Delirium réédite le "Monde Mutant" de Corben

14 décembre 2019 0 commentaire
  • Delirium continue son passionnant travail patrimonial en exhumant les œuvres de Richard Corben, réunissant ici les deux récits de « Monde Mutant ». Une fabuleuse démonstration du talent de Corben associée à ses thématiques les plus chères.

Déjà le septième ouvrage que Delirium consacre à Richard Corben, et aucune lassitude, ni dans le chef de l’éditeur, ni de la part des lecteurs. Au contraire, chaque album est l’occasion de retrouver ou découvrir des récits mythiques, exhumés du passé avec une douceur infinie. Douceur ? Un mot qui peut sembler inapproprié face aux mondes proposés par Richard Corben, mais que l’on comprend mieux quand on sait comment l’auteur protège ses créations.

Dégoûté du monde de l’édition qui l’a souvent malmené, Richard Corben est très méfiant lorsqu’on lui propose de rééditer ses récits. Et il refuse presque systématiquement. Il a donc fallu une infinie patience pour que Laurent Lerner, l’éditeur de Delirium parvienne progressivement à le convaincre de publier à nouveau ses récits en français. Corben d’ailleurs a demandé qu’on refasse les couleurs, et pas question de laisser cela à n’importe qui, car il veut pouvoir les superviser. Aussi est-ce sa propre fille qui s’attache à redonner vie à ses anciennes planches réalisées il y a quarante ans.

Delirium réédite le "Monde Mutant" de Corben

"C’est un ensemble de choses qui l’ont convaincu de se pencher sur la réédition de ce classique qu’est "Monde Mutant", nous explique l’éditeur Laurent Lerner, Comme le constat ces dernières années du retour de l’intérêt des lecteurs et la reconnaissance médiatique qu’il a retrouvée parallèlement au travail que nous avons effectué ensemble. Et enfin, ce qui a été déterminant, c’est le très beau succès de la campagne de financement participatif réalisée par Delirium pour "Grave, les Contes du Cimetière". En effet, et comme vous le soulignez, la distance et la méfiance qu’il entretient vis-à-vis du monde de la BD sont toujours bien là, et le succès de cette campagne l’a convaincu qu’il pourrait maîtriser son travail et sa réédition, (sans me poser de conditions, puisqu’il était décideur avec son ami Jan Strnad). Dès lors, c’est plutôt parce qu’il a peu à peu pris confiance en Delirium qui a toujours respecté et soutenu son travail, qu’il a bien accepté que nous le fassions de concert des deux côtés de l’Atlantique."

Cette attente nous permet de retrouver avec bonheur des histoires parfois inconnues du grand public, comme ce fabuleux Monde Mutant qui vient de paraître. Dans un monde ravagé par la guerre nucléaire, les ruines de la civilisation sont le théâtre d’une lutte sans merci pour la survie. Tandis que des mutants primitifs et violents hantent les décombres et commencent à s’organiser, les derniers hommes sombrent dans la barbarie sans perdre l’espoir de parvenir à reconstruire un monde meilleur.

Au cœur de cette animalité contagieuse, on suit les pérégrinations d’un jeune homme légèrement mutant. Dimento est fort, mais pas très perspicace. Cela ne l’empêche d’être nourri de bonnes intentions… à défaut de se nourrir lui-même, car Dimento a faim ! Cela le pousse à faire confiance à différentes personnes qui tentent d’abuser de sa crédulité. Parmi elles, Julie, une jeune femme qui n’a extraordinairement pas muté et qui possède un cheval, un animal tout aussi décalé dans ce monde en ruines. Monde Mutant nous dévoile progressivement les liens qui se tissent entre ces divers personnages, leurs origines, ainsi que leur volonté de trouver une échappatoire à ce monde d’apparence moribond, mais qui cache encore quelques beautés en son sein.

Cette intégrale compile les récits de Monde Mutant, un univers créé par Corben avant qu’il n’appelle à l’aide son ami et scénariste Jan Strnad pour l’accompagner sur ce chemin tortueux. Après une édition où l’éditeur américain de l’époque avait modifié les dialogues pour y ajouter des « obscénités juvéniles » comme l’explique le scénariste dans l’introduction de l’ouvrage, les deux auteurs ont pu revenir aux textes originaux tout en rajoutant huit pages complémentaires pour adoucir les transitions entre les séquences. Cet ouvrage comprend également le long récit Fils du Monde Mutant, qui profite d’une construction plus travaillée, fort de nouveaux personnages, tout en maintenant le canevas initial.

Monde Mutant et sa suite sont avant tout une formidable démonstration du talent graphique de Richard Corben : les volumes y sont travaillés avec un soin infime grâce au jeu des lumières qui leur donnent forme ; la violence est omniprésente, mais de manière sourde, car chaque personnage semble capable du meilleur comme du pire dans la case qui suit. Bien entendu, l’auteur excelle dans cette construction de monde en déliquescence, ainsi que dans ces personnages mutants, pour lesquels il fait preuve d’inventivité tout en restant crédible.

Mais la plus belle démonstration du talent de Corben se traduit dans son amour des corps. Rien de scabreux, il est simplement question de rendre au mieux la musculature et les mouvements du corps humain (ou mutant). Certaines planches sont juste sidérantes, surtout grâce aux nouvelles couleurs de cette présente édition qui efface les errements du passé.

Une édition Canal BD est sortie au mois d’octobre.

Il ne faut pourtant pas cantonner Corben et ce Monde Mutant à un univers pseudo-apocalyptique où s’affrontent quelques survivants. La violence de cet univers n’est pas choquante, car Corben la rend presque naturelle en dépit des conditions dans lesquelles elle s’exprime. Au-delà de cette forme de circonstances atténuantes, cette âpreté met en exergue la pureté qui se dégage du personnage principal. Que cela soit dans Monde Mutant ou sa suite, d’ailleurs, les protagonistes font preuve de réelles valeurs humaines, parfois de manière inattendue.

Enfin, ces récits ne bénéficieraient pas de cet incroyable équilibre sans un humour bienvenu, autre preuve du très grand talent de Corben, qui parvient à concilier des éléments aussi opposés dans des cases aussi rapprochées.

Pour mieux comprendre le travail de l’auteur, cette intégrale propose dix pages complémentaires d’explications de Corben et Strnad, et surtout des photos qui mettent en lumière l’extraordinaire travail technique de Corben. Datant de l’époque de la création initiale de l’album, elles montrent l’auteur et ses proches prenant la pose pour réaliser certaines cases de l’album. Les talents d’acteur de Corben, qui entre réellement dans son personnage, et sa capacité à rendre les expressions, les postures et les volumes sur le papier, sont vraiment impressionnants.

Photo : Richard Corben

Même si Corben a déjà été distingué par le Grand Prix d’Angoulême, le jury a très légitimement intégré ce nouvel ouvrage dans sa sélection. Un coup de chapeau bien justifié au travail de l’éditeur Laurent Lerner !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?