Sangam fait revivre les classiques de Jean-Michel Charlier

25 décembre 2010 par Gilles
  • C’est pourtant simple, pour l’édition de ce genre d’ouvrage qui intéresse une portion réduite de collectionneurs, l’éditeur estime au plus juste les ventes éventuelles. S’il vend tout, il peut penser avoir fait le plein, alors que s’il fait un retirage, même minine (qui coûte plus cher à l’exemplaire) il a de forts risques qu’il se retrouve avec des invendus. Il préfère investir dans un nouvel album qui lui se vendra aux collectionneurs dont il connait à chaque fois un peu plus le profil et le nombre. Ca s’appelle gérer efficacement sa (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD