La Théorie du grain de sable, de Brüsel à Paris

17 septembre 2008 0 commentaire
  • Au Centre Wallonie-Bruxelles, une exposition d’originaux de François Schuiten et de Benoît Peeters apporte un éclairage sur leur dernier opus : le tome 2 de la « Théorie du grain de sable », tandis qu’un festival de films met en évidence leur relation au cinéma.
La Théorie du grain de sable, de Brüsel à Paris
"La théorie du grain de sable" T.2 de François Schuiten et Benoit Peeters
Ed. Casterman

« Comment faire de Paris un faubourg de Bruxelles ? » Le peintre romantique Antoine Wiertz (1806-1865), ulcéré par l’accueil qui lui était fait par la capitale française, avait imaginé, dans un schéma que l’on peut voir derrière une porte de son atelier-musée bruxellois, construire une maison tous les trois-cents mètres afin de créer une conurbation qui englobe Paris comme un vulgaire faubourg. Il y a de cette démesure et de cette utopie dans les travaux de Schuiten et Peeters. Nous sommes souvent dans un processus de surgissement : une structure d’origine inconnue, des bâtiments aux logiques autonomes concrétisent des exosquelettes d’une pensée utopique qui, naïve et obscure, comme celle de Wiertz, accoucha cependant du monde moderne.

La théorie du grain de sable ne procède pas autrement : à cause d’un acte irresponsable posé par l’homme, Brüsel est cette fois envahie par le sable et par les pierres, tandis que certains citoyens en perdent leur gravité. Comment ? Pourquoi ? Telles sont les questionnements qui interrogent la malédiction. Le bourgmestre Sleeckx ne sait où donner de la tête devant ces catastrophes qui n’ont vraiment rien de naturel. Entamé dans un climat de fin du monde digne de L’Étoile mystérieuse, le récit se déploie comme dans un roman de Jules Verne avec une mission de savants envoyés au bout du monde pour résoudre une énigme venue d’une civilisation méconnue.

"La théorie du grain de sable" de François Schuiten et Benoit Peeters
Ed. Casterman

En forme de parabole, cette Théorie du grain de sable où l’on imagine que les auteurs apportent leur tribut à la réflexion sur les conséquences et les origines des évènements du 11-Septembre, est autant fascinée par les utopies qu’inquiété par leur dangerosité. Un album exemplaire des Cités obscures.

"La théorie du grain de sable" de François Schuiten et Benoit Peeters. Une édition en bichromie au format italien.
Ed. Casterman

L’objet est curieux et inédit. Imprimé en bichromie, l’album est au format italien, glissé dans un étui. Une forme assez rare dans la production francophone.

Le centre Wallonie-Bruxelles à Paris envahi par les pierres et le sable

Comme pour prolonger la malédiction jusque dans sa représentation culturelle à Paris, le Centre Wallonie-Bruxelles, les auteurs ont imaginé son immeuble qui fait face à Beaubourg, envahi par les cailloux et le sable.

Présentant depuis le 15 septembre des dessins originaux de l’album, plus un bon nombre d’inédits rejoignant ses thèmes, François Schuiten et Benoît Peeters ont réussi, avec l’aide de l’atelier scénographique Bleu Lumière, une installation dotée d’un éclairage et d’un espace sonore originaux. À voir jusqu’au 2 novembre.

"Lumières sur Brüsel " au centre Wallonie-Bruxelles envahi par cinq tonnes de sable blanc.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
"Lumières sur Brüsel " au cente Wallonie-Bruxelles. Une scénographie qui met les originaux particulièrement en valeur.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
3ème Festival "De la Bulle à l’écran" au Centre Wallonie-Bruxelles
Catalogue de l’évènement

Troisième festival « De la Bulle à l’écran »

Autre manifestation au Centre Wallonie-Bruxelles dans le contexte de la publication de cet album-évènement, mais du 15 au 20 septembre cette fois : le 3ème Festival de la Bulle à l’écran qui met en avant une programmation de cinéma conçue par Louis Héliot (avec la complicité de Peeters et de Schuiten).

Elle présente les films qu’ils ont réalisés ou sur lesquels ils ont travaillé, ensemble ou séparément, de même que ceux qui les ont inspirés pour la création des Cités obscures.

On ne sera pas étonné que les œuvres de Raoul Servais, l’une des grandes inspirations de Schuiten, ni Toto le héros de Jaco Van Dormael qui sera présenté au public le samedi 20/9 par Schuiten lui-même. De même, un documentaire de Benoit Peeters à propos de l’œuvre de Hergé, ou encore Le procès d’Orson Welles d’après Kafka. Quelques belles soirées en perspective.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

CENTRE WALLONIE-BRUXELLES À PARIS

ADMINISTRATION ET RENSEIGNEMENTS
7, rue de Venise – 75 004 Paris
(Métro : Châtelet-Les-Halles/Rambuteau/Hôtel de Ville)
Tél : +33 (0) 1 53 01 96 96
Fax : +33 (0) 1 48 04 90 85
Courriel :info@cwb.fr

Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi
De 9h30 à 13h00 et de 14h00 à 18h00

LA SALLE D’EXPOSITION
127-129, Rue Saint-Martin – 75 004 Paris
Ouverte du mardi au dimanche de 11h00 à 19h00
Fermé le lundi et jours fériés

LA SALLE DE CINEMA
46, Rue Quincampoix (niveau-2) – 75 004 Paris

Le Site du Centre Wallonie-Bruxelles

Commander L’album sur Internet

  Un commentaire ?