Les splendeurs de « Quai d’Orsay »

6 décembre 2011 par Oncle Francois
  • C’est très simple : en dépit de l’immensité de son talent, Franquin était insatisfait de nature. Donc même en étant l’auteur à succès de la série-titre du journal, il était constamment la proie du doute, de l’angoisse et de graves périodes de dépression. Notamment quand il se sentait coincé dans son style(excellent pourtant !!). Spirou fut longtemps pour lui un fardeau, au point qu’il dut s’entourer de nombreux assistants et scénaristes pour assumer sa charge de travail. Gaston fut pour lui un havre de liberté, mais devient lui-même pesant à la longue. Il s’amusa sans doute graphiquement avec ses magnifiques (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD