Plaidoyer pour les histoires en forme de champ de blé et de flamme d’allumette soufrée - Par Frédéric Debomy (dir.) - PLG / BD Boum

5 janvier 2021 2 commentaires
  • Frédéric Debomy, auteur d'essais mais aussi de bandes dessinées, propose dans son nouvel ouvrage co-édité par PLG et BD Boum de mettre en avant des "écritures singulières" : des dessinatrices et dessinateurs accordant une place importante à la dimension plastique de leur travail, quitte à s'éloigner des canons de la bande dessinée. Un livre dont le principal mérite est de donner envie... de lire.

« On peut très bien imaginer une histoire en forme d’éléphant, de champ de blé, ou de flamme d’allumette soufrée. » Les mots de Mœbius, écrit en 1975 pour l’éditorial du quatrième numéro de Métal Hurlant et choisis comme incipit par Frédéric Debomy, résument le projet de l’auteur. Donner à découvrir ou à redécouvrir des dessinatrices et des dessinateurs qui n’hésitent pas à heurter la bande dessinée, du moins l’image que l’on en a depuis ses « âges d’or » américain et franco-belge, grâce à la force de leur expression graphique.

Frédéric Debomy est à la fois un grand lecteur et un auteur de bande dessinée, comme il le rappelle dans son introduction. Observateur éclairé et acteur engagé, il ne feint pas l’objectivité, même s’il se défend d’être partial. Comme le titre - « Plaidoyer » - l’indique, il souhaite présenter, défendre et promouvoir des formes de bande dessinée souvent négligées, faisant la part belle à une approche picturale marquée par une forte personnalité graphique de l’auteur.

Dans cette approche, tout à la fois très recherchée et instinctive, le récit n’est pas secondaire, mais il dépend entièrement de sa traduction esthétique. Les auteurs - dont une autrice - choisis et ayant répondu positivement à Frédéric Debomy en témoignent : la volonté est de ne jamais séparer l’écriture narrative de l’écriture plastique au point de les faire fusionner, dans une dépendance syncrétique aboutissant à rendre immédiatement reconnaissable le « style » du dessinateur.

Les œuvres des huit auteurs présents au sommaire - Pablo Auladell, Edmond Baudoin, Olivier Bramanti, Andrea Bruno, Manuele Fior, Violaine Leroy, Dave McKean et Yao-ching Tseng - transcendent les frontières géographiques comme les genres. Il n’est question ici ni de romans graphiques, ni d’albums franco-belge, de mangas ou de comics, mais simplement de livres où le dessin fait sens pour exprimer le plus directement possible la pensée du dessinateur, à l’exclusion de toute mode, bien que passant souvent inaperçu car édités par de petites maisons disposant d’une visibilité réduite dans les médias et encore davantage dans les magasins.

Frédéric Debomy souligne, en introduction, ses plus grandes influences et références : Moebius bien sûr, mais aussi Philippe Druillet, le cinéma d’Alejandro Jodorowsky, puis Edmond Baudoin, Louis Joos, Lorenzo Mattotti, Muñoz et Sampayo. Marqué par le travail des éditions Amok, qui ont depuis fusionné avec Fréon pour former le Frémok, il veut mettre en lumière des ouvrages « pointus », parfois vite qualifiés d’élitistes, réalisés par « des personnalités singulières et exigeantes ».

Le projet est louable, et même nécessaire. Si certaines assertions de l’auteur auraient méritées plus de développement, d’exemples précisément nommés ou de références sourcées pour être mieux étayées, l’essentiel demeure difficilement contestable. Les auteurs qui suivent leur propre voie, qui ne se soucient pas de suivre l’air du temps (la bande dessinée documentaire après l’autobiographie par exemple), qui expérimentent à l’extrême, jusqu’à frayer avec l’expressionnisme ou l’abstraction, sont pour la plupart publiés par des éditeurs indépendants disposant de relativement peu de moyens, et par conséquent condamnés à la portion congrue sur les étals des libraires.

En ce sens, le travail de Frédéric Debomy est réussi, même s’il n’apporte pas d’éclairage fondamentalement neuf et que chacun des chapitres consacrés aux différents auteurs peut frustrer par sa rapidité. Il donne envie de lire, pour découvrir ou redécouvrir des auteurs que la facilité et la vitesse - qu’il s’agisse du travail des commentateurs ou du turn-over des nouveautés en librairie - ne favorisent guère. Il cède ainsi la place et la parole aux dessinateurs, posant à chacun les trois mêmes questions - l’origine de sa vocation, sa vision de sa situation dans le champ de la bande dessinée, sa réflexion sur l’avenir de ce domaine - et leur proposant de commenter trois planches de leur choix.

L’ensemble est agrémenté d’une iconographie de qualité et d’une bibliographie indicative pour chaque auteur. Une exposition, pour le moment suspendue aux décisions gouvernementales et donc à l’évolution de la crise sanitaire, doit également accompagner l’ouvrage. Quoi qu’il en soit, le tout est une bonne occasion d’explorer les frontières, floues et poreuses, de la bande dessinée, et de rappeler qu’il existe mille manières d’en faire.

Plaidoyer pour les histoires en forme de champ de blé et de flamme d'allumette soufrée - Par Frédéric Debomy (dir.) - PLG / BD Boum
Dessin de couverture par Edmond Baudoin © F. Debomy / PLG / BD Boum 2020

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Plaidoyer pour les histoires en forme de champ de blé et de flamme d’allumette soufrée - Par Frédéric Debomy (dir.) - PLG / BD Boum - avec les participations de Pablo Auladell, Edmond Baudoin, Olivier Bramanti, Andrea Bruno, Manuele Fior, Violaine Leroy, Dave McKean & Yao-ching Tseng - 33e titre de la collection Mémoire Vive dirigée par Philippe Morin - conception graphique par Luc Duthil - 21 x 28 cm - 132 pages couleurs - couverture souple avec rabats - parution en janvier 2021.

Lire également sur ActuaBD à propos de l’auteur :
- Birmanie. La peur est une habitude - Collectif - Carabas
- Rwanda 1994 – 2019 : des plaies encore béantes
- La BAC matraquée par un sociologue en immersion

Et à propos de PLG éditions :
- Au Coin de ma mémoire - Par Francis Groux - Editions PLG
- Moebius ou les errances du trait - Par Daniel Pizzoli et Patrick Bouster - PLG
- Bande dessinée : mon dieu, quelle histoire !
- "Alberto Breccia, le maitre argentin insoumis", un essai de Laura Caraballo
- Avec Benoît Barale, la bande dessinée pour brillamment rater sa vie

 
Participez à la discussion
2 Messages :