Actualité

Fantask N°3 : Ils sont partout ! Complotisme et Pop Culture

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 mai 2023                      Lien  
Le complotisme est un standard de la Pop Culture, et donc de la bande dessinée. De Tintin à XIII de Jean Van Hamme, la bande dessinée regorge de complots en tous genres. Fantask, dans son troisième numéro, en fait l’inventaire entre Illuminatis, aliens et autres reptiliens dirigeant le monde en sous-patte. Au passage, la revue publie 38 pages de BD et interroge trois experts en complot du 9e art : Jean Van Hamme, Didier Convard et Jean-Pierre Pécau.

Depuis la nuit des temps, la littérature se nourrit de complots. Normal, ils existent dans la vraie vie. Certains, cependant, sont à ce point ancrés dans l’imaginaire collectif qu’ils servent de mètre-étalon à l’aventure qu’elle soit littéraire, cinématographique ou de bande dessinée.

Les amateurs de BD des années 1930 pouvaient décrypter dans la représentation de la secte des frères de Kih-Oskh dans Tintin et les Cigares du Pharaon, une allusion claire à la franc-maçonnerie honnie par l’extrême-droite de l’époque, une organisation secrète dont le grand-maître n’est autre que... Roberto Rastapopoulos, un « rastaquouère du monde entier » selon la terminologie de Maurice Barrès, présent aussi bien en Egypte, qu’en Inde ou en Chine. Plus près de chez nous, XIII de Jean Van Hamme, mobilise l’assassinat du Président Kennedy comme modèle de complot pour son amnésique.

Fantask N°3 : Ils sont partout ! Complotisme et Pop Culture
Des propos très éclairant de Pierre-André Taguieff

La revue Fantask, un « mook » d’excellente facture élargit le débat à la Pop Culture sous un angle aussi bien culturel que sociologique. En introduction une longue interview de l’excellent Pierre-André Taguieff, bien connu pour ses nombreux travaux sur le racisme ( notamment La Force du préjugé, Essai sur le racisme et ses doubles, La Découverte) et sur l’antisémitisme ( notamment, Les Protocoles des Sages de Sion. Faux et usages d’un faux, Ed. Berg International) qui nous dit que tout cet attirail mythologique est appuyé sur l’idée que l’ «  on nous cache la vérité ». Des X-Files au Da Vinci Code, c’est «  le mythe de l’Etat profond » qui est développé. Plus loin, le propre scénariste de la série X-Files et d’autres séries TV à complots rappelle une autre règle : « Une théorie du complot détient toujours une part de vérité... »

Le numéro passe en revue tous les complots engendrés par le XXe Siècle et ses machines à mythifier que sont le cinéma, les séries TV et la bande dessinée : les humains au petit doigt raide, preuve de leur origine extra-terrestre, les grands de ce monde comme la Reine d’Angleterre et le Président Obama qui seraient des lézards ou des reptiliens à apparence humaine, les platistes, le culte de la pyramide égyptienne dont on dissimule la technologie avancée et autres complots extraterrestres susceptibles de nous grand-remplacer, les secrets derrière l’assassinat de Kennedy, mais aussi d’intéressantes analyses historiques comme ce portrait d’Edouard Drumont, chantre fondateur de l’antisémitisme politique.

Obama, comme la reine d’Angleterre défunte seraient des reptiliens...

De splendides illustrations (gulp !) concoctées avec l’aide de Midjourney proposent grâce à une « Intelligence Artificielle » des images complotistes « idéales » vraiment impressionnantes. Derrière, vingt sociétés secrètes de la Pop Culture qui peuplent nos souvenirs complotistes, de la Cour des hiboux de Batman au Spectre de James Bond.

Le complotisme à la moulinette de Midjourney... Terrifiant !

La BD n’est pas oubliée : 38 pages viennent en feuilles de salade entre les articles : de Jean-Yves Mitton (« Demain, les monstres ») qui imagine un extraterrestre fécondant une femme, première étape d’une prise de contrôle de la planète, aux Simpson de Matt Groening, où Omer est enfermé dans un asile rempli de fous tous complotistes. Ben voyons...

Convard s’inquiète du retour de l’obscurantisme

Dans ce numéro, trois scénaristes sont soumis à la question : Jean Van Hamme, Didier Convard et Jean-Pierre Pécau.

Pécau, scénariste et éditeur de L’Histoire secrète chez Delcourt s’inquiète d’une crédulité qui a remplacé la religion et la foi : « …depuis le 11-Septembre et l’apparition des réseaux sociaux, tout a changé. Aujourd’hui, il faut expliquer que, même si des complots peuvent exister, ils ne sont pas à l’origine de tous les problèmes que nous rencontrons.  » Didier Convard s’inquiète du retour d’un certain obscurantisme : « Qui revient à grands pas. Au bruit des bottes qui claquent et qui rappellent tellement de mauvais souvenirs à ceux qui possèdent un peu de conscience et de mémoire.  » Quant à Jean Van Hamme, il distingue le complot « traditionnel », old school, comme le sien, avec le phénomène du complotisme : « Le complotisme s’est banalisé avec le développement des réseaux sociaux. Aujourd’hui, dès que vous lancez une rumeur, vous touchez des millions de gens… » Ces scénaristes sont des voyants.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782374940274

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD