André Geerts ou la nostalgie de l’enfance

28 juillet 2010 par Jocelyn Jalette, Québec
  • Cet homme affable, lors de ces débuts au journal de Spirou, eut le privilège de croiser le maître André Franquin. Rencontré lors d’un salon du livre, il me confirma l’amabilité de Franquin, et sa grande réserve. Chacun à leur façon, ils défendaient, à l’intérieur de leurs histoires, des valeurs humaines.
    Ainsi, les deux André partageaient la gentillesse et aujourd’hui un coin de paradis. SNIF !

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.