Léopoldville 60 - Par Weber, Deville & Marquebreucq - Éditions Anspach

30 juin 2020 0 commentaire
  • Second one-shot avec l'héroïne Kathleen découverte dans "Sourire 58" : la même équipe d'auteurs propose un retour sur les derniers jours du Congo belge, dont on célèbre aujourd'hui l'indépendance, à hauteur d'homme. Entre hommage aux BD de l'époque et docu-fiction prenant.

Léopoldville 60 - Par Weber, Deville & Marquebreucq - Éditions AnspachAprès son travail d’hôtesse d’accueil dans l’exposition universelle de 1958 et le complot à laquelle elle avait été confronté dans Sourire 58, Kathleen continue à traverser les grandes étapes du passage des années 1950 aux Sixties en Belgique.

La jeune héroïne est devenue hôtesse de l’air auprès de la compagnie aérienne nationale belge, la Sabena. Son travail l’amène entre autres à assurer le service des longs courriers réguliers qui réalisent la liaison entre le plat pays et sa colonie, le Congo. Une colonie qui ne supporte justement plus son statut en ce début de l’année 1960. À Bruxelles, la "Conférence de la table ronde" réunit au même moment les représentants de l’État belge et du futur Congo pour trouver une issue pacifique à l’indépendance.

De ces questions politiques, Kathleen n’en a cure. Pendant son escale à Léopoldville, elle se décide pourtant à quitter l’univers feutré et aseptisé de son hôtel (et dans le même temps, l’étouffant chaperon de la chef-hôtesse) pour retrouver son amie Monique. En la suivant à la découverte des secrets de la mégapole, Kathleen ne se doute pas qu’elle va être impliquée dans les machinations qui se mettent en place à la veille de l’indépendance. Et que la Sabena va prendre un rôle déterminant dans l’évacuation des colons...

Après le succès populaire du one-shot Sourire 58, il semblait impossible que la même équipe d’auteurs ne poursuive pas sur leur belle lancée. Celle-ci se concrétise cependant avec ce second album, qui s’intéresse aux quelques jours particuliers qui précédèrent et qui suivirent le 30 juin 1960, à savoir l’indépendance officielle du Congo dont on célèbre aujourd’hui le 60e anniversaire.

Léopoldville 60 propose une double lecture : il s’agit tout d’abord d’un polar vintage qui rend ainsi hommage aux bandes dessinée de l’âge d’or. Un récit dense et un découpage néanmoins victime de quelques d’approximations qui amplifient paradoxalement cet effet suranné.

Le tout est enluminé par le superbe trai det ligne claire de Baudouin Deville. Avec les couleurs de Berengère Marquebreucq, le dessinateur réussit le difficile challenge de passer de l’évocation de Bruxelles à celle de Léopoldville. L’immersion est réussie on profite pleinement des restitutions proposées, des palaces au quartier européen, des plantations aux tripots clandestins.

Outre ce thriller dans la moiteur tropicale du Congo, une seconde lecture propose de plonger dans la Grande Histoire par le biais des péripéties vécues par Kathleen. On passe ainsi des aventures vécues par la jeune femme aux décisions qui se déroulent à Bruxelles pendant la "Conférence de la table ronde", qui vont statuer du sort de millions de personnes.

L’aspect géopolitique de cette indépendance est parfaitement géré par le journaliste et écrivain Patrick Weber. Sans accaparer la totalité de l’attention, il distille les éléments historiques pour expliquer l’implication des puissances internationales dans les désordres qui vont secouer le pays. Sans oublier les conséquences sociales par le biais de ce touchant couple qui fait fi de la différence de races au nom de l’amour. On approche ainsi différentes mentalités, que cela soit du côté des colons ou des « évolués », c’est-à-dire des indigènes qui se sont européanisés (selon la vision de l’époque).

Grâce au dossier de huit pages en fin de volume qui apporte des détails complémentaires sur ce tournant historique si particulier, Léopoldville 60 est certainement l’un des albums de bande dessinée qu’il faut lire en cet anniversaire.

Quant aux amateurs purs et durs de ce qui devient d’ores et déjà une série à succès (plus de 40.000 exemplaires vendus du premier volume), ils savent qu’un troisième opus est déjà en préparation, et qu’il se déroulera en 1943. On découvrira la jeunesse de Kathleen sous les bombes. Il sera aussi question des collaborateurs rexistes, des bandes dessinées publiées sous le manteau et de la Résistance. Et l’éditeur nous annonce déjà qu’un quatrième opus est en préparation !

<i<Bruxelles 43, à paraître en octobre prochain.
La vie à Bruxelles sous le joug allemand.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?