Newsletter ActuaBD

Google s’attaque au « Netflix français du manga »

  • Début 2020, en plein confinement, un nouveau site avait vu le jour : Mangas.io, une plateforme de lecture de mangas numériques à l’abonnement, proposant des centaines de mangas en illimité pour le prix… d’un manga par mois. L’objectif était de faire une offre pour lutter contre le piratage des mangas (les « scantrads »). Mangas.io s’employait à proposer des mangas contre un abonnement à très bas prix en concertation avec les principaux éditeurs de mangas en France et au Japon. Tout ce qu’il y a de plus légal, sauf pour Google qui a décidé d’enlever leur appli du store pour « Utilisation non autorisée de contenu protégé par des droits d’auteurs ». Ahurissant !
Google s'attaque au « Netflix français du manga »
Romain Régnier
Photo : DR

Sur Linkedin, Romain Régnier le PDG et fondateur de la start-up qui avait réussi à lever des fonds auprès de Business Angels les plus avisés sur la base d’un plan d’affaire soigneusement préparé ne décolère pas. Dans un post intitulé «  Petit coup de (goo)gueule en cette fin de semaine. 🤬 », il défend bec et ongles son « app légale, sans pub, construite avec les éditeurs et avec un système d’abonnement à la Netflix. »

Après quelques mois de travail et de nombreux tests consommateurs, son équipe s’apprêtait à lancer l‘application en grand, sauf que... Google a enlevé l’application de son store contre la preuve qu’il n’y avait pas « Utilisation non autorisée de contenu protégé par des droits d’auteurs ». Une mesure conservatoire prise sans même que la start-up ait été préalablement avisée de cette demande. La protection du droit d’auteur exige-t-elle des méthodes de cow-boy ?

Il y a pire, explique Romain Régnier : «  Le problème, c’est qu’il n’y aucune cohérence dans l’application de cette règle : le Google Play est bourré de dizaines d’apps de lecture de manga illégales, qui pompent des tonnes de fichiers piratés à travers le monde, sans reverser le moindre centime aux ayants droit alors qu’elles gagnent de l’argent avec de la pub ! Ça dérange Google ? Non, car pour citer la description d’une de ces apps illégales dans le Google Play : « Nous n’hébergeons aucun contenu. Nous ne faisons qu’agréger des liens dans une interface pratique à utiliser ». Circulez, y a rien à voir. »

Sur l’App Store, tous les sites sont donc clean ?
Capture d’écran.

« En conclusion, finit l’entrepreneur parisien, Google n’a aucun problème à référencer des apps qui agrègent du contenu illégal sans vérifier (et gagner de l’argent au passage via les pubs), mais quand tu lances une app légale de lecture, tu n’as même pas le droit à la courtoisie d’un mail avant de te faire virer la semaine de ton lancement. »

Depuis, Mangas.Io a fourni tous les documents justificatifs nécessaires à Google. En attendant, ils sont bloqués. Asimov, reviens !, les robots sont devenus fous !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • google est de plus en plus limite, il suffit de voir ce qui s’est passé aux dernières elections en russie ou en chine.
    Alors le netflix français du manga c’est l’écume des chose

    Répondre à ce message

    • Répondu par Milles Sabords le 21 septembre à  05:22 :

      Le problème du scantrads, c’est la vulnérabilité du Manga : petit format en n&b très facile à scanner, contrairement à un 48 cc en couleur.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 septembre à  11:26 :

        🙄 C’est plus rapide de scanner un 48 pages couleur qu’un 140 pages nb. Il y a moins de 48 pages couleur sur les plateformes parce que c’est moins lu que les mangas.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Itomi le 21 septembre à  19:23 :

          Je me demande s’il y a encore beaucoup de gens qui scannent. J’ai plutôt l’impression que les fichiers en partage sont plutôt des rip d’applications officielles ou bien les fichiers imprimeurs.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Milles Sabords le 2 octobre à  05:20 :

          Un 48 cc scanné ne restituera jamais la qualité que vous trouverez dans la version papier, il y a une grosse perte au final, contrairement a du n&b. Voilà pourquoi il n’y en a pas beaucoup sur les plates-formes.

          Répondre à ce message

      • Répondu par Steven Duvaleroy le 22 septembre à  10:03 :

        Tu sais maintenant tu scan en 2 sec avec un téléphone...

        Répondre à ce message

  • Google s’attaque au « Netflix français du manga »
    22 septembre 09:08, par Steven Duvaleroy

    Une honte. J’espère que le problème se résoudra.
    En revanche n’est-il pas possible de mettre a disposition sur leur site un fichier APK téléchargeable et installable sur son téléphone. Il existe aussi d’autre appstores, je pense a Huawei.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD