Japan Expo 2019 - Jean-François Dufour et Thomas Sirdey : « Il existe une réelle histoire d’amour entre le manga, le Japon et les Français. »

19 juin 2019 0 commentaire
  • Japan Expo a vingt ans. La présence du manga en France a trente ans. Il est incontestable que la manifestation de Villepinte qui aura lieu du 4 au 7 juillet 2019 a favorisé le développement des mangas (plus de 20% du marché français) et le rayonnement de la culture japonaise en France. Rencontre avec deux des trois fondateurs de l’événement.

Cela fait maintenant vingt ans que Japan Expo existe. Si vous deviez résumer l’évolution de la perception du Japon et des mangas en vingt ans, que répondriez-vous ?

Thomas Sirdey (vice-président de Japan Expo) : Que cette évolution est radicale. On a créé Japan Expo pour partager notre passion avec d’autres passionnés. Au départ, cela se faisait dans un environnement un peu bizarre du fait du japonais, alors qu’aujourd’hui c’est totalement accepté. Il existe une réelle histoire d’amour, que l’on voit dans Japan Expo, entre le manga, et même plus généralement, le Japon et les Français. Cette histoire d’amour se retrouve maintenant partout.

Jean-François Dufour, (Président de Japan Expo) : Lors des premières conventions de bande dessinée que nous faisions, nous occupions le rôle du vilain petit canard. Avec les années, nous sommes parvenus à montrer que la production de bande dessinée était tout aussi viable au Japon qu’en France. Je pense qu’aujourd’hui, il existe un réel respect entre ces cultures et qu’elles apprennent à se mélanger. Il y a de plus en plus d’artistes français inspirés par le Japon et inversement. Il est intéressant de noter cette évolution, ces cultures se mélangent bien plus qu’il y a vingt ans.

Japan Expo 2019 - Jean-François Dufour et Thomas Sirdey : « Il existe une réelle histoire d'amour entre le manga, le Japon et les Français. »
Les trois fondateurs de Japan Expo

Le Japon ne représentant qu’une partie de l’Asie, vous aviez fait en sorte de vous diversifier en vous étendant aux autres pays asiatiques avant de revenir sur le Japon…

TS : Il y a toujours des incursions, l’année dernière par exemple nous avions beaucoup parlé de Doctor Stone, cette année l’auteur chinois Di Niammiao publié chez Ototo, sera présent. Il possède d’ailleurs la même particularité que l’auteur de Doctor Stone, Boichi, puisqu’il est publié au Japon chez Shueisha.

Nous n’avons pas de problèmes avec l’Asie de manière générale, ce choix est aussi à considérer par rapport au marché, qui est aujourd’hui très centré sur le Japon. Cela ne nous empêche toutefois pas d’entendre et de voir ce qu’il se passe dans d’autres pays en Asie et au sein d’autres festivals. Le problème est que pour valoriser les autres cultures asiatiques, il n’est pas aisé de trouver la meilleure façon de faire : l’évènement s’appelle tout de même Japan Expo… Lorsque nous accueillons des Français, c’est que ces auteurs revendiquant une certaine passion pour le Japon, une certaine influence. Mais qu’importe d’où ils viennent tant qu’ils aiment le sujet et qu’ils sont capables d’en parler.

Japan Expo est le troisième salon de France, pas seulement de BD : tous genres confondus.

JFD  : Et puis nous nous sommes aussi aperçus qu’il y avait tellement de choses dont nous voulions parler sur le Japon… Nos moyens ne sont pas extensibles à l’infini, faire venir tous ces artistes et louer toute cette surface a un coût. On a préféré se recentrer sur le Japon qui avait encore énormément de choses à nous proposer et que nous voulions faire découvrir ! Donc c’est aussi pour ça que nous nous sommes recentrés.

Je pense qu’il y a eu, notamment aux alentours des quinze ans de Japan Expo, un engouement différent qui s’est créé, on parlait tourisme, gastronomie,… Tous ces sujets-là qui étaient jusqu’alors beaucoup moins présents sur le festival.

Dans ce débat animé par le rédacteur-en-chef adjoint d’ActuaBD, Aurélien Pigeat, les plus grands éditeurs de mangas de France présents à la Japan Expo.

D’une certaine façon, nous pouvons considérer que vous avez été des précurseurs dans l’exploitation à 360 degrés des univers dessinés. C’est d’ailleurs plus ou moins ce qui est en train de se mettre en place pour la bande dessinée franco-belge.

TS : Alors je ne sais pas si nous avons été précurseurs, c’est gentil de le dire, mais nous avons toujours eu une vision hyper-globalisante de la culture japonaise, et cela a suivi notre parcours de vie. Nous sommes bien sûr entrés dans le manga, le dessin animé, et le jeu vidéo comme tout le monde…

En 1999, Jean-François et Sandrine Dufour, deux des trois fondateurs de Japan Expo, sont partis au Japon, ils en sont revenus émerveillés, en disant que ce qu’il se passait là-bas était incroyable ! Le fait de se dire que derrière les animés et mangas et leur exotisme, il existe en réalité toute une culture, lorsque l’on voit une école et son mode de fonctionnement, ou lorsque l’on voit la nourriture qu’ils mangent, fait partie de notre parcours. Mais comment les présenter ? Il se trouve qu’en plus de cela, ces éléments de la culture japonais sont aujourd’hui omniprésents dans nos sociétés occidentales.

JFD : Les mangas forment une fenêtre incroyable sur la culture japonaise, on y observe des modes de vie différents. Lorsque l’on arrive là-bas, on découvre une autre culture, une culture plus zen, emplie de respect, ce qui a tendance à nous toucher particulièrement. Cette culture a également un profond amour pour la France. Nous sommes parvenus à faire Japan Expo en France aussi parce que les Japonais aiment beaucoup notre pays et sa culture.

Combien de visiteurs la première édition de Japan Expo avait-elle réuni ?

JFD : À la première édition, on a fait 3200 visiteurs.

Et la dernière, en 2018 ?

JFD : Et la dernière, aux alentours de 243 000…

Bravo messieurs !

Une communauté impressionnante

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Japan Expo
Du 4 au 7 juillet 2019
Parc des Exposition de Villepinte

LE SITE DE L’EVENEMENT

LIRE AUSSI SUR ACTUABD.COM
Japan Expo 2019 : Un 20e anniversaire hors normes

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

  Un commentaire ?