Angoulême 2010 : coup de chapeau, de paille, à One Piece

2 février 2010 1 commentaire
  • Au Manga Building d’Angoulême, une exposition était dédiée à {One Piece}, le best seller shônen d’{{Eiichirô Oda}}, qui met en scène Luffy au chapeau de paille et son équipage de pirates, en quête du fabuleux trésor donnant son nom au titre. Celle-ci s’est-elle égarée sur « la route de tous les périls » ou valait-elle son pesant de berrys ?

Il est loin désormais le temps où Osamu Tezuka, le « dieu du manga », fit une visite quasiment anonyme au Festival d’Angoulême, en 1982. Tandis que son palmarès 2010 vient de couronner Baru, l’un des premiers auteurs francophones à s’être essayé au manga, au milieu des années 1990, avec la publication de L’Autoroute du soleil à la fois en français et chez Kodansha au Japon. Quant à la série One Piece (1997) du mangaka Eiichirô Oda (né en 1975), elle s’est vendue à 176 millions d’exemplaires (2009), pour 56 tomes parus à ce jour dans son pays d’origine. Où le dernier volet a atteint un tirage de 2,85 millions de volumes.

Angoulême 2010 : coup de chapeau, de paille, à One Piece
Angoulême 2010 – Exposition One Piece – janvier – 2010.jpg
Manga Building, Angoulême 2010. © Florian Rubis, 2010.

Luffy, Zorro, Nami, le renne-mutant Tony Tony Chopper et les autres remportent également sous nos latitudes, édités par Glénat, les suffrages du jeune public. Leur mise à l’honneur s’inscrit donc dans la droite ligne de l’esprit « d’ouverture à la bande dessinée dans sa diversité », réaffirmé par Benoît Mouchart lors de la conférence de presse de clôture du festival. Angoulême 2010 ayant connu un nouveau palier, désormais fréquenté, toujours selon Benoît Mouchart, par «  plus de jeunes, plus de femmes, avec un équilibre entre les genres ». Auquel l’exposition One Piece a contribué.

Angoulême 2010 – Exposition One Piece – janvier – 2010.jpg
Nami, très kawaii… ONE PIECE © 1997 by Eiichirô Oda/SHUEISHA Inc.

Un sondage effectué par nos soins auprès des visiteurs, qui n’a toutefois pas la prétention d’être exhaustif ou de recouvrir tout le spectre de leurs impressions, fournit néanmoins quelques constatations intéressantes. Les jeunes lecteurs masculins, cible prioritaire de cette série shônen censée leur faire « bouillir le sang », se déclarent en effet séduits par l’évasion procurée par ses histoires de pirates et de chasses au trésor, mais pas seulement. D’aucuns soulignent les talents de feuilletoniste de l’auteur, sa capacité à faire vivre ses protagonistes, spécialement lors du processus de constitution de l’équipage de Luffy, tout en instillant une bonne dose d’humour. Il saurait, tome après tome, continuer à maintenir son public en haleine, avec une habileté supérieure, disent-ils, à celui qui fait figure de son principal concurrent : Masashi Kishimoto (Naruto, Kana). Autre constatation : la segmentation par classes d’âge et sexe du lectorat paraît moins jouer, en ce qui concerne One Piece, auprès du public francophone. Le manga est ainsi vivement apprécié, également, par les adolescentes. Certaines sont attirées par le parfum des aventures de pirates aussi. Elles plébiscitent surtout, semblablement, la bonification de l’intrigue malgré la multiplication des épisodes. D’autres prisent l’apparence mignonne [kawaii] d’une partie des personnages, cultivée par Eiichirô Oda.

Angoulême 2010 – Exposition One Piece – janvier – 2010.jpg
Dessin original d’Eiichirô Oda à l’intention d’Angoulême 2010. ONE PIECE © 1997 by Eiichirô Oda/SHUEISHA Inc.

De la possibilité d’admirer des planches ou quelques originaux, dont un dessin de l’auteur spécialement à l’adresse d’Angoulême 2010, se dégage le constat que le choix des documents montrés se révèle représentatif de moments intenses de la série. Même si, sans surprise, le public plus âgé ou plus connaisseur de la bande dessinée semble en demander davantage.

Angoulême 2010 – Exposition One Piece – janvier – 2010.jpg
Tony Tony Chopper, renne-mutant au museau bleu, très gonflé… ONE PIECE © 1997 by Eiichirô Oda/SHUEISHA Inc.

Pour la recréation d’un contexte flibustier, le Musée de la Marine a prêté divers objets et des éléments de décor ont été mis à contribution afin de restituer une atmosphère exotique. Pendant qu’une structure gonflable représentant Tony Tony Chopper accapare la vedette et l’objectif des appareils photographiques.

Angoulême 2010 – Exposition One Piece – janvier – 2010.jpg
Petits et grands devant les consoles d’un jeu tiré de One Piece. © Florian Rubis, 2010.

Le Festival d’Angoulême, à un moment crucial de son évolution, songe à s’ouvrir davantage au jeu vidéo, sur le modèle de son homologue italien de Lucca (Lucques), voire conformément aux projets de développement en ce domaine du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. Dans cette perspective, One Piece est susceptible d’offrir une parfaite illustration du savoir-faire japonais en matière de déclinaisons d’un titre sous d’autres formes industrielles, selon le système du mediamix. Les bornes proposant de tester un jeu tiré du manga s’étant taillées un franc succès.

Angoulême 2010 – Exposition One Piece – janvier – 2010.jpg
Galerie de 20 décors de la série TV animée One Piece de Toei Animation Co. Ltd. © Florian Rubis, 2010.

Alors qu’une galerie permettait de découvrir des décors de la série animée qui en est issue, pas moins de 430 épisodes actuellement, diffusés à la télévision au Japon (1999) et, entre autres, en France (2003). Même si leur aspect et l’absence de repentirs font penser qu’il s’agirait là de reproductions numériques, plutôt que d’originaux, cet éventuel « fruit du démon » reste doux à avaler, nous laissant aussi élastiques que Luffy. Tant cette exposition représentative du mélange des genres dans la bande dessinée, voulu par les responsables du festival, a réussi à rencontrer l’adhésion populaire.

(par Florian Rubis)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Monkey D. Luffy au chapeau de paille. ONE PIECE © 1997 by Eiichirô Oda/SHUEISHA Inc.

Exposition One Piece
Manga Building (Espace Franquin), Angoulême, du 28 au 31 janvier 2010.

One Piece T52 – par Eiichirô Oda – Glénat – 190 pages, 6,50 euros

Commander ce livre chez Amazon

Commander ce livre à la
FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Angoulême 2010 : coup de chapeau, de paille, à One Piece
    4 février 2010 08:59, par Fan de manga

    Bonjour,
    La série One pièce, que je suis depuis le début, est vraiment très bonne. Le lecteur est tenu en haleine et le scénario est diabolique. Les personnages ont de la profondeur. Si les filles lisent One pièce, c’est que les héroïnes féminines jouent un grand rôle. La série développe des thèmes comme l’amitié, l’amour, le dépassement de soi pour arriver dans la vie et réaliser ses rêves...
    Enfin, pour terminer, ce n’est pas des combats qui engendrent des combats... Il y a un vrai scénario qui se sait se renouveler et dépayse totalement le lecteur.
    La série animé (436 épisodes à ce jour) est très fidèle au manga et bénéficie d’une réalisation soignée. D’ailleurs, je ne comprends pas qu’une chaine de télé comme TF1 ou M6 ait laissé passer cette excellente série qui passe sur des chaines de la TNT. Il faut noter que la toute première saison a été diffusée pour la première fois sur la chaine manga.

    Répondre à ce message