éditeurs touchent une autre partie du public des collectionneurs. Cela séduit aussi les enfants dont les parents chercheront à leur faire plaisir par un achat. Bizeness is bizeness !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Gina Vanilla le 14 juin à  17:47 :

          Voui, m’enfin, ce ne sont pas des toys pour enfants !
          Tout cela est rigide, on ne peut même pas les plier aux articulations comme les Barbie et Ken, et autres GI Joe !
          Un dessin, c’est un dessin ! Déjà quand un graveur ou lithographe-sérigraphe effectue un travail , je me méfie !
          Merci en tout cas, Emile Sabord !

          Répondre à ce message

          • Répondu par Milles Sabords le 14 juin à  20:07 :

            De rien Gina ! J’apporte une dernière précision : il ne faut pas oublier que les nouvelles générations sont tout autant séduites par les figurines articulées (point sur lequel vous avez raison) que celles plus statiques de la BD avec les Sisters, Titeuf, les Schtroumpfs, ou les Dalton. Et grâce à quoi ? Aux programmes d’animation pour les enfants autour de ces personnages BD. Les façons de collectionner ont changées !

            Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Kelian NGUYEN  
A LIRE AUSSI  
Interviews  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD