Le retour de Lloyd Singer alias Makabi

21 février 2011 0 commentaire
  • Lloyd Singer, alias Makabi, l'enquêteur empathique du FBI est de retour ! À l’instar d’autres vedettes de la BD, le modeste comptable du Bureau fédéral reprend du service à la faveur d’un changement d’éditeur.
Le retour de Lloyd Singer alias Makabi
Les années Dupuis : la série s’appelait Makabi.

Cette série parue dans les pages du journal de Spirou en 2002 est désormais reprise sous forme d’albums au sein de la collection Grand Angle à partir de cette semaine.

L’arrivée de Luc Brunschwig chez l’éditeur des Profs ne doit pas passer inaperçue s’il l’on considère l’offensive éditoriale qui accompagne cette relance d’une de ses séries les plus atypiques du polar de bande dessinée francophone.

Les trois tomes du premier cycle (Zena) viennent tout juste de paraitre sous de nouvelles couvertures, pourvues d’une maquette rénovée, que l’on annonce déjà l’arrivée dans les bacs d’un second triptyque dans le courant du mois de février dont une conclusion inédite prévue pour le mois de juin 2011.

Une manière pour le scénariste du « Pouvoir des innocents » de mettre les bouchées doubles ou de rattraper le temps perdu ? Plutôt la remise en selle d’une série injustement méconnue depuis sa première apparition chez Dupuis.

Nouvelle couverture du tome 2 du premier cycle

Initialement intitulée Makabi (d’un mot hébreu signifiant « marteau »), cette série nous raconte les aventures d’un modeste comptable (mais comptable au FBI, tout de même !) au physique quelconque qui n’est pas sans rappeler le Woody Allen des années 1980.

Luc Brunschwig et Olivier Neuray
(c) Danièle Huet.

En dépit de son look très ordinaire, Singer est doué de qualités psychologiques et de réelles capacités d’écoute et de médiation. Autant d’aptitudes que le FBI n’hésitera pas à exploiter au risque de le plonger au cœur d’histoires où le sordide et les enjeux de pouvoirs et d’argent le disputent à la cruauté et la violence.

C’est ainsi que ce premier cycle nous transporte dans les bas fonds de la prostitution de la mafia russe. En quittant sa Russie natale pour les États-Unis, Zéna croyait trouver l’amour. Elle ne rencontra que l’enfer de la prostitution. Après s’être enfuie pour protéger sa fille, la voilà devenue un témoin-clé pour le FBI. Mais la jeune femme a peur de tout, de tout le monde, et ne veut pas parler... Seul Lloyd Singer parvient à établir un contact avec elle. Le modeste employé à l’apparence insignifiante ne sait évidemment pas encore dans quel engrenage il va se retrouver engagé. Mais c’est aussi là qu’interviendra son double, Makabi, son alter-ego protecteur, ce « vengeur masqué » déterminé à protéger ceux qui souffrent et dont l’origine se dissimule dans l’histoire intime et personnelle de l’employé.

Troisième titre : voir le Diable.

Si à première vue la trame peut apparaître assez conventionnelle et conforme aux règles du genre ( après tout les anti-héros ne datent pas d’aujourd’hui ), la singularité du récit est ailleurs.

En nous proposant un personnage plus complexe qu’il n’y parait, vivant au cœur d’un quartier juif de Richmond entouré de sa famille, les auteurs nous livrent une histoire hésitant entre le thriller psychologique et tendu, et une saga familiale dont bien des secrets ne nous seront dévoilés que très progressivement. Ce parti-pris permet aux auteurs de nous gratifier de savoureux portraits sensibles et crédibles contribuant à faire de cette série un objet atypique, attachant et, dans le genre policier, un des récit les plus intéressants. Dans ce premier cycle le lecteur percevra assez vite qu’au-delà de l’univers sordide et glauque dans lequel il se trouve plongé, notre comptable devra surtout affronter ses propres démons.

Dans le second cycle surnommé « La Chanson douce », dont la publication débute ces jours-ci, Lloyd Singer devra partir sur les traces d’un terrible serial killer et y laissera une bonne part de lui-même. Loin de sombrer dans une saga psychologisante, cette série nous invite à aller à contre-courant des intrigues toutes tracées. Habilement servie par le trait précis et élégant d’Olivier Neuray (auteur également de Nuits Blanches chez Glénat) cette reprise constitue une des bonnes surprises de ce début d’année. C’est aussi pour beaucoup, un bon moyen de redécouvrir un joyau un peu tombé dans l’oubli.

Un troisième cycle est déjà en préparation avec un nouveau dessinateur Olivier Martin, chargé de mettre en images les nouveaux scénarios de Luc Brunschwig. De nouvelles occasions d’en savoir un peu plus sur l’univers sombre et mystérieux de Lloyd Singer alias Makabi.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire l’interview d’Olivier Neuray "C’est au contact de la violence que Lloyd Singer évolue" (Février 2011)

Lire d’autres interviews d’Olivier Neuray :
- « Lloyd Singer (Makabi) va devoir accepter la part de violence qui est en lui ! » (Mars 2007)
- « Makabi est devenu le défenseur des femmes opprimées » (Mars 2005)

Lire les chroniques des T4, T2, T1


Commander le tome 5 de Lloyd Singer, chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 4 de Lloyd Singer, chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 3 de Lloyd Singer, chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 2 de Lloyd Singer, chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 1 de Lloyd Singer, chez Amazon ou à la FNAC

Illustrations : © Neuray, Brunschwig & Bamboo.
Photo (c) DR.

  Un commentaire ?