Dany : « Je travaille avec des personnes avec lesquelles j’ai humainement envie de de collaborer. »

27 août 2020 1 commentaire
  • En dépit des mesures de distanciations sociales en vigueur, c'est avec sa chaleur coutumière que Dany nous a accueilli chez lui, pour évoquer deux intégrales qui viennent de paraître, ainsi que ses futurs projets pour "Olivier Rameau" et pour "Spirou".
Dany : « Je travaille avec des personnes avec lesquelles j'ai humainement envie de de collaborer. »
La première couverture d’Olivier Rameau

Concernant cette nouvelle édition de l’intégrale d’Olivier Rameau, dont le deuxième recueil vient de paraître, vous avez souhaité qu’on maintienne la structure de l’édition précédemment réalisée chez Joker (P&T Productions) ?

En effet, j’ai surtout voulu maintenir les formidables dossiers de Christelle & Bertrand Pissavy-Yvernault qui rappellent le contexte de création de ces aventures. Le fait qu’ils soient des fans d’Olivier Rameau depuis le début de la série, contribue bien entendu à la qualité de leur travail. Comme ils le réalisent également avec beaucoup de cœur, j’ai tenu à ce que cela soit maintenu dans la mouture actuelle.

Daniel Bultreys, éditeur chez Kennes Éditions, trouvait juste que les précédentes couvertures ne convenaient plus. Il les trouvait un peu trop simples et pas vraiment représentatives de l’univers d’Oliver Rameau. Il m’a donc proposé de revenir aux thématiques des toutes-premières éditions de la série. Toutes ces nouvelles couvertures sont donc maintenant réalisées et prêtes pour les deux prochains recueils qui vont suivre.

Cette nouvelle publication en intégrale pourrait-elle générer une nouvelle aventure d’Oliver Rameau ?

Le premier recueil des éditions Kennes

Non, pas une nouvelle aventure, mais bien deux ! (rires)

J’ai écrit la première histoire il y a quelques années. Son titre est « Le Pays des mille et un ennuis », une aventure qui me plaît et m’amuse beaucoup. Je vais opposer le monde féerique de Rêverose à une version plus orientale. Le récit est déjà presque entièrement découpé et dialogué. Je n’ai plus qu’à le dessiner.

Le second projet est lié à Zidrou, un scénariste multi-disciplinaire que j’apprécie énormément. Il est amoureux d’Oliver Rameau depuis toujours et souhaiterait en réaliser une aventure à sa manière. Il va certainement apporter des éléments novateurs à cet univers.

En effet, je travaille avant tout sur base des rencontres, et des personnes avec qui j’ai humainement envie de de collaborer, mon maître-mot restant de m’amuser. Or Zidrou est un passionné, qui a deux mille idées à la minute et les partage de manière passionnante. D’ailleurs, je devais normalement le retrouver en Andalousie où il réside, de façon à préparer cette seconde aventure, mais l’actualité sanitaire actuelle nous a poussé à remettre cette préparation à un peu plus tard.

Autre surprenante intégrale qui est parue cette année : Les Aventuriers du rail. Comment avait débuté ce travail au début des années 1980 ?

Ce qui s’appelait initialement Les Pionniers du rail m’avait été commandé par les chemins de fer suisses, via l’intermédiaire de mon ami Derib à qui ils avaient demandé les deux premières histoires, mais que ce travail au long cours ne l’avait pas amusé. Il a donc gentiment pensé à moi !

Pendant près de trente ans, leur magazine paraissait deux fois par an et était distribué gratuitement à tous les jeunes entre 7 et 17 ans. Chaque numéro était édité à 300.000 exemplaires, et contenait quatre pages de bande dessinée où j’avais carte blanche. La seule obligation était d’utiliser uniquement les transports en commun suisses : trains, bus ainsi également que les téléphériques, les bateaux, etc. Mais jamais de voiture, quoiqu’il arrive !

Le sujet restait vaste ! Comment avez-vous restreint le cadre pour réaliser cette série qui se suivait d’un numéro à l’autre ?

J’avais créé trois adolescents, deux garçons et une fille, qui vivaient des aventures plus ou moins comiques, parfois poétiques ou inquiétantes. Ces épisodes prenaient place dans des lieux qui m’étaient proposés, pas toujours les spots les plus réputés du pays.

Chaque année, je partais donc en repérage, sur les lieux que je devais représenter. Sur place, en voyant les décors que j’avais à dessiner, j’inventais une histoire en utilisant moi-même les différents moyens de locomotion mis à la disposition. À mon retour, je n’avais plus qu’à découper et dessiner le récit.

"Les Aventuriers du rail" : certainement un hommage à Derib !

On ressent beaucoup de plaisir et d’amusement dans le ton joyeux dispensé tout au long de ces histoires courtes !

Oui, je me suis beaucoup amusé dès 1982, et ce pendant une vingtaine d’années. À force, grâce à cette quarantaine de voyages, je pense que je connais maintenant mieux le pays que certains Suisses eux-mêmes !

Parfois, devoir travailler avec un cahier de charges plus précis (ici les transports en commun et le cadre), vous oblige à plus de créativité et d’invention. Ce qui finalement me convient bien. Puis, j’ai beaucoup apprécié devoir dessiner ces lieux réels. Des lecteurs m’ont d’ailleurs touché en m’expliquant avoir pris ces histoires pour décider de leurs destinations de voyage. De temps en temps, j’avais aussi droit à réaliser la couverture du magazine, des dessins en grand format que nous avons repris en fin d’intégrale.

Comment cette aventure s’est-elle terminée ?

Au début des années 2000, cette société des chemins de fer a décidé d’arrêter le magazine papier pour le transposer en numérique, avec une nouvelle mouture. Malheureusement, ce tournant n’a pas fonctionné au niveau de leurs espérances, et ils ont interrompu l’expérience l’année suivante.

Dany, en mode confinement.
Toutes les photos sont : Charles-Louis Detournay.

Comment vous est venue cette idée de rééditer toutes ces planches inédites en album ?

Via sa maison d’édition « La Vache qui médite », Stéphane Lucien essaie de redécouvrir des histoires de ce type, qui n’ont pas encore été publié. Un premier album de soixante pages avait été réalisé en Suisse, mais il était parcellaire et moins bien réalisé que cette intégrale. Stéphane m’a donc contacté pour réaliser une intégrale digne de ce nom.

Un défi plus complexe qu’il ne paraît !?

En effet, le problème majeur de cette réalisation est qu’aucune planche ne m’a jamais été rendue ! À l’époque, je ne les avais pas réclamées, car cela n’était pas la norme comme aujourd’hui. Assez curieusement, je ne les ai jamais retrouvées en salle de vente. Elles ont peut-être été détruites, ou elles traînent dans un placard…

Stéphane a donc dû repartir des magazines, ce qui était d’ailleurs particulièrement compliqué pour les premières histoires qui étaient imprimées sur du papier journal en double-pages, donc d’une piètre qualité. Le rendu au sein de l’intégrale démontre le formidable travail qu’il y a réalisé.

Un extrait du futur album de Spirou, réalisé par Yann & Dany.
© Dany - Yann, Dupuis.

J’imagine que votre prochaine actualité sera focalisé sur votre album de Spirou ?

En effet ! Nous étions un peu coincés avec Yann, nous venons de nous débloquer (pour débloquer, vous pouvez nous faire confiance !). Terminer cet album demeure donc ma priorité, et il me reste une trentaine de planches…

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Sur le même sujet, lire également : Kennes Editions se lance dans les intégrales - Première salve : "Olivier Rameau" ainsi que notre article paru hier concernant ces mêmes ouvrages : Dany à l’honneur avec deux intégrales

De Dany, acheter :
- le deuxième recueil d’Oliver Rameau chez Kennes Éditions sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- l’intégrale des Aventuriers du rail sur le site de La Vache qui médite, sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

 
Participez à la discussion
1 Message :