Sillage - T8 : Nature humaine - par Morvan & Buchet - Delcourt

14 octobre 2005 0 commentaire
  • Dans ce huitième tome, Nävis est (enfin) confrontée à ses congénères. C'est officiel, elle n'est plus la seule humaine dans la galaxie ! À cette occasion, les éditions Delcourt ont franchi un cap dans le plan de communication de la série Sillage en augmentant de 35% la mise en place de ce nouvel album.

Mackel-Loos est décédé. Sa mort plonge Nävis dans une profonde dépression. Les révélations du cyber-médecin chef de la prisonef poussent Bobo et Snivel à emmener la jeune fille à la recherche d’autres humains. Et ce, malgré la mise en garde du magister et des autorités de Sillage...

Attendue depuis longtemps par Nävis (et les fans de la série), la rencontre avec d’autres humains est plutôt surprenante. Le scénariste Jean-David Morvan dépeint une communauté de hippies dont le comportement varie sous l’emprise des différentes drogues consommées. L’héroïne de Sillage découvre la véritable nature humaine : égoïsme et violence semblent sommeiller en tout homme. Un message assez pessimiste délivré par Morvan qui a pour conséquence d’éveiller la conscience de Nävis et de lui procurer un sentiment très humain (cf. la dernière planche). Le scénariste réussit l’exploit de garder muette son héroïne pendant les 17 premières planches ! Après un tome 7 basé sur l’action et l’hémoglobine, Morvan revient à une intrigue plus proche des premiers albums de la série. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, le dessinateur Philippe Buchet affirme que cet épisode est "une première perte de naïveté pour l’héroïne".

Le dessinateur rémois nous offre des planches de toute beauté et sa mise en couleur est magnifique. Les couleurs pastel de la planète visitée, surprenantes au début, donnent une tonalité en adéquation avec le mode de vie de ses habitants. En clin d’œil, il dessine plusieurs de ses amis parmi les membres de la communauté. Son plaisir de "designer" s’exprime à plein régime : 9 tenues différentes pour Nävis en une planche (planche 20), un vaisseau en forme de pistolet (pl. 12), un fabuleux bestiaire de personnages extraterrestres, etc. Un régal pour les yeux.

Avec 650.000 exemplaires vendus pour l’ensemble de la série fin 2004, le succès de Sillage ne cesse de croître. Delcourt en a pris conscience et, sans doute poussé par Morvan et Buchet, a décidé de donner un peu plus d’ampleur au marketing : campagnes d’affichage dans 5 grandes villes françaises (Paris, Lille, Lyon, Marseille et Toulouse), partenariat avec la Fnac, plan média dans plusieurs magazines... Un complément idéal à une parution régulière des albums (1 par an depuis 1998) et au développement des univers parallèles (Chroniques de Sillage et Nävis).

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?