Moi, quand je me réincarne en Slime T. 10 & T. 11 - Par Taiki Kawakami & Fuse - Kurokawa

30 juin 2020 0 commentaire
  • Changement de lieu et d'ambiance pour notre chère Slime qui décide d'honorer la promesse faite à Shizu. Une sorte de "Hero Academia" à petite échelle mais ayant le mérite de changer la routine de la série le temps de ces deux tomes.
Moi, quand je me réincarne en Slime T. 10 & T. 11 - Par Taiki Kawakami & Fuse - Kurokawa

Après plusieurs grandes crises ayant frappé, mais aussi amené à créer, Tempest, le royaume des monstres, Limule se dit qu’il est temps de tenir la promesse faite à Chizu sur son lit de mort, au tome deux de la série, il y a donc un petit moment.

Elle consiste à s’occuper de ses "étudiants", des enfants qui, comme eux, viennent de la Terre. Il est en effet commun d’invoquer des habitants d’autres mondes car le transfert leur confère des pouvoirs magiques uniques et souvent très puissants. Mais en contrepartie, leur espérance de vie se trouve drastiquement raccourcie.

C’est donc dans le but de leur apporter assistance que Limule entreprend ce voyage dans les territoires humains. En passant d’abord par Burmund, il s’inscrit comme aventurier à la Guilde, profitant de l’occasion pour s’entretenir avec le roi. Puis il atteint Englasie où il fait la connaissance de Yûki Kagurazaka, maître de la Guilde des aventuriers et disciple de Shizu. Ce dernier accepte de lui confier le rôle de professeur auprès des protégés de Shizu, au sein de l’académie qu’il dirige.

© Tensei shitara Slime datta ken © Fuse / Taiki Kawakami / Kodansha Ltd.

Pas de monstres, ni même les personnages réguliers du manga lors de cette aventure ; à la place, la découverte du monde des humains, et en particulier celui des héros. Nous faisons donc la connaissance de cinq garnements dont notre chère Slime va gagner la confiance, avant de trouver un moyen de les sauver.

Un changement de lieu, de casting et d’enjeu qui pourra désarçonner le lecteur, mais qui permet aussi d’explorer l’univers du manga via d’autres prismes. De plus, ces enfants, tout comme d’autres éléments de ce voyage, de l’Église à la Guilde en passant par un marchand, vont jouer un rôle important plus tard dans le récit.

De plus, découvrir de futurs héros, et même jouer leur formateur, quoi de plus naturel pour un manga centré sur de sympathiques monstres, loin des clichés de l’Heroïc Fantasy ? Finalement, sans c’est doute dans ce jeu, et ce décalage avec les figures classiques, typique de l’œuvre de Fuse, qu’il faut chercher le sens de ce passage. C’est dans tous les cas une nouvelle fois bien ficelé, avec de nouveaux personnages et de nouvelles perspectives aussi intéressantes qu’amusantes.

© Tensei shitara Slime datta ken © Fuse / Taiki Kawakami / Kodansha Ltd.

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Moi, quand je me réincarne en Slime T10 & T11. Par Taiki Kawakami (dessin), Fuse (auteur original) & Mitz Vah (design des personnages). Traduction Erica Moriya. Kurokawa, Collection "Shônen". Sortie le 9 janvier 2020 & le 18 juin 2020. 192 pages. 7,65 euros.

Commander le tome 10 sur BD Fugue, FNAC, Amazon

Commander le tome 11 sur BD Fugue, FNAC, Amazon

Moi, quand je me réincarne en Slime sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique des tomes 2 & 3,
- Lire la chronique des tomes 4 & 5,
- Lire la chronique des tomes 6 & 7,
- Lire la chronique des tomes 8 & 9.

  Un commentaire ?