L’intrigue du "Décalogue" rebondit

  • Derrière le succès du {Décalogue} se cache avant tout une œuvre personnelle et audacieuse qui a permis à son scénariste, {{Frank Giroud}}, de publier dix albums (et un hors série) en un temps record. Chacun de ces albums a été dessiné par un dessinateur différent. Un concept tellement novateur que d'autres scénaristes s'y sont essayés avec plus ou moins de succès. Frank Giroud, lui-même, poussa plus loin sa remise en question narrative, en traitant une même histoire sous le regard de quatre personnages différents dans sa série {Quintett} (éditions Dupuis), chaque récit étant également illustré par un auteur distinct. Pour l'heure, le scénariste signe le premier tome du {Légataire}, une série en cinq albums parallèle aux deux premiers tomes du {Décalogue}.

Deux après les péripéties relatées dans Le Manuscrit, le premier tome du Décalogue, Gwen tente de refaire son deuil et d’oublier la disparition de Simon. Celui-ci s’est donné la mort après avoir publié un best-seller, « La Marque du Prophète ». Gwen décide d’illustrer une édition spéciale de l’ouvrage avec certaines archives de son ex-compagnon. Ces aquarelles attirent l’attention de Merwan Khadder, en fuite après l’assassinat de l’écrivain turc contre lequel une fatwa avait été lancée par des intégristes musulmans.
Le fugitif rejoint Glasgow pour y rencontrer Gwen. Il se fait rapidement repérer par des intégristes qui souhaitent également mettre la main sur certaines archives de Simon... Gwen, elle, est loin de se douter des troubles qu’elle va provoquer en publiant ces documents. Après avoir discuté avec un détective privé qui enquête sur la disparition de Iris Moorland pour le compte d’un client inconnu, elle reçoit le début d’un roman écrit par le Tueur de la Clyde...

Une fois de plus, Frank Giroud surprend ses lecteurs en bâtissant une suite au Décalogue autour de deux des personnages centraux des premiers albums. Il transforme le jeune Merwan Kaddher en un légataire : celui-ci est profondément bouleversé par le crime qu’il a involontairement commis et par sa discussion avec l’écrivain turc Halid Riza qui l’a fait réfléchir sur sa foi. Le jeune Musulman, qui renie aujourd’hui toute idée intégriste, veut savoir si l’omoplate dessinée sur l’une des aquarelles est réelle. Si oui, où se trouve cette relique ? Une sourate a été écrite sur l’omoplate de la peinture. Est-ce le prophète qui l’a écrite ? Si c’est le cas, ce dernier chapitre du Coran, inédit, permettrait de condamner le fanatisme d’une manière catégorique !

L'intrigue du "Décalogue" rebondit
Merwan Kaddher, vu par Camille Meyer & Joseph Béhé.

L’intrigue du premier album du Légataire, « le Rendez vous de Glasgow », a du mal à décoller, mais cultive la « mythologie » inventée par Frank Giroud. Si bien que le lecteur a du plaisir à le lire. Mais le scénariste n’est pas un homme attiré par la facilité et nous réserve sûrement quelques surprises dans les prochains albums. Il confie à Virginie Greiner, dans le dossier de presse de l’album : « Le terme ‘rebondissement’ caractérise parfaitement Le Légataire. La conclusion du Décalogue est que cette histoire de sourate est une supercherie. Dans Le Légataire, on s’aperçoit, qu’au-delà de ce pied de nez, dans le prolongement du décalogue, se dissimule quelque chose de beaucoup plus sérieux. Alors, est-ce que ‘prolonger’, c’est apporter quelque chose de nouveau ? Oui, sûrement... ».

Fort accaparé par l’accompagnement du projet pédagogique atelierbd.com et par Chimères, Joseph Béhé, le dessinateur du premier tome du Décalogue s’est adjoint l’aide de Camille Meyer pour cet album. « Camille et moi faisons les roughs ensemble, dit Joseph Béhé à Virginie Greiner. Nous peaufinons la mise en scène, décidons des cadrages, des angles de vue. Ensuite, Camille prépare les crayonnés avec la documentation, les silhouettes des personnages, les intérieurs en 3D qu’elle réalise sur ordinateur... J’exécute alors « une mise au net », un crayonné qui sert d’encrage. Le crayonné est ‘durci’ à la photocopieuse et scanné. Là-dessus, Amandine Laprun effectue la mise en couleurs à l’ordinateur à partir de fonds d’aquarelle, d’effets de matières que l’on fabrique ensemble et qu’elle incorpore pour un rendu proche d’une mise en couleur à la main ». De ce fait, le graphisme de ce rebondissement au Décalogue paraît beaucoup plus esquissé et plus brut que celui du premier tome de la série originelle. Les effets de matières si charmants apportent heureusement une unité de ton avec le Manuscrit, le premier opus du Décalogue.

« Les Fleury-Nadal », une autre déviation au Décalogue

Frank Giroud aime écrire des biographies de chacun des personnages principaux de ces histoires [1]. Le scénariste nous explique : « J’ai réalisé des portraits de chaque personnage important, et donc a fortiori, de chaque membre du clan Fleury-Nadal. N’oublions pas que, lorsqu’on lit la série dans l’ordre chronologique - du 9 au 1 - le décalogue n’est autre qu’une vaste saga familiale : le héros du 9 est le frère de l’héroïne du 8 ; l’héroïne du 6 est l’arrière-petite-fille de la vieille dame qui se fait écraser au début du tome 1. Celle-ci est la descendante du capitaine qui, dans l’avant-dernier tome, part en Égypte avec Bonaparte. Tout ceci pour vous dire que ce travail préalable, ajouté à toutes les idées qui me sont venues en cours d’écriture, ont abouti à l’aventure des Fleury-Nadal ».

Frank Giroud, sur les toit de Paris...
Photo © Didier Pasamonik

Il s’agira donc de récits complets en un ou deux volumes racontant une anecdote significative concernant l’un des personnages de la famille. « On y apprendra ce qui a déterminé certains de leurs choix ou de leurs réactions  », nous dit Frank Giroud. « Le premier, dessiné par Lucien Rollin, se déroule en 1797 et on y découvre l’origine du ressentiment et de la jalousie qu’Hector porte à son frère. Suivront : ‘Benjamin’, qui explique comment le fils de Ninon se retrouve impliqué dans l’aventure du Canal de Suez ; ‘Anahide’ qui nous permet de découvrir ce qu’est devenue la sœur de Missak Zakarian, enlevée par les Kurdes au début du tome 5 du Décalogue ; ‘Philip’ qui raconte l’installation des Fleury dans le nouveau monde ». Le scénariste avoue que le nombre d’album n’est pas déterminé et qu’il espère en écrire d’autres.

Le scénariste est décidément un homme de projets. Outre les deux Secrets annoncés (l’un avec Faure, l’autre avec Pellejero), le scénariste prépare le Cercle de Minsk avec Jean-Marc Stalner. Une année chargée donc pour un auteur qui nourrit une passion pour les voyages, la culture et l’histoire.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander sur Amazon

[1On se souvient d’ailleurs qu’en 1993, les éditions Glénat avaient publié quelqu’un des portraits des intervenants de la série Louis La Guigne, dans un hors série