Kenya - T5 : Illusions - par Rodolphe & Leo - Dargaud

2 juin 2008 0 commentaire
  • {Illusions} clôt le premier cycle de la série et apporte son lot de révélations. Que les fans de la série se rassurent, les auteurs et l'éditeur annoncent d'ores et déjà une deuxième saison sous le titre de {Namibia}.

Au pied du Kilimandjaro, un étrange prédateur décime les animaux de la savane. Les Massaïs montent la garde jour et nuit autour de leurs villages.

Dans l’un de ceux-ci, Kathy Austin et John Remington y retrouvent Balmer porté disparu depuis le dernier safari de l’écrivain et aventurier américain. Balmer semble avoir la tête dans les étoiles… près de ses "amis de l’espace"…

Les deux compères se connaissent depuis longtemps. Fatigués de l’aventure Trent, Rodolphe et Leo aspiraient à autre chose. Le Brésilien rêvait de dessiner des animaux au pied du Kilimandjaro… Au départ, Kenya est né de cette simple idée. Sont venus se rajouter du fantastique, de l’espionnage, de l’aventure, et une galerie de personnages dont Rodolphe a le secret. Sur fond de guerre froide et d’intérêts des grandes nations pour la zone de l’Est africain, les deux auteurs ont su construire un récit accrocheur à la croisée d’un roman d’Hemingway et d’un film de science-fiction. D’ailleurs, Rodolphe et Leo ne cachent pas leurs références et n’hésitent pas, à plusieurs reprises, à "rendre hommage" à l’auteur des Neiges du Kilimandjaro ou à Steven Spielberg avec son Rencontres du troisième type.

Kenya - T5 : Illusions - par Rodolphe & Leo - Dargaud

Grand créateur de faune et flore étrange et merveilleuse, Leo a trouvé dans cette série un nouvel espace de création pour dessiner paysages grandioses et animaux majestueux.

On retrouve dans Kenya le charme suranné des fabuleuses expéditions africaines, l’attrait énigmatique des éléments surnaturels et les rebondissements des affaires d’espionnages.

Malgré quelques longueurs disséminées sur les cinq tomes, on referme Illusions avec le sentiment d’avoir lu une saga attrayante au graphisme et à la narration maîtrisée. Et la perspective d’y replonger dans les années à venir n’est pas désagréable.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?