Les splendeurs de « Quai d’Orsay »

7 décembre 2011
  • j’avais oublié que Giraud n’était qu’un piètre dessinateur qui rattrapait ses erreurs.
    Lisez ses interviews, il vous explique qu’il lui faut parfois décalquer la moitié d’un visage de face pour pouvoir le reproduire à peu près symétriquement de l’autre côté.

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD